The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 47
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 11   Lun 8 Juin - 22:15

Deacon et Bridget se réveillèrent dans les bras l’un de l’autre le lendemain matin. Deacon lui sourit et lui donna un baiser.
- Bien dormis ?
- Dormir ? Tu te moques de moi ?
Deacon se mit à rire et l’embrassa.
- Je t’aime tant.
- Moi aussi je t’aime, Deacon, j’ai eu peur hier, j’ai eu si peur. J’ai cru revivre le cauchemar de notre séparation.
Deacon poussa un profond soupir.
- Moi aussi j’ai eu très peur. J’avoue que pour la première fois j’ai bien cru que notre mariage était finit. Du tréfonds de sa tombe Brooke aurait gagné en réussissant à nous séparer : que dis je à nous briser !
- Mais elle n’a pas réussi, ni elle ni personne n’y réussira !
Deacon l’embrassa
- Ceci dit, je ne veux toujours pas que tu travailles pour ces escrocs.
- Je sais, chérie, je n’en ai pas envie non plus mais je n’ai pour le moment pas d’autre opportunités.
- Tu pourrais ouvrir ta propre société. Je sais que tu en meurs d’envie depuis très longtemps.
- Tu sais aussi bien que moi que c’est impossible.
- Rien n’est impossible lorsque on le veut vraiment.
- Mon ange, pour créer sa compagnie il faudrait un minimum d’argent or je n’en ai pas.
- Moi j’en ai.
- Ok. Admettant que tu investisses et j’ouvre une maison de couture, je ferai quoi ensuite ? L’âme d’une maison de couture c’est son styliste et je ne suis pas styliste.
- Tu te moques de moi ? J’ai vu les croquis que tu as laissé traîner dans le tiroir.
- Chérie, ce n’est rien d’autre que du gribouillage. Je ne sais même pas pourquoi je les ai gardé.
- Deacon. Ils sont bons, ils sont très bons.
- Tu n’es pas objective. Si je n’étais pas ton mari tu n’aurais même pas jeter un coup d’œil.
- Je te promets que non. Deacon, ces croquis sont excellents. Chéri, crois moi, j’ai grandis dans ce milieu, j’ai vu mon père et mes frères y travaillaient toute leur vie tous les jours de leur vie. Bien sur il y’a encore des choses à travailler mais c’est prometteur, c’est très prometteur.

Le lendemain, à l’hôpital, Bridget tendit sa démission à Taylor.
- Tu démissionnes ?
- En effet, je démissionne.
- Peut-on savoir pourquoi ?
- Je quitte Los Angeles et j’arrête la médecine.
Taylor bondit
- Tu arrêtes la médecine ? Tu n’es pas sérieuse ? Tu es une étudiante des plus douée.
- Oui mais je vais aussi être mère. Mes enfants vont avoir besoin de leur maman et je veux aussi me consacrer à mon mari. Si je m’obstinais à vouloir continuer mes études de médecine je n’aurais pas assez de temps pour moi ni à passer avec Deacon.
- Bridget, lorsque j’ai eu Thomas je n’ai pas arrêté de travailler pour autant.
- Non mais tu as arrêté à la naissance des jumelles.
- Donc tu sacrifies ta carrière le rêve de toute ta vie pour un homme qui tôt ou tard te laissera tomber.
- Je ne sacrifie rien du tout, je n’ai plus envie de devenir médecin c’est aussi simple. Et Deacon ne me laissera jamais tomber ; nous sommes ensemble pour la vie.
- C’est ce que je croyais moi aussi : je croyais vraiment que Ridge et moi c’était pour la vie mais il n’a jamais réussi à oublier Brooke. Même morte elle a finit par l’emporter.
- Je suis désolée pour toi Taylor mais Deacon n’est pas Ridge. Son cœur m’appartient à moi et moi seule et le mien lui appartient. Nous sommes ensemble pour la vie. Pour la vie.
- Dis moi que j’ai mal entendu. Bridget ? Tu n’as pas l’intention d’arrêter la médecine ?
- Si, Stephanie : j’en ai bien l’intention.
- Tu as toujours rêvé de devenir médecin.
- Et j’ai toujours rêvé de fonder un foyer et j’ai réussi. Deacon et moi sommes très heureux ensemble.
- Ton père ne va pas aimer cela. Voit tu je n’étais pas toujours d’accord avec ta mère…
- Pas toujours ?
- Oui bon rarement, presque jamais mais elle et moi étions d’accord sur un point lorsque tu t’es mariée : nous pensions toutes les deux que tu étais trop jeune pour cela et encore plus pour devenir mère. Bridget tu vas gâcher ta vie !
- Non, Stephanie, je ne suis pas entrain de gâcher ma vie. Bien au contraire. Je suis une femme comblée : je suis mariée à un homme que j’adore et qui m’adore et nous allons bientôt devenir parents de deux magnifique petits bébés.
- Des jumeaux ?
- Tu attends des jumeaux ?
- En effet : Deacon et moi allons avoir des jumeaux.
- Je n’en savais rien, tu ne m’en as jamais parlé.
- Pas même à moi, répliqua Stephanie.
- Deacon et moi voulions attendre un peu que les problèmes se résolvent avant de l’annoncer officiellement à tout le monde.
- Ton père ne va pas bondir de joie.
- Je m’en doute.
- Ce n’est pas tout : Deacon et moi allons quitter Los Angeles.
- Comment ?
- Tu as bien entendu, Stephanie, Deacon et moi allons quitter Los Angeles.
- Ton père ne sera certainement pas d’accord.
- Je m’en moque : ce n’est pas à lui de me dire ce que je dois ou ne dois pas faire. Je ne suis plus une enfant et ma place est au coté de mon mari : de l’homme que j’aime.
- Un homme qui t’oblige à t’éloigner de ta famille !
- Il ne m’oblige en rien ! C’est vous qui nous avez forcé à faire un choix. Papa, Ridge et même Thorne ont traité Deacon plus bas que terre. Maman ne pouvait pas le supporter soudainement elle a eu envie de coucher avec lui. Il lui a refusait alors elle c’est enfuie dans le désert et elle en est morte mais au lieu de l’admirer d’avoir résister à un tel succube tout le monde lui en veut et le tient pour responsable de sa mort ! Ce n’est pas Deacon qui me pousse à faire un choix entre les Forrester et la famille que nous allons fondé lui et moi, ce n’est pas lui mais bien vous !
Bridget tourna les talons et sortit de la pièce. Personne n’avait remarqué la présence de Deacon cachait derrière la porte.

Quelques minutes plus tard Bridget avait regagné son bureau lorsque on frappa à la porte.
- Qui que vous soyez allez vous en !
- Est-ce une façon d’accueillir son mari ?
Le visage de Bridget s’illumina
- Chéri ! Je croyais avoir à faire à… non et puis laisse tomber. Elle se leva et l’embrassa. Que viens tu faire ici ?
- Tu as oublié ton livre de biologie à la maison je me suis dis que cela pourrait t’être utile.
- Oh merci, Chéri, je l’ai cherché de partout ce matin.
- Content d’avoir pu t’aider. Chérie ?
- Oui ?
- J’ai surpris ta conversation avec Stephanie et Taylor.
Bridget le regarda, surprise.
- Oui, j’étais là et je n’ai pas pu m’empêcher d’entendre ce que vous vous disiez.
- Ils ont le don de me mettre hors de moi.
- Je sais mais, Chérie, ce n’est pas à toi de me défendre : mon amour tout ce stress n’est pas bon pour toi ni pour nos enfants.
- Je sais, je suis désolée. Je sais je devrais être plus prudente mais mon sang ne fais qu’un tour dans mes veines lorsque on dis du mal de toi.
- Bridget, dit t’il en souriant et la serrant dans ses bras, mon amour. Laisse les dire ce qu’ils veulent, de toute façon cela ne m’atteint pas. Ceci dit, j’ai beaucoup réfléchi : Bridget, mon amour, je sais que nous avions prévu d’attendre l’arrivée des enfants mais plus j’y pense plus je me dis que nous ferions mieux de partir des maintenant si tu es d’accord.
- Si je suis d’accord ? Mon amour mais évidemment je le suis. Bien sur je suis d’accord.
Elle passa ses bras autour du cou de Deacon pendant que ce dernier l’attrapa par la taille et purent ainsi échanger un baiser.
- Je t’aime tellement
- Moi aussi je t’aime.
Ils s’embrassèrent.
- Deacon ?
- Oui ?
- Mon amour, que dirais tu si l’en empruntait la route inverse des pionniers.
- Que veut tu dire ?
- Nous pourrions prendre la route au lieu de l’avion comme nous l’avions fait à notre retour de Vegas. Qu’en dis tu ?
- J’adorerais reprendre ainsi la route tu sais bien.
- Mais ? Parce qu il y’a un « mais » n’est ce pas ?
Deacon lui sourit.
- En effet il y’en a un. Bridget à l’époque tu n’étais qu’en début de grossesse et nous ne savions pas que tu attendais des jumeaux. De plus, il y’a une différence de parcours entre Las Vegas et Los Angeles et Los Angeles et Boston. Il y’en a pour au moins deux jours de voyage.
- Justement c’est cela qui est romantique, nous pourrions nous arrêter dans les petites villes que nous trouverons sur notre parcours pour nous restaurer ou dormir. Dis oui s’il te plait.
- Tu sais que je ne peux absolument rien te refuser quand tu fais ces yeux là…
Bridget se mit à rire.
- Mais on va en parler à ton médecin : si elle te donne son consentement nous prendront la route sinon nous partirons par le premier vol.

- Des jumeaux ? Ma fille va avoir des jumeaux avec ce voyou ! C’était déjà bien assez de savoir qu’elle attendait un enfant de lui mais là…c’est plus que je ne peux le supporter.
- Ce n’est pas tout : figure toi qu’ils vont quitter Los Angeles.
- Quoi pour aller ou ? Ne me dis pas que ce minable va l’emmener vivre à Las Vegas ? Jamais je n’accepterai qu’une de mes filles aille vivre dans cette ville de perdition.
- J’ignore où ils ont l’intention d’habiter mais j’ai cru comprendre que c’était assez loin de Los Angeles. De plus Bridget a l’intention d’arrêter la médecine.
- Quoi ?
Hurla Eric
- Je t’en prie, Stephanie, dis moi que j’ai mal entendu. Je l’en empêcherai ! Elle n’arrêtera pas ses études de médecine : il est hors de question de la laisser arrêter ses études ni de la laisser quitter Los Angeles pour aller vivre à l’autre bout du monde avec ce voyou !
- Eric, tu ne pourras pas l’en empêcher. Depuis toujours Bridget en a toujours fait à sa tête.
A l’hôpital le médecin de Bridget avait donné son accord pour le voyage en voiture.
- Bridget est encore loin du terme et le principal étant de l’éloigner de toute source de stress.
- Vous êtes certaine qu’il n’y a aucun risque ? Nous comptons faire plusieurs arrêts, passer par un tas de petites villes. Bridget rêve de faire le chemin inverse des pionniers.
- Comme si j’étais la seule à le vouloir : tu en rêves presque autant que moi.
Dit elle en riant et lui prenant la main. Le médecin se mit à rire à son tour.
- Rassurez vous, Deacon, il n’y a aucun danger : votre femme et vos enfants vont très bien. Dites moi, Bridget, une fois que vous serez installé, comptez vous poursuivre vos études de médecine ?
- Je ne le pense pas. Du moins pas pour le moment.
- Soyez heureux tous les deux et bonne chance.
Deacon et Bridget sourirent et le bras de Deacon autour du cou de Bridget ils sortirent tous les deux du bureau du médecin : soulagé.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Chapitre 11
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Mon unique Amour/My Only Love-
Sauter vers: