The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Epilogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 47
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Epilogue   Ven 12 Juin - 0:23

Deacon et Bridget étaient désormais installés à Beacon Hill. Comme convenu ils avaient reprit en sens inverse le chemin des pionniers. Eric avait tout tenté pour les empêcher de s’en aller mais en vain : ils étaient tout deux bien décidés à partir.
Bridget avait mit au monde comme prévu des jumeaux - une fille : Elona et un garçon : Joshua.
Les enfants étaient arrivés peu avant terme ce qui obligea Bridget à accoucher chez elle avec pour seule aide celle de son mari : le père de ses enfants, ce qui eu pour effet de combler de bonheur Deacon.
Ce dernier avait ouvert sa maison de couture : Sharpe design. Un jour, après son congé de maternité Bridget vint le voir à son bureau.
- Chérie. En voila une bonne surprise. Il se leva pour l’embrasser. Qu’est qui t’amène les enfants vont bien au moins ?
- Ne commence pas à t’inquiéter les enfants vont très bien. Ils sont dans le parc avec la nounou je viens de les laisser car j’avais quelque chose à te demander.
- Je t’écoute de quoi s’agit t’il ?
- Je me demandais si tu n’avais pas besoin de personnel au service courrier, petit secrétariat…je suis prête à faire n’importe quoi.
- Tu ?
Deacon s’avança vers elle.
- Bridget Forrester Sharpe est ce à ta manière gauche mais tellement romantique essaierais tu de me dire que tu souhaites travailler avec moi ?
Bridget lui sourit.
- Si tu veux de moi je suis prête à faire n’importe quoi.
- Et tes études de médecine ?
- Je ne veux plus être médecin : j’ai envie de passer le plus de temps possible avec toi et nos enfants.
Deacon la prit dans ses bras et la fit tourner au dessus du sol avant de l’embrasser.
- Rien ne pouvait me rendre plus heureux mon amour. Travailler avec toi c’est un des mes rêves les plus chère qui se réalise.
Bridget l’embrassa.
- Je sais. J’en rêve moi aussi depuis longtemps. Deacon travailler pour toi…
- Travailler avec moi. Bridget cette société nous appartient à tous deux et qui sait peut être plus tard nos enfants nous rejoindront.
- Je l’espère.
Deacon l’embrassa.
C’est ainsi que Bridget commença à travailler avec son mari.

Quelques années s’étaient écoulées depuis leur installation à Beacon Hill dans le Massachusetts. Ilona et Joshua avaient à présent trois ans, c’était des merveilleux petits enfants ressemblant comme deux gouttes d’eaux à leurs parents, la société qu’ils avaient créé ensemble devenaient prospère lorsque Bridget se retrouva de nouveau enceinte.
- Enceinte ? Tu en es certaine ?
- Oui, mon amour, certaine.
- Whaoo ! Mon amour, rien ne pouvait me rendre plus heureux. Crois tu que cette fois nous aurons des triplés ? dit t’il en riant.
- Des triplés ? Pourquoi pas : à la condition que cela soit toi qui les portent durant les neuf mois de grossesse.
Ils éclatèrent de rire et s’embrassèrent.
Huit mois plus tard Bridget mettait au monde une ravissante petite fille : Anaelle.
Quelques mois plus tard Deacon et Bridget s’apprêtaient à fêter le quatrième anniversaire des jumeaux. Ce jour là Deacon avait RDV à l’extérieur avec un important client. Au restaurant il se retrouva face à une jeune femme brune aux longs cheveux noirs au regard inquiétant et pourtant ravissante
- Deacon Sharpe
- Elisabeth : Elisabeth Howard.
- Enchanté. Vous étiez intéressé par notre dernière collection…
- Tu en as parcouru du chemin depuis la dernière fois que nous nous sommes vu, Deacon.
- Excusez moi on se connaît ?
- Allons donc tu n’as pas pu oublier nos nuits de folie dans la caravane.
Des souvenirs refirent surface dans la mémoire de Deacon. Il avait connu cette fille bien avant de venir à Los Angeles et faire la connaissance de Bridget.
- Elisabeth, je suis désolé, je ne t’avais pas du tout reconnu. Alors Faishuuin t’appartient ?
- J’y travaille.
- Ok. Par quel model de notre collection es tu intéressée ?
- Nous avons tout le temps pour parler affaire. Parle moi plutôt de toi.
- Ça aurait été avec plaisir mais je suis attendu…
- Allons donc tu n’as même pas cinq minutes à consacrer à une veille amie.
- Une autre fois peut être mais là je dois vraiment rentrer chez moi : ma femme et mes enfants m’attendent.
- Ta femme ? Tu es marié ?
Deacon sourit.
- Oui je suis marié et père de famille. Bridget et moi avons trois merveilleux enfants et un chien : la famille typiquement américaine en somme, dit t’il en souriant.
- Deacon Sharpe : marié et père et de famille : tu m’en diras tant. Je n’arrive pas à y croire.
- C’est pourtant la vérité. Bien si nous passions aux affaires à présent.
- Pourquoi cet empressement aurais tu peur de moi ?
- Peur de toi ? Pourquoi aurais je peur de toi ?
- Parce que tu dois te souvenir du bon vieux temps : c’était chaud entre nous. Tu n’as pas pu oublier.
- C’est du passé, une autre vie qui n’a plus lieu d’être aujourd’hui. Je suis marié et fou amoureux de ma femme.
- Tu ne peux pas être heureux dans ce genre de vie : tu n’es pas fais pour ce genre de vie. Tu es un oiseau de nuit, Deacon.
- Elisabeth, je ne voudrai pas te paraître grossier mais ce qui c’est passé entre nous remonte à des années : je n’étais pas marié, je ne connaissais même pas mon épouse. Aujourd’hui tout à changer : c’est ma femme et je l’aime.
- Mais elle n’en saura rien. Allez rien qu’une nuit en souvenir du bon vieux temps, histoire de voir si tu n’as pas perdu la main.
Deacon fulmina.
- Elisabeth, je suis marié ! et que tu le veuille ou non je suis un mari fidel. Je commence à croire que je suis tombé dans un piège : tu savais très bien qui j’étais en faisant semblant de t’intéresser à mes models contrairement à moi.
- Serais tu venu autrement ?
- Tu te fiches de moi ? Pourquoi voudrais tu que je mette un mariage heureux en péril pour une aventure sans lendemain.
- Personne ne nous oblige à vivre une aventure sans lendemain : cela peut devenir torride et régulier.
- Pour la énième fois, Elisabeth : j’aime ma femme, j’en suis éperdument amoureux. Pour rien au monde je ne lui serais infidèle un jour ni avec toi ni avec aucune autre. Bridget est la seule et unique.

Lorsque Deacon rentra à la maison il trouva Bridget entrain de finir de mettre la table. Il se dirigea vers elle et l’embrassa passionnément.
- Chéri. Je ne t’attendais pas si tôt. Ta réunion d’affaire n’a pas eu lieu ou elle s’est mal passée : le client n’a pas acheté ?
- Vient, vient par ici j’ai quelque chose à te dire, dit t’il en lui prenant la main. – Tu es tellement belle et je t’aime comme un fou.
Il se pencha vers elle et l’embrassa.
- Le client n’était pas acheteur.
- Il n’a pas aimé nos models ?
- Non, ce n’est pas cela. Chérie, en realité ce client n’avait rien d’un client.
- Ce client n’avait rien d’un client ? Explique toi je ne comprends rien à ce que tu me raconte.
- Bridget, mon amour, ce client était en réalité une femme.
- Oui, et alors ? Beaucoup de nos clients sont des femmes où est le problème ?
- En principe il n’y en a aucun : tous les jours je traite avec des femmes et cela ne pose aucun problème. Mais là c’était un peu différent : en réalité, cette femme ne s’intéressait nullement à nos créations… tout ce qu’elle voulait c’était… coucher avec moi.
- Quoi ? s’écria Bridget stupéfaite.
- Cette femme s’appelle Elisabeth Howard c’est une ex petite amie dont j’avais totalement oublié l’existence. Je suis sorti avec elle durant quelques temps ça remonte à bien des années, bien avant notre rencontre.
- Est-ce qu’il c’est passé quelque chose entre vous aujourd’hui ?
- Non ! bien sur non ! Comment peut tu poser cette question ? Bridget je t’aime. Je t’aime quasiment depuis le premier jour où nous sommes connu même je ne le savais pas comment le montrer à l’époque. Jamais je ne te serai infidèle. Tu es mon seul et unique amour.
Bridget jeta ses bras autour du cou de Deacon et l’embrassa amoureusement.
- Je t’aime si fort.
- Moi aussi je t’aime.
Ils tombèrent tous les deux sur le sofa et firent l’amour.

Quelques heures plus tard, la maison était remplit de rires des enfants. Bridget ayant invité les camarades du jardin d’enfant ainsi qu’un magicien dont les tours de passe passe avait faire plus d’un enfant au cours des siècles.
- Tout se passe bien ? demanda Deacon à Bridget.
Bridget souriait.
- Tout se passe à merveille. Qui étais ce au téléphone ?
- Un vendeur d’aspirateur qui souhaite vendre un model révolutionnaire. J’ai branché le répondeur de cette manière nous ne serons plus dérangés.
Deacon regarda tout autour de lui en souriant.
- Décidément elle avait tord complètement tord.
- De qui parles tu ?
- D’Elisabeth.
- Elisabeth ?
- Elisabeth Howard, la fille que j’ai revu cet après-midi. Elle jugeait la vie de famille trop monotone, selon elle je ne pouvais pas me satisfaire de cette vie là. Mais elle se trompe, elle se trompe lourdement. Merci, ma chérie sans toi je n’aurais jamais eu tout ça.
Bridget lui sourit et l’embrassa.
- Tu y es aussi pour beaucoup. Moi non plus je n’aurais jamais eu tout ceci sans toi. Je t’aime, Deacon.
- Moi aussi je t’aime, ma chérie.
Ils s’embrassèrent.

Quelques années plus tard, Deacon et Bridget s’apprêtaient à célébrer leur dixième anniversaire de mariage. Ilona et Joshua avaient à présent neuf ans et la petite Anaelle sept. Ce soir là les enfants dormaient chez des amis. Sur la table de la salle à manger trôner une belle nappe blanche avec un chandelier à deux bougeoirs. Bridget avait revêtu une magnifique robe gris bleu provenant de la dernière collection de Sharpe design qui laissait habilement découvert ses épaules. Ses longs cheveux dorés étaient retenus par une demie queue afin de laisser la majeure partie retombant sur ses épaules tel que les aimaient Deacon. Lorsque elle apparu, tel un ange à l’embouchure de la porte Deacon fut subjugué par sa beauté. Il s’avança vers elle en lui tendant une main.
- Whaoo !
Il la fit tourner sur elle-même. Bridget se mit à rire.
- Bridget. Mon amour, tu es sublime !
Il l’embrassa.
- Joyeux anniversaire mon amour
- Joyeux anniversaire à toi aussi mon cœur.
Ils s’embrassèrent.
- On a réussi n’est ce pas mon amour ?
Deacon lui donna un baiser.
- Oui, chérie, on a réussi mais tout ceci n’est encore que le commencement. Mon amour notre lune de miel commence à peine et nous avons encore de nombreuses années à passer ensemble.
- Nous avons la vie tout entière.
- Je dirai même l’Éternité car même après ma mort je ne cesserai jamais de t’aimer.
- Moi non plus je ne cesserai jamais de t’aimer.
Ils s’embrassèrent.
- Tu as faim ?
- Je meurs de faim.
- Dans ce cas Md si vous voulez bien prendre place, dit t’il en lui tirant la chaise pour s’assoire.
Deacon découvrit le plateau du dîner où trônait une dinde à l’orange. Bridget le regardait avec des yeux énamourés. Le dîner fut ponctué par des éclats de rire des tourtereaux, Deacon ne loupant aucune des mimiques de Bridget. Après le dîner Deacon invita Bridget à danser sur un slow langoureux avant de lui remettre son cadeau. Deacon tendit un écrin à Bridget lorsque elle ouvrit elle vit une chaîne en or blanc avec un cœur.
- Oh Deacon ! il est magnifique : je l’adore.
Elle l’embrassa avant de sortir le bijou de son écrin et là vit l’inscription sur le pendentif : A Bridget, mon seul amour. Sur l’autre face était gravé une photo d’eux.
Bridget se jeta au cou de son mari et l’embrassa passionnément.
- Je t’aime.
- Moi aussi je t’aime.
- A mon tour, voici le tien.
Deacon déballa le papier cadeau, ouvrit la boite qui contenait l’objet et là…il vit un cadre en argent contenant d’une part la photo des jumeaux avec au centre une photo de leur couple et à droite une photo d’Anaelle. Sous les photos il était gravé un message : A Deacon avec tout mon amour : Bridget.
- Ma chérie, il est magnifique. Il sera absolument super sur mon bureau chez Sharpe design.
Il regarda les photos.
- Notre famille.
- Notre famille, répéta Bridget visiblement aussi ému que pouvait l’être Deacon. Tu sais, je me disais que cela super de l’agrandir qu’en dis tu ?
- Tu veux un autre bébé ?
- J’adorerais, pas toi ?
- J’adorerais cela moi aussi et peut être si la chance est avec nous notre prochain enfant sera conçu à …Venise qu’en penses tu ?
- A Venise ?
- Ma surprise.
Deacon lui tendit deux billets d’avion en partance pour Venise.
- Venise ? En Italie ? Alors tu n’as pas oublié ? Même au bout de toutes ces années tu t’es souvenue que j’en rêvais.
- Je voulais t’en faire la surprise pour notre anniversaire de mariage. Tout est déjà réservé, l’avion, l’hôtel, tout. Nous ferons un circuit avec un guide mais nous serons seuls au monde.
- Deacon, je t’aime.
- Moi aussi je t’aime.
- Quand partons nous ?
Deacon lui sourit.
- Si je te disais cette nuit est ce trop tôt pour toi ?
- Cette nuit ? Mais il faut que je prépare mes bagages pour le voyage, demander à la baby Sitter si elle peut garder les enfants…
Deacon l’enlaça et lui donna un baiser sur son cou.
- Ma chérie, tout est déjà arrangé. Frances va garder les enfants quand à tes baguages…tu sais que je te préfère sans rien.
- Deacon ! fit t’elle l’air faussement réprobateur.
Deacon éclata de rire.
- Allez monte préparer tes valises.
- Je t’aime, lui dit t’elle avant de monter.
- Moi aussi je t’aime.
Quelques heures ils étaient dans l’avion à destination de Venise. Leur passé à Los Angeles n’était plus qu’un lointain souvenir. Leur présent, leur avenir était devant eux. Neuf mois plus tard Bridget mettait au monde à nouveau des jumeaux à la grande joie de Deacon.
- Mon amour, si je retombe à nouveau enceinte, cette fois ci je te le promet c’est toi qui portera nos bébés.
Deacon et elle éclatèrent de rire et s’embrassèrent passionnément.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Epilogue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epilogue, 19 ans plus tard ...
» Epilogue 19 ans plus tard
» La Fin de Lost : Réservé à ceux qui ont fini la série
» Barjavel - La nuit des Temps
» Passages préférés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Mon unique Amour/My Only Love-
Sauter vers: