The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 5

Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 48
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 5   Lun 6 Juil - 23:52

- Comment ça racheter son fils ?
- Lorsque Deacon est arrivé à Los Angeles il ne savait pas qu’il avait un fils. En fait mon fils Rick voulait l’adopter à la mort de sa mère mais pour cela il fallait que Deacon renonce à ses droits parentaux. Eric a alors tenté de le payer, ce qui plaisait bien à sa petite amie de l’époque mais Deacon nous a menés en bateau et après avoir rencontré ma fille il a renoncé à l’argent proposé et depuis ils élèvent ensemble le Petit Eric avec leurs autres enfants. Cela fait huit que cela dure. L’enfant n’avait qu’un an lorsqu’ils se sont mariés. A ses yeux Bridget est sa mère.
- Intéressant, murmura Charlie si bas que Brooke ne puisse l’entendre.
- Que dis-tu ?
Charlie se retourna et se mit de nouveau à califourchon sur Brooke qui se mit à rire.
- Je disais que toutes ces histoires m’ont donné faim, je suis affamé.
- Je suis affamée moi aussi.

A la maison de la plage Deacon était pensif, l’air absent. Bridget mit ses bras autour de lui. Il lui sourit, l’attira vers lui et l’embrassa. Bridget se blottit dans ses bras et ils restèrent ainsi en silence dans les bras l’un de l’autre un long moment.
Deacon l’embrassa sur la tête.
- Que comptes faire pour Julian ?
- J’n’en sais rien. C’est un chouette garçon et j’aimerais qu’il trouve enfin une famille qui l’aimerait comme il le mérite.
- Il peut en avoir une…avec nous.
Deacon lui sourit et l’embrassa.

Chez Brooke Charlie réfléchissait lorsque celle-ci arriva revêtue de sa nuisette rouge mit une musique d’ambiance et effectua une sorte de danse du ventre. Charlie se mit à rire et mit ses mains sur le postérieur de Brooke et sans préambule lui fit l’amour.
- Et si on se mariait ? sorti t’il tout de go
- Nous mariait ? Mais je croyais que tu ne voulais pas d’attache, que tu aimais notre relation telle qu’elle est aujourd’hui.
- J’ai changé d’avis et j’ai envie de passer à la vitesse supérieure. Alors tu es d’accord ?
Brooke se mit à rire.
- Bien sur je suis d’accord.
Charlie se leva d’un bond.
- Super ! Je vais téléphoner à mon ami pasteur il nous mariera des ce soir.
- Quoi ? Ce soir ? Mais non, non attend, il faut que je prévienne ma famille, mes enfants…
- Je veux un mariage dans la plus complète intimité. Je te l’ai dit, personne ne doit savoir que je fréquente les Forrester. Si tu préviens ta famille la presse va s’emparer de l’affaire et mes clients ne feront plus jamais confiance.
- Mais il nous faut faire les analyses prénuptiales.
- Ne t’inquiète pour ce détail mon ami s’occupera de tout
Brooke sourit
- Très bien mais alors laisse moi aller en vitesse aux Créations Forrester me choisir une robe de mariée et je reviens. Je n’en ai pas pour longtemps.
- Parfait mais fait attention à ce que personne ne te vois.
- Ne t’inquiète pas, je reviens très vite.

Apres avoir entendu la voiture de Brooke démarrée dans l’allée, Charlie sortit son telephone portable et composa un numéro.
- C’est bon tout est en place : elle me mange dans la main.
- Quoi ? Elle ne posera aucun problème, de toute façon elle ne peut pas le supporter et n’a qu’un rêve le voir sortir de la vie de sa fille.
- Ok a tout à l’heure. Passe par la porte de derrière je viendrai t’ouvrir
Charlie raccrocha.

Quelques minutes plus tard une voiture se gara dans l’allée de derrière. Une femme sortie de la voiture ; Charlie vint à sa rencontre et lui serra la main.
- Je vous remercie d’être venue si vite
- Il y’a beaucoup de monde à la maison ?
- Non, juste la femme de chambre, je ne sais jamais si elle dort ou si elle est encore réveillée c’est pourquoi il vaut mieux nous montrer prudent. Suis-moi.
La femme suivit Charlie jusqu’à la chambre de Brooke.
- Ou est ta petite amie ?
- Elle est allée aux Créations Forrester se cherchait une robe de mariée. Telle que je la connais elle en a pour des heures avant de trouver ce qu’elle cherche.
- Es tu certain qu’elle ne posera pas de problème ? Il ne faudrait pas que quoique ce soit vienne se mettre en travers de notre plan.
- Ne t’inquiète pas, comme je te l’ai dit au téléphone, elle me mange dans la main. Elle a tout gobé de mon histoire, tout ! Quand à lui, elle le déteste au moins autant que nous et n’un rêve : le voir s’éloigner de sa fille pour toujours.
- Je me fiche qu’il s’éloigne ou non de sa princesse, tout ce qui m’intéresse c’est son pognon ! Il doit payer pour toutes ces années de souffrance qu’il ma fait endurer.
- Il paiera, crois moi. Ce RATE ne va pas s’en tirer à si bon compte.
- Tu es sur qu’il est aussi riche que tu le crois ?
- Ce bon a rien est marié à une Forrester.
- Une Forrester ? Des Créations Forrester ?
- Tout juste, les Créations Forrester qui te font t’en rêver lorsque tu les vois dans les magazines. C’est un milliardaire aujourd’hui.
- Comment peut tu en être sur ?
- Il y’a quelques semaines, peut être plus, Eric Forrester, le patriarche et fondateur des Créations Forrester a redistribué ses actions et ce bâtard en une bonne part : pour lui et pour ses sales mioches. Quand à sa femme, elle est tellement conne qu’elle ferait n’importe quoi pour lui. Je l’ai observé tout les deux pendant tous ces mois : ils forment une charmante petite famille, oh oui charmante, dixit t’il sur un ton ironique.
La femme resta pensive un moment.
- Baise-moi.
- Quoi ?
- Tu as entendu, Baise-moi.
- Tu n’es pas sérieuse.
- Georges…
- Hey, hey, ma belle, ici c’est Charlie, le brasseur d’affaire, l’homme respectable.
- Ok, peut importe ton identité parmi eux, je m’en moque, moi tout ce que je veux pour l’instant c’est que tu me baise.
- Maintenant ?
- Oui ! Maintenant ici, dans ce lit, je suis certaine qu’il doit être très confortable.
- Oh pour ca oui, il est !
- Alors qu’attends-tu pour me baiser? Je suis sur le point de te marier à une autre pour je ne sais combien de temps, j’ai bien le droit à une récompense.
Georges/Charlie sourit. Il se dirigea vers le placard de Brooke et sortit une de ses nuisettes.
- Tient, dit-il en lui lançant la nuisette, essaye ca.
- Hum, c’est soyeux.
- Oui c’est du satin. C’est l’une de ses créations.
La femme revêtit la nuisette ce qui eu pour effet immédiat de mettre Georges/ Charlie en érection.
- Un bon coup vite fait bien fait d’accord.
Georges/Charlie la pénétra et atteint facilement l’orgasme de la femme. Celle-ci gloussa de plaisir.
Quand il eu finit il se rhabilla.
- Une chose est certaine, tu n’as pas perdu la main. T’offre-t-elle autant de plaisir que moi ?
- Ma belle je suis au regret de t’avouer qu’au lit c’est une experte.
- Mieux que moi ?
Georges/ Charlie sourit.

Aux créations Forrester, Deacon travaillait tard ce soir là c’est pourquoi Bridget passa le voir.
- Tu t’es tout noué, dit-t’elle en lui massant les épaules, en rentrant je vais te faire couler un bon bain chaud.
Deacon l’attrapa par la taille et sans qu’elle ne s’y attende la fit assoir sur ses genoux en lui donnant un baiser. Bridget se mit à rire et l’embrassa à son tour.
- A une condition : tu m’y rejoins.
- Insatiable, répondit-t’elle en riant tout en l’embrassant.
- Puisque les enfants font une pyjama party chez Stephanie leurs parents ont bien le droit d’en faire autant…et j’ai très envie de passer une soirée en tête à tête avec ma ravissante épouse que j’aime à la folie.
- Moi, aussi je t’aime.
Les yeux de Deacon se perdirent dans le vague.
- Chéri…
- Pardon, mon amour, mon esprit a voyagé.
- Mon amour, je sais très bien à quoi tu penses et tu sais bien que je suis d’accord.
- Je sais bien mon ange mais est ce bien raisonnable.
- Qu’est qui t’inquiète ?
- Je n’en sais rien ma chérie c’est juste...je ressens une sensation étrange depuis quelque temps j’ignore à quoi c’est du ni a quoi cela correspond. J’aimerais prendre Julian à la maison, je t’assure, j’aimerais qu’il vive avec nous.
- Mais ? Parce qu’il y a un « mais » n’est ce pas ?
- Non, il n’y a pas de « mais » puisque tu es d’accord j’adorerais que cet enfant vive avec nous cependant… oh, je ne sais pas, je ne sais vraiment pas ce qui m’arrête. J’aime cet enfant comme si il était le notre alors même que je ne le connais depuis si peu de temps…
- Mais quelque chose t’empêche de l’adopter.
- Oui. Et je n’arrive pas à savoir quoi. Tu dois me trouver bien égoïste ou alors me prendre pour un fou.
Bridget l’embrassa.
- Non, non tu n’es pas égoïste et tu n’es pas non plus fou. Tu as simplement des raisons qu’on n’arrive pas à comprendre pour le moment mais tôt ou tard cela viendra.
Deacon la regarda avec des yeux enamouré
- Si on rentrait ?
- Volontiers.
Ils sortirent du bureau enlacés, tels deux adolescents amoureux, ils étaient occupés à rire ne regardant pas où ils allaient se croyant seul dans les locaux jusqu’au moment où Bridget marchant en marche arrière se cogna sur quelqu'un.
- Oh pardon je suis désolée, je ne vous avez pas vu…Maman ? Mais qu’est tu fais ici à cette heure ?
Brooke surprise par la rencontre avec sa fille bredouilla.
- Bri…Bri…Bridget ! Je m’attendais pas non plus à te trouver ici et encore moins à cette heure tardive.
- Que faites vous ici, Brooke ? Je vous croyez partit depuis longtemps ainsi que tout le monde. Est-ce Ridge ou Thorne sont là également ?
- Je…je…je ne sais pas, bégaya t’elle.
Bridget s’aperçut du malaise de sa mère et ne manqua pas de lui faire remarquer.
- De toute évidence tu te croyais toute seule mais pourquoi es tu aussi mal à l’aise à croire que tu viens de faire quelque chose de répréhensible.
Brooke fit mine de recouvrer ses esprits et s’efforça de sourire.
- Oh mais non bien sur, qu’est que tu imagines ? J’avais oublié quelque chose au bureau je suis donc revenu le chercher.
- Et cela qu’est ce c’est ? dit Bridget en désignant la housse de vêtement.
Brooke se ressaisit.
- Bien c’est cela. J’avais apporté mes vêtements à nettoyer et je les ai oubliés au bureau.
- Tu aurais très bien pu les prendre demain.
- J’ai une réunion importante demain matin et il me les fallait absolument.
- Si tu le dis, répondit Bridget intriguée par les réponses évasive de sa mère.
- Mais toi, tu n’as pas répondu, que fais tu ici à cette heure.
- J’ai travaillé tard ce soir, Bridget ma rejoint et justement nous nous apprêtions à rentrer chez nous lorsque nous sommes tombés sur vous. On y va chérie ?
Bridget intriguée regardait toujours sa mère mais entendit néanmoins la question de son mari.
- Bien sur, chéri.

Apres avoir fait l’amour Bridget se blottit tout contre Deacon ce dernier lui sourit et l’embrassa.
- Maman était plutôt bizarre ce soir tu ne trouves pas ?
- Ma chérie, ta mère est toujours bizarre.
Bridget explosa de rire et lui donna un baiser.
- Soit un peu sérieux.
- Mais je le suis.
- Plus sérieusement j’ai trouvé son comportement vraiment étrange ce soir.
- Elle ne s’attendait pas à nous trouver au bureau si tard voila tout.
- Oui c’est sur mais ce n’est pas ce que cela. On aurait dit qu’elle était…comment dire…gênée. Oui c’est cela elle était gênée, indisposé par notre présence. Tu n’as rien constaté ? Elle est ainsi depuis qu’elle fréquente ce type comment s’appelle-t-il déjà ?
- Charlie quelque chose.
- Charlie Brown je crois. Cela va faire combien de temps maintenant qu’ils se fréquentent ? Quatre, six mois non ? Ne trouve tu pas bizarre que nous ne l’ayons encore jamais rencontré ?
- Tu sais ce que je crois ? A mon avis ce Charlie Brown est une pure invention pour rendre Ridge jaloux.
Bridget le regarda surprise
- Tu crois ?
- Oui, dit-il en déposant un baiser sur ses lèvres. Et maintenant ma chérie, tait toi un peu et embrasse-moi. Ce soir je ne veux que toi et moi, uniquement Bridget et Deacon : personne d’autre. Pourras tu pour une nuit oublier le reste du monde et ne songer qu’à nous deux ?
- Rien de plus facile mon amour.
Poussé par la passion ils refirent l’amour.

Alors qu’ils étaient entrain de faire l’amour, Charlie entendit des pas dans les escaliers.
- Attention la voila, dit-il en entendant des pas
Aussitôt la femme s’éloigna à une distance raisonnable et eu le temps de se revêtir. Brooke entra le sourire aux lèvres et se dirigea vers Charlie en lui donnant un baiser sur les lèvres.
- Je n’ai pas été trop longue ?
- Tu as trouvé ce que tu voulais, demanda t’il en éludant la question.
- J’ai choisi la dernière création de Ridge. Brooke se mit à rire. Je parie qu’en dessinant cette robe, jamais il ne serait venu à l’esprit de Ridge que c’est moi qui la porterait en premier.
- Brooke, je voudrai te présenter mon amie de toujours : le pasteur Nancy…
- Nancy Miller, pour vous servir. Geo…Charlie et moi sommes de très grands amis depuis des années. C’est un membre affluant de ma petite congrégation, donc lorsque il m’a appelé pour m’annoncer son mariage et ma demander si je voulais bien l’officiait, j’ai aussi aussitôt accepté. Il était hors de question que Charlie se marie sans moi.
- Je vous remercie d’avoir répondu présente. Tout ce qui est important pour Charlie l’est pour moi aussi. En parlant de cela, je tiens à être complètement honnête avec toi : en sortant du bureau je suis tombée au sens propre comme au sens figuré sur Bridget et son abrutit de mari.
Charlie s’excita
- Tu ne leur a rien dit au moins ?
- Mes lèvres sont scellées, je t’ai promis de ne rien dire à personne et j’ai tenu ma promesse, répondit Brooke en souriant sans même se rendre qu’il avait faillit lever la main sur elle.
- Il est impératif qu’ils ne sachent rien.
- Je te le promets, personne ne sera jamais que nous sommes mariés tout les deux cela restera notre petit secret aussi longtemps que tel sera ton souhait.
- Très bien, dit-il en baissant le ton.
- Et si nous commencions à présent, j’ai tellement hâte de devenir Md Charlie Brown.
Charlie fit semblant de sourire
- J’ai hâte aussi.
- Si vous êtes prêt nous allons commencer.
Le faux pasteur commença alors.
- Mes biens chers frères et sœurs, nous sommes réussi ici en ce jour et en ce lieu…

Une semaine s’était écoulée depuis le prétendu mariage de Brooke et Charlie. Celui-ci ayant prétexté un voyage d’affaire c’était absenté pour aller rejoindre Nancy et mettre au point leur plan.
Ce jour là Bridget, de garde à l’hôpital s’étira et s’empara d’une photo de Deacon lorsque Taylor vint la voir. Elle sourit en là voyant.
- Alors on rêve au lieu de travailler.
Bridget sursauta puis sourit en voyant Taylor
- Tu es de garde ce soir ?
- Théoriquement c’était au tour de July mais elle est malade, elle a la grippe j’ai donc du la remplacé au pied levé.
- Comment ca va ? On ne se voit plus guère en dehors de l’hôpital lorsque nous avons la chance de nous croisé.
- Oui, je sais, je suis désolée, mais j’ai tellement de travail à l’hôpital et le reste du temps je le consacre à ma famille.
- C’est bien naturel, je comprends et si j’en crois cette photo, dit t’elle en prenant le cadre du bureau après que Bridget lu reposé tu es éperdument amoureuse de ce garçon.
Bridget sourit.
- C’est vrai je l’aime, il est toute ma vie mais tu dois comprendre cela puisque tu vis quelque chose de similaire avec Ridge.
Taylor soupira
- J’aimerais te répondre par l’affirmatif mais ta mère restera toujours entre nous.
- Ridge ta choisi pourtant.
- Oui mais tu sais ce que c’est Brooke restera dans l’esprit de Ridge, il ne la jamais chassé complètement même si je dois bien l’admettre depuis quelques mois celle-ci nous a laissé tranquille et les rares fois où elle appelle c’est pour discuter du travail.
- Vraiment ? C’est curieux.
- En effet c’est curieux mais je ne vais pas m’en plaindre.
Bridget pouffa.
- J’imagine mais c’est curieux. D’aussi loin que je me rappelle ma mère s’est toujours arrangé pour se trouver dans une situation lui permettant d’appeler Ridge à la rescousse. Peut être Deacon avait tord finalement, peut être ce Charlie Brown existe-t-il pour de bon.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Chapitre 5
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Un retour du passé-
Sauter vers: