The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 7

Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 48
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 7   Sam 18 Juil - 12:48

Charlie et Brooke venaient d’avoir un rapport sexuel. Brooke était éreintée.
- Tu es vraiment le meilleur étalon à qui j’ai eu affaire jusqu'à maintenant.
- Merci, tu es pas trop mal comme jument. Ou as-tu appris toutes ces techniques ?
- Elles te plaisent ?
- Je ne serai pas un homme normal si je n’appréciais pas.
Brooke sourit.
Georges, Charlie resta silencieux.
- A quoi penses-tu ?
- Devine, j’étais entrain de penser à ta fille.
- Ma fille pourquoi ?
- Où en est-elle avec ce Deacon ?
- Toujours pareil pourquoi ?
- Mais toi tu aimerais les voir séparer.
- Je me suis résignée puisque ils ont l’air de s’aimer et Bridget est heureuse avec lui.
- Ta fille connaît t’elle sa chance d’avoir une mère comme toi ?
- Comme je te l’ai dit, je n’ai pas toujours été une mère à la hauteur loin de là. De ce coté là Bridget me dépasse largement. Tient elle a même démissionné de son poste à l’hôpital universitaire pour rester aux cotés de son mari car il ne va pas très bien en ce moment. Elle, lui et leurs enfants sont allés passer quelques jours à Disneyland.
- Comment ? Tu veux dire qu’ils ne sont pas à Los Angeles en ce moment ?
- Ils ne devraient pas tarder à rentrer mais en effet ils ne sont pas à Los Angeles en ce moment.
Merde alors là c’est la tuile, grommela t’il.
- Que dis-tu ?
- Rien, je ne disais rien.
- Ah bon. J’avais cru t’entendre parler.

Chez Forrester, Ridge entra dans le bureau d’Eric.
- As-tu du nouveau sur ce Charlie ?
- J’ai mis un détective privé sur l’affaire.
- Bien. Nous devons absolument découvrir qui est ce Charlie Brown.
- Pour une fois je suis d’accord avec vous. Nous nous devons de découvrir si cet homme ne veut pas tout simplement mettre la main sur la fortune des Forrester. Brooke est tellement naïve des qu’il s’agit des hommes tant qu’il satisfait sa libido…
- Stop ! Stephanie. Ne recommence pas ton refrain habituel.
- Ce qui compte maintenant c’est de mettre Bridget au courant. Quand dois-t’elle rentrer de Disneyland ?
- Aujourd’hui je crois, répondit Stephanie.
- As-tu essayé de lui téléphoner ? demanda Ridge.
- Son portable est sur répondeur.
- Deacon et elle l’ont laissé chez eux afin de ne pas être dérangé.
- C’est malin, grommela Eric.




_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 48
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Re: Chapitre 7   Sam 18 Juil - 12:49

La voiture de Deacon et Bridget se gara dans l’allée de la maison de la plage. Les enfants se précipitèrent hors de la voiture.
Bridget alla ouvrir pendant que Deacon déchargeait la voiture. Une fois à l’intérieur les enfants coururent dans leur chambre. Bridget enlaça Deacon et l’embrassa.
- Est-ce ca va ?
Deacon lui sourit et lui donna un baiser.
- Oui, ne t’inquiète pas : tout va bien.
- Vraiment ?
- Oui vraiment.
- Très bien dans ce cas je vais aller m’occuper de quatre petits monstres affamés.
Deacon se mit à rire et l’embrassa. Bridget disparu dans la cuisine, Deacon écouta le répondeur.
- Vous en rêviez votre rêve devient réalité : le nouvel aspirateur…Deacon supprima quelques messages lorsque un autre appel attira son attention.
- Bridget c’est le Dr Mitchel il est indispensable que vous veniez accompagner de votre mari : il s’agit de Julian.
- Bridget ! hurla Deacon
- Elle sortit en trombe de la cuisine.
- Que ce passe t’il ?
- Le Dr Mitchell a appelé il s’agit de Julian : il veut qu’on vienne tous les deux.
- J’appelle la baby Sitter et nous y allons.
Quelques minutes plus tard Deacon et Bridget arrivèrent à l’hôpital, Bridget se précipita à la rencontre du médecin.
- Dr Mitchell comment va Julian ?
- Je suis content que vous soyez là tout les deux. Il n’a pas cessé de vous réclamer.
- Que c’est t’il passé ? Ou est sa famille d’accueil ? Pourquoi n’est t’elle pas ici ?
L’assistante sociale prit alors le relais.
- La famille d’accueil est une des raisons de la venue de Julian ici.
- Comment ca ? demanda Deacon
- L’administration s’est trompé en recevant le dossier cette famille et en lui confiant un enfant, particulièrement Julian.
- Qu’entendez-vous par là ? demanda Bridget.
- Ces personnes n’ont fait cela que pour l’argent et ont battu Julian.
- Oh mon Dieu non ! s’écria Deacon.
Bridget le regarda.
- Ca va chéri ?
- J’n’en sais rien.
- Tu veux boire un verre d’eau ?
- Non, ca ira.
- Julian s’est alors sauvé de la maison de la famille mais malheureusement pour lui il est tombé sur son père.
- Que fait ce monstre en liberté ? s’écria Bridget horrifiée
- Il a payé une caution et il est libre en attendant le procès.
- Et il a battu Julian, dit Deacon en soupirant.
- Oui.
- Est t’il gravement blessé ?
- Oui, répondit le médecin. Il a plusieurs contusions sur le visage et plusieurs cotes fracturées.
Bridget porta ses mains à sa bouche. Deacon l’attira et la serra contre lui.
- Pouvons-nous le voir ?
- Bien sur.
Deacon et Bridget entrèrent dans la chambre du petit Julian, ils s’approchèrent tout doucement du lit où dormait l’enfant. Bridget s’avança tout doucement et donna un baiser sur le front mutilé du petit. Le garçonnet se réveilla.
- Bridget, dit-il dans un murmure, c’est toi ?
- Oui mon ange c’est moi.
- Est-ce Deacon est là aussi ?
- Bien sur je suis là.
- Je suis content que vous soyez la tout les deux.
- Comment te sens tu chéri ?
- Ca va, mentit t’il.
- Vraiment ? fit Bridget en faisant une moue.
- Julian, tu sais ce que tu peux être honnête avec nous. N’oublie pas que Bridget est médecin et elle sait très bien si tu souffre ou non. Et plus que tout nous t’aimons, Julian, alors dis nous la vérité.
- C’est vrai vous m’aimez ?
- Bien sur chéri nous t’aimons.
- Mais vous ne voulez pas de moi dans votre vie. Mais je comprends tu sais : Deacon et toi avez votre propre vie, vos enfants. Vous avez déjà fait beaucoup pour moi et je vous suis reconnaissant, je vous le saurai toute ma vie mais je ne suis pas votre fils.
Bridget, assise sur le rebord du lit, regarda Deacon. Ce dernier lui sourit, elle répondit en retour au sourire de son mari, lui tendit la main, il avança vers le lit et Bridget se retourna vers Julian.
- Et si tu le devenais ?
- Devenir quoi ?
- Notre fils.
- C’est impossible.
- Pourquoi cela ne serait pas ? Mon ange, tout est possible si nous le voulons.
- Julian, Bridget et moi t’aimons et nous aimerions beaucoup t’adopter si tu es d’accord.
- M’adopter ? Vous voulez m’adopter ?
- Oui, si tu es d’accord, répondit Bridget.
L’enfant regarda Deacon des yeux cherchant son approbation ou sa désapprobation.
- Toi aussi, Deacon tu le veux ?
- Bien sur.
- C’est impossible.
- Pourquoi dis tu ca ?
- Parce que je ne suis plus un bébé, les gens ne veulent que des bébés et…il marqua une pause, je ne suis pas digne d’être aimé : c’est pour cela que mes parents me battait.
- Tu fais erreur Julian. C’est aussi ce que je croyais pendant des années.
- Toi ? Deacon ?
- Oui, j’ai cru cela des années durant… mais je me suis trompé. Bridget ma apprit que moi aussi j’étais digne d’être aimé. Et tu as pu constater le résultat : aujourd’hui nous sommes mariés, nous avons des enfants et nous aimerions que tu viennes agrandir notre famille.
L’enfant fit silence quelques minutes avant de reprendre.
- Que vont penser Eric, Elona, Joshua et Anaëlle, seront t’il d’accord ? Je ne veux pas leur prendre leurs parents.
Deacon voulut répondre mais Bridget mit une main sur son épaule.
- Tu permets, Chéri ? J’aimerais lui expliquer quelque chose.
- Mon ange, Eric fut notre premier enfant, durant quelques années il nous a eu pour lui tout seul, puis Joshua est né et Eric a du partager ses parents avec un petit frère, par la suite est venue au monde Elona puis Anaëlle et tous ont apprit à nous partager car ils savent très bien tous les quatre que nous les aimons tous autant les uns que les autres. Et je suis certaine qu’Eric et Joshua adoreraient avoir encore un frère.
- Et si un jour vous ne voulez plus de moi.
- Nous voudrons toujours de toi.
- Même si je fais une bêtise ?
- Mon ange nous t’aimons et nous t’aimerons toujours quoiqu’il arrive.
En dépit de ses douleurs le petit sourit.
Rentré chez eux Deacon attrapa Bridget par la taille et l’attira vers lui avant de l’embrasser.
- Tu as toujours su ce que nous l’adopterions n’est ce pas ?
Bridget l’embrassa.
- Toi aussi tu le savais mais il ta fallu plus de temps pour en être certain.
- Notre famille s’agrandit grâce à toi. Jamais lorsque j’avais l’âge de Julian je n’aurais pu un jour imaginer avoir une vie aussi merveilleuse. Tout cela je te le dois : cette maison, cette famille, tout ceci n’aurait jamais existé sans toi.
- Rien n’aurait pu exister sans toi non plus.
Ils s’embrassèrent langoureusement pendant plusieurs minutes, lorsque leurs lèvres se séparèrent Deacon lui dit :
- Il va falloir prévenir les enfants de notre décision d’adopter Julian, j’espère qu’ils la prendront bien.
- Ne t’inquiète pas pour les enfants ce n’est pas comme si nous adoptions un parfait inconnu, ils connaissent Julian et ils l’aiment bien. Elona lui a même prêté sa Barbie et tu sais à quel point elle y tient : elle ne là prête même pas à ses frères.
Deacon se mit à rire.
- C’est vrai, j’avais oublié cet épisode.
- Quand à Eric et Joshua ils lui sont déjà très attachés. Eric ma plusieurs fois demandait si Julian allait vivre avec nous un jour. Ne t’inquiète pas pour nos enfants, ils sont exceptionnels.
- Exactement comme leur mère, dit-il en la serrant fort contre lui.
Bridget se mit à rire et l’embrassa.
- Tu ma stupéfait, quoique la stupéfaction ne soit pas le terme approprié : ébahi, émerveillée, lorsque tu as parlé d’Eric à Julian.
- Je n’ai rien dit d’autre que la vérité.
- A un petit détail prêt cependant : tu as volontairement omit de lui dévoiler notre secret au sujet de notre fils.
- Deacon je te l’ai dit plusieurs fois : Eric est mon enfant autant que le tien, le fait que je ne l’ai pas mis au monde moi-même ne change rien à l’amour que j’ai pour lui.
- Je le sais bien mais justement ne crois tu pas qu’il est grand temps de lui avouer la verité ?
- Non ! Deacon, Non ! Il est encore trop jeune pour comprendre.
- Tu oublies qu’il va bientôt avoir neuf ans et il est très mur pour son age. Nous pourrions prendre conseil auprès d’un psychologue pour enfant et savoir ce qu’il en pense.
- Je n’ai pas besoin des conseils d’un psychologue pour me dire ce qui conviendrait ou non à mon fils ! C’est trop tôt il est encore beaucoup trop tôt.
- Trop tôt pour qui ? Pour lui ou pour toi ?
- Deacon ! Comment peut tu dire cela tu sais à quel point je l’aime. Un jour viendra où nous lui dirons tout à propos de Becky, je te le promets mais pas maintenant, je t’en supplie pas maintenant. Eric est heureux, pourquoi le perturber ? Ce n’est encore qu’un enfant, qu’un enfant. Je t’en prie mon amour, dit-elle la voix, dit la voix nouée par l’émotion.
Deacon la serra dans ses bras et l’embrassa.
- Entendu, nous ne lui diront rien tant que tu ne jugeras pas le moment opportun.
- Maman, Papa, vous êtes rentrés ? demanda une petite voix.
Bridget se détacha des bras de Deacon et couru à l’encontre de son fils qu’elle souleva dans ses bras en lui donnant un baiser.
- Oui mon ange nous sommes rentrés.
- Tu as pleuré ? dit t’il en constatant les yeux embués de larmes de sa mère.
- Non, ce n’est rien. Je suis contente d’être ici avec ton père et toi ainsi que ton frère et ta sœur : vous êtes tout pour moi, tu le sais. Je vous aime tous tellement.
- Moi aussi je t’aime, Maman. Toi aussi, Papa je t’aime.
Deacon s’approcha de sa femme et son fils et l’embrassa à tour de rôle.
- Tu veux bien dire à Joshua et Elona de nous rejoindre, ta mère et moi devons vous parler à tous les trois.
Eric disparu un instant, Deacon s’approcha de Bridget et l’attira dans ses bras avant de l’embrasser.
- J’avais tord et tu avais raison : notre fils n’est pas prêt à apprendre la verité.
Bridget le regarda avec des yeux énamourer et l’embrassa en retour lorsque les enfants arrivèrent sans qu’ils s’en rendent compte. Ils sourirent en voyant leurs parents tendrement enlacés. D’un commun accord ils ne firent pas le moindre bruit, jusqu’au moment où Deacon les remarqua et s’écarta lentement de sa femme. Cette dernière se retourna et les vit.
- Hey, bande de petits monstres il y’a longtemps que vous êtes là ?
- Un petit moment, on vous regardez Maman et toi entrain de vous embrasser, vous étiez drôle, répondit Elona.
- Drôle ? répliqua leur père.
- Maman et toi êtes amoureux, répliqua Joshua.
- Oui, Maman et moi sommes amoureux l’un de l’autre mais ca vous le savez déjà. Ce n’est pas pour cela que nous avons demandé à votre frère d’aller vous chercher ta sœur et toi. Si nous vous avons demandé de venir c’est pour vous parler de tout autre chose.
- De quoi vous vouliez nous parler, Maman et toi ?
Deacon marqua un temps d’arrêt avant de reprendre
- De Julian. Vous souvenez vous de Julian ? Le petit garçon qui a habité avec nous quelques jours.
- Bien sur, répondit Eric.
- Il était gentil c’est pour cela que je lui ai prêté ma Barbie.
- Je me souviens il avait peur de nous au début, de toi particulièrement, Papa, il avait peur que tu lui fasses du mal comme son père lui en faisait.
- Exactement, Eric.
- Pourquoi son père le battait ? Est ce il faisait des bêtises ?
- Soit pas stupide, est ce Papa ou Maman nous batte lorsque nous faisons des bêtises ?
- Eric, s’il te plait ne parles pas ainsi à ta sœur. Elona, chérie, quoique Julian ait pu ou ne pas faire son père n’avait pas le droit de le battre comme il le faisait. Comme ton frère vient de te le dire à sa manière bien à lui, lorsque vous commettez des erreurs ou si vous nous désobéissez quelquefois à Maman ou à moi, nous vous grondons mais jamais au grand jamais nous lèverons la main sur vous. Jamais !
Des flashs back revirent en mémoire à Deacon, il se revoyait enfant levant la main devant son visage afin d’essayer d’esquiver les coups de son beau père mais en vain. Seule Bridget se rendit compte du malaise de son époux et s’approcha de lui, d’un geste tendre elle le rassura.
- Ca ne va pas, Papa ? s’enquit Eric à qui rien n’échappait.
- Non, mon ange, tout va bien, ne t’inquiète pas.
Bridget mit sa main sur le dos de son mari. Ce dernier lui sourit et l’enlaça. Bridget l’embrassa.
Deacon prit une profonde inspiration avant de reprendre.
- Lorsque nous sommes rentrés de voyage, nous avons vu le répondeur du téléphone clignotait : c’était l’hôpital, le docteur qui s’occupe de lui nous a demandé à votre mère et moi de venir au plus vite : Julian a été transporté aux urgences et depuis quelques jours il était hospitalisé.
- Il est malade ?
- Pas exactement, chérie. En réalité âpres qu’il eu quitté notre maison, il a été placé dans une autre famille pour s’occuper de lui malheureusement cette famille n’était pas honnête et n’aimait pas Julian comme nous l’aimons.
- Alors pourquoi l’ont t’il prit chez eux ?
- Pour l’argent, Eric, uniquement pour l’argent.
- Pour l’argent ? Je ne comprends pas ?
Bridget répondit.
- Eric, très souvent notre gouvernement verse une somme d’argent aux familles qui s’occupent des enfants comme Julian.
- Des enfants battus ?
- Pas seulement, Joshua, de tous les enfants qui pour différentes raisons ne peuvent plus vivre au sein de leur famille. En général, la plupart du temps, ca ce passe bien, mais il arrive parfois que des gens peu scrupuleux profite de la situation et se servent de ces enfants en leur faisant du mal.
- Et ces gens ont fait du mal à Julian ?
- Oui, ma puce, répondit son père.
Eric resta pensif un moment avant de demander.
- Est-ce Julian va revenir habiter ici avec nous quelque temps ?
- Oui et non, répondit Deacon. Julian va bien venir habiter chez nous mais cela ne sera pas seulement pour quelque temps. Cette fois ce sera pour toujours.
- Pour toujours ? répliqua Joshua stupéfait.
- Oui, Joshua pour toujours. Papa et moi avons prit la décision de l’adopter. Julian va devenir votre frère.
Il eu un moment de silence dans la pièce.
- Nous sommes conscient, votre mère et moi, que nous ne vous avons pas demandé votre avis comme nous le faisons habituellement avant de prendre une décision importante pour notre famille mais là nous devions faire vite afin de sauver Julian. Si nous ne l’adoptions pas il serait retourné dans un foyer où il serait passé de famille d’accueil à famille d’accueil avec des bonnes et des moins bonnes familles.
Les enfants gardèrent le silence quelques minutes.
- Julian va devenir notre frère alors ?
- Oui, Eric.
- Super ! encore un frère ca change des filles, s’exclama Joshua
- Hey mais je suis sure que Maman et Papa auront bientôt une autre petite fille, s’écria sa sœur. Pas vrai Maman ? Papa et toi vous aurez bientôt une fille.
- Dans tes rêves, Maman et Papa auront un autre garçon.
- Oui et même notre chien est un garçon. On est en majorité, surenchérit Eric.
- Hey, Hey, personne n’est en majorité, compris ? Nous n’avons pas adopté Julian pour que Joshua et toi soyez en majorité, nous l’avons fait parce que nous l’aimons mais il aurait tout aussi bien pu être une petite fille que nous l’aurions néanmoins adopté. Allez maintenant tout le monde au lit ! La journée à été longue, allé vous brosser les dents et nous arriverons dans quelques minutes pour vous bordez et vous raconter une histoire. Maintenant ouste ! Je ne veux plus voir aucune de vos trois bouilles d’ici trente seconde sinon je vous vendrais aux romains-michel. Attention le compte à rebours à commencé.
- On a disparu, crièrent à plein poumons trois enfants joyeux.
Deacon éclata de rire et serra Bridget contre lui avant de l’embrasser.
- On a réussi, ma chérie. Pour la première fois de ma vie je sens que tout va bien, que rien ne pourra nous atteindre. Nous sommes mariés et nous avons une merveilleuse petite famille. Qu’est un homme pourrait vouloir de plus ?
Il se pencha vers elle et lui donna un baiser.
- Je t’aime.
- Je t’aime, moi aussi.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 48
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Re: Chapitre 7   Sam 18 Juil - 12:50

Quelques jours plus tard, Julian pouvait enfin sortir de l’hôpital. Ses nouveaux parents étant allés le chercher pour le ramener dans ce qui allait désormais être chez lui. Désormais Eric avait sa propre chambre, Joshua partagerait la sienne avec Julian et bien sur Elona et Anaëlle dormaient dans la même chambre.
Cela faisait maintenant un mois que Julian avait été adopté par les Sharpe et tout se passait pour le mieux. Bien sur il y’avait parfois quelques heurts mais rien de bien méchant, en tout cas rien de plus que ce que pouvait faire des frères entre eux. Cela décida Deacon à reprendre son travail aux Créations Forrester.
Ce soir là les enfants dormaient depuis un moment déjà. Bridget, couchait à ses cotés lisait un livre.
- J’ai pris une décision : je vais reprendre mon travail aux Créations Forrester.
Bridget se retourna vers lui.
- Tu es sur ? Chéri ?
- Oui, mon amour, il est grand temps. Je devais faire le point pour savoir si oui ou non nous adopterions Julian ; c’est désormais chose faite et il est totalement intégré à notre famille. Ses parents vont être jugés et condamné pour maltraitance et selon toute vraisemblance ils encourent une réclusion pour une bonne trentaine d’année si ce n’est plus. D’ici là qu’ils sortent de prison, Julian sera adulte et en mesure de se défendre. Et même si j’adorerais rester avec toi à la maison a farnienté ce n’est pas cela qui paiera les factures ; de plus pour tout avouer, mon travail me manque.
- Je sais. Pour tout avouer je m y’attendais un peu.
- Ah oui ?
- Oui. Bridget le regarda avec des yeux enamourés. Tu vas ma manquer : les journées à la maison ne seront plus les mêmes si tu n’es pas là.
- Tu me manqueras toi aussi, mon amour.
Il la regarda langoureusement, Bridget posa son livre sur la table à chevet et embrassa son mari qui lui fit passionnément l’amour.

Le lendemain Deacon gara sa voiture dans le parking des Créations Forrester. Il monta directement dans le bureau d’Eric. Celui-ci fut surpris de le voir.
- Deacon.
- Bonjour, Eric.
- Je ne m’attendais pas à vous voir ; que faites vous ici ?
- J’aimerais reprendre mon travail.
- Vous en êtes sur ?
- Je vous demande pardon ?
- Deacon. Il y’a quelques mois vous m’aviez demandé un congé pour un temps illimité ; congé que je vous ai généreusement accordé. Depuis ce jour je n’ai plus eu de vos nouvelles ni de vous ni de ma fille. Aujourd’hui vous revenez après des mois d’absence et vous vous imaginez pouvoir reprendre vos activités comme si de rien n’était.
- J’avais certaines choses à régler concernant ma vie, ma famille : c’est désormais chose faite, tout est rentré dans l’ordre.
- Comment va Bridget ?
- Elle va bien.
- Vraiment ?
- Oui vraiment.
- En effet, je vais très bien.
- Chérie ! dit Deacon surprit. Que fais-tu ici ?
- J’ai pensé que tu aurais besoin de moi et je ne suis pas trompée apparemment.
- Ton père se demandait ce que tu devenais.
- Comme tu peux le constater je vais très bien.
- J’en conclue donc que tout va bien entre vous.
- Désolée de te décevoir mais oui tout va pour le mieux entre nous, répondit Bridget sur un ton sarcastique.
- Deacon ? Vous êtes revenu ? s’étonna Stephanie.
- Oui, Stephanie, je suis de retour. Enfin si mon poste est toujours disponible.
- Que c’est t’il passé ? Pourquoi vous êtes vous absenté ?
- Comme je l’ai dit à Eric, j’avais des choses à réglé concernant ma vie, ma famille. C’est chose faite désormais.
- Allez-vous enfin divorce de ma fille ?
- Non, Brooke, désolé de vous décevoir, puis à vrai dire non, non je ne suis pas désolé de vous décevoir j’en suis même ravi.
Bridget se mit à rire.
- A dire vrai, reprit Deacon en attirant Bridget dans ses bras en l’attrapant par la taille afin qu’elle fit fasse aux Forrester et posa ses mains sur les mains autour du cou de Bridget, à défaut de divorcer, Bridget et moi avons eu un autre enfant.
- Comment ? s’exclama Stephanie.
- Un autre enfant comment est ce possible ? s’écria Brooke abasourdie par la nouvelle à croire que le ciel venait de lui tomber sur la tête.
Bridget s’esclaffa.
- Bridget veut tu m’expliquer ce que cela veut dire ? Comment as-tu pu être enceinte sans qu’aucun de nous ne s’aperçoive de rien et mettre au monde un bébé en si peu de temps ? s’exclama Brooke furibonde.
- Bien les miracles ca existent non ? répondit Bridget facétieuse.
- Allez vous enfin m’expliquer ce qui ce passe ? reprit Brooke furieuse.
- Brooke, vous ne voyez donc pas qu’ils vous font marcher ? dit Stephanie.
- Allez chérie, on les a assez fait marcher, il est temps de leur dire la vérité et la vérité est : oui nous avons un autre enfant.
- Un ravissant petit garçon de sept ans soit un an de moins qu’Eric et un de plus que Joshua.
- S’agit-il du petit garçon qui a vécu chez vous quelques temps ?
- Julian. Oui, Stephanie, c’est bien de lui dont il s’agit.
- Je me doutais que vous finiriez par l’adopter. C’est une bonne chose. J’imagine que cette adoption vous a grandement facilité la tache pour avouer toute la vérité à Eric sur sa naissance.
- Eric ne sait rien, Stephanie.
- Qu’attendez pour le lui dire ?
- Il n’est pas prêt.
- C’est lui qui n’est pas prêt ou bien est ce toi qui n’est pas prête ?
- C’est absurde ce que tu dis, Stephanie !
- Pas si absurde que cela. Bridget, on sait tous à quel point tu es attachée à cet enfant. Bridget, tu adores ce petit n’est ce pas ?
- Bien sur je l’adore, c’est mon fils !
- Pas au sens biologique du terme et il est temps de lui dire la vérité. Vous n’êtes pas de mon avis, Deacon ?
Deacon marqua un temps d’arrêt avant de reprendre.
- Je partage l’avis de ma femme ! Notre fils n’est pas prêt à savoir la vérité au sujet de sa naissance.
- Deacon, votre fils à neuf ans et il est assez mur pour connaître la vérité. Quand comptez-vous le lui dire ?
- Aussitôt que sa mère et moi jugerons le moment opportun.
- Je dois reconnaître que je partage l’avis de Stephanie, dit Brooke qui jusqu'à lors était restée silencieuse.
- Pourquoi je ne suis pas surprise, répliqua Bridget sur un ton sarcastique.
- Ecoutez moi bien tous autant que vous êtes : Bridget et moi sommes les parents d’Eric et il nous appartient à nous et nous seuls de savoir ce qui convient à notre fils !

Deacon regagna son bureau avec Bridget. Ils s’embrassèrent.
- Je voulais te remercier d’avoir été de mon coté.
- Je pensais ce que je disais c’est à nous et nous seuls de décider du moment opportun pour dire la verité à notre fils. Eric n’est pas prêt à entendre la verité.
- Je suis heureuse que tu dises cela, j’avais peur d’être égoïste en me taisant.
- Toi égoïste ? Bridget ! Tu es la personne la moins égoïste que je connaisse. Ta famille est égoïste mais pas toi !
Il l’embrassa.
- Je ferais de mon mieux pour ne pas rentrer trop tard ce soir.
- A ce soir, mon amour.
- Qu’est tu vas faire de ta journée ?
- Hum, je ne sais pas encore, il se peut que j’emmène Anaëlle au parc.
- Bridget. Chérie. Je sais à quel point tu aimes passer du temps avec les enfants mais ne penses tu pas qu’il est temps pour toi de reprendre tes activités professionnelles ?
Bridget blottit sa tête contre la poitrine de Deacon.
- C’est possible en effet. Je vais y penser mais en même temps j’adore m’occuper de notre foyer et de notre fille. Je n’ai pas vu grandir les trois grands, j’aimerais en profiter avec Anaëlle.
- Et que deviens ta carrière ? Chérie, je sais à quel point être médecin devenir médecin comptait pour toi ; tu as travaillé très dur pour y arriver. Chérie, tu as réussi ce que peu de gens réussissent : être maman et faire des études de médecine.
- Deacon, chéri, je suis médecin à plein temps en était maman, lorsque un des enfants est malade que crois tu que je fais ?
- Je ne parlais pas de cela et tu le sais parfaitement.
Bridget soupira.
- C’est vrai, tu as raison. Je l’admets, la médecine me manque. Mais en même temps j’ai envie d’être plus présente à la maison, pour toi et les enfants.
- Tu pourrais peut être prendre un emploi à mi temps ou a temps partiel ainsi cela te permettra de faire les deux.
- C’est possible, je vais voir avec le Dr Mitchel si il veut bien sinon tant pis je postulerais ailleurs.
- Bien ! dit t’il en souriant.
Bridget resta un moment silencieuse ; Deacon s’en rendit compte.
- Ca ne va pas, ma chérie ? Tu as l’air soucieux.
- Avons-nous raison, Deacon ? Avons raison de cacher la vérité à notre fils au sujet de sa naissance.
- Bridget ! Nous en avons déjà discuté, je croyais ce sujet classé.
- Jusqu'à il y’a quelques jours encore tu étais prêt à tout lui raconter.
- Oui, et tu m’en as dissuadé en me faisant comprendre qu’il était encore trop tôt, qu’il n’était pas prêt.
- Et si vous aviez tous vu juste, si c’est moi qui ne suis pas prête et non notre fils ? Peut être ais je réagis de la sorte égoïstement, de peur de perdre l’amour de notre petit garçon s’il apprenait que je ne suis pas sa véritable mère.
Bridget avait la gorge serrée. Deacon la serra dans ses bras.
- Ne dis pas n’importe quoi, Eric t’adore et t’il t’aimera encore plus lorsqu’il saura tout. Mais pas maintenant, c’est toi qui avait raison, mon amour, il est encore trop jeune pour tout comprendre et en particulier le fait que je n’ai jamais été amoureux de Becky pas plus que celle-ci ne l’était de moi. Laissons le profiter de son enfance pendant qu’il est encore temps.
Deacon la serra dans ses bras et lui donna un baiser sur sa tête. Bridget le regarda.
- Tout va bien maintenant, tu crois ?
- Bien sur. Pourquoi cette question ?
- Je n’en sais rien, j’ai un étrange pressentiment, comme si quelque chose allait se produire.

A l’autre bout de la ville, dans un appartement pitoyable, Nancy était furieuse après Georges.
- Combien de temps vais-je devoir vivre dans cet appartement miteux pendant tu te payes la belle vie avec ta blonde ?
- Cela a prit un peu plus de temps que nous l’avions prévu.
- Un peu ? s’écria-t-elle, son irritation redoublant. Ca fait des mois qu’on est là à ne rien faire, on à pas avancer d’un pouce dans notre plan. Mais tu t’en fiche, évidement, pourquoi t’en faire tu as tout ce que tu veux avec la blonde ! Tu vis dans une superbe maison de Beverly Hills, tu as une carte de crédit te permettant d’acheter tout ce dont tu as envie et pour finir, ta blonde se donne à toi sans avoir besoin de la supplier et il est certain que tu dois apprécier de faire l’amour dans des draps de satin avec une femme aussi belle que sexy. Donc pourquoi te soucierais-tu de moi ? À présent tu as tout ce dont tu rêvais.
- Pas tout non. Je n’aurais tout ce dont je rêvais uniquement lorsque je me serai vengé de ce misérable.
- Ravie de voir que tu n’as pas oublier.
- Je ne risque pas, crois moi, seulement il me faut trouver le moyen de le toucher là ou ca lui fait mal.
- Sa femme. Tu m’as bien dit qu’il était fou amoureux d’elle. Il y a aussi les enfants. Arrange-toi comme tu voudras mais je veux qu’il paie.
- Il paiera, crois moi, il va payer et cher.

Ce soir là, à l’autre bout de la ville, à Beverly Hills, Brooke entra chez elle furieuse.
- Ce qu’elle peut être bête alors, cette idiote s’est encore enchainée un peu plus à ce voyou…
- Bien dit donc, tu as l’air de bonne humeur ce soir, dit Georges/Charlie, mauvaise journée au travail ?
- Non, le travail ca été, la routine, rien de très passionnant mais c’est ma fille.
Georges Charlie prêta une oreille attentive.
- Ta fille ? Je croyais que tu n’avais plus de ses nouvelles depuis un moment.
- Oh oui et pour cause ! Tu ne sais pas ce que cette petite idiote est allée faire, elle a adopté un enfant !
- Quoi ! hurla Georges/ Charlie avant de se prendre un air plus détaché. Adopter un enfant ?
- Oui, un petit garçon de sept ou huit ans je ne sais pas exactement. C’était un enfant maltraité par sa famille. Je ne sais plus trop comment ils l’ont connu toujours est t’il que désormais il vit avec eux comme leur propre fils.
- Si ses parents l’ont frappé c’est qu’il devait y avoir une raison.
- Non, rien ne justifie qu’on batte un enfant et pour tout de dire j’admire Bridget de lui avoir sauvé la vie mais j’aurais préféré qu’elle le fasse avec un autre homme. Mais non elle a choisi de rester marié avec ce bon à rien, en plus d’avoir trois enfants avec lui, elle adopte ce môme venu d’on ne sait où et refuse d’avouer à Eric qu’il a été adopté lui aussi.
- Eric, tu veux dire l’ainé de leurs enfants ?
- Oui, sauf qu’en réalité c’est l’enfant de Deacon et non de ma fille mais elle le considère comme le sien puisque c’est elle qui l’élève depuis l’âge de six, sept mois.
- Et tu n’es pas d’accord ? Je croyais que tu le considérais comme ton petit fils.
- Cet exact mais je pense néanmoins qu’il faut le tenir au courant sur sa naissance.
- Et ta fille ne partage pas ton avis ?
- Tu plaisantes ! Elle dit qu’il n’est pas prêt mais je crois que c’est elle qui n’est pas prête.
Brooke s’éloigna.
- Intéressant, dit Charlie/Georges. Il décrocha son portable.- Nancy, écoute moi, nous allons devoir changé quelques uns de nos plans.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 7   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 7
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Un retour du passé-
Sauter vers: