The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 10

Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 48
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 10   Mer 5 Aoû - 19:18

L’enfant sentit le sol se dérobait sous ses pieds.
- Pas ma mère ? Non, non c’est impossible : c’est ma Maman !
- Non, Eric, je te peux te garantir qu’elle n’est pas ta véritable mère. C’est juste la femme de ton père. Elle te ment depuis toujours, tout comme elle ment à ton père en prétendant l’aimer alors qu’en réalité elle trompe avec un autre homme.
- Non, ce n’est pas possible, non ! C’est ma Maman et elle aime Papa.
- Je t’assure, je te dis la vérité. Eric ta mère est morte lorsque tu étais tout petit, ensuite ton père ta récupérait et il a épousé Bridget. Depuis elle fait semblant d’être ta mère et de t’aimer mais tout n’est que mensonge.
- Comment le savez-vous ?
Georges fut prit au dépourvu quelques secondes mais ne laissa rien paraître et trouva rapidement la parade.
- Parce que elle me la dit !
- Tu connais Maman ?
- Oui, Eric. Bridget ignore que nous nous connaissons donc elle c’est confiée à moi. Elle va bientôt laisser tomber ton père pour aller avec son amant qui est bien plus riche.
Les larmes commencèrent à couler sur le visage d’Eric mais cela ne plut pas à Georges.
- Ah non ! Tu ne vas pas te mettre à pleurer comme une fille ! Seules les filles pleurent, toi tu es un mec alors comporte toi en mec !
- En mec ?
- En homme quoi, tu n’as jamais entendu ce mot ? Ah oui j’oubliais, ton père fréquente les gens de la Haute maintenant et il doit parler comme eux. Mais écoute moi, petit gars, tu vas rentrer chez toi et à partir d’aujourd’hui tu n’obéiras plus à Bridget comme auparavant lorsque elle te donnera un ordre tu l’ignoreras soit tu feras exactement le contraire de ce qu’elle exige. Et pour commencer à partir d’aujourd’hui, tu ne viendras plus à l’école. Tu feras semblant d’y aller mais tu passeras tes journées avec moi et ma femme. Enfin surtout ma femme car moi je dois continuer à travailler comme d’habitude. Donc tu prendras le bus comme toujours, tu feras semblant d’aller à l’école mais des demain ma femme t’attendra devant les grilles. Le soir à l’heure de la fin de la classe elle te ramènera devant l’école et tu rentreras chez toi comme d’habitude.
- Pendant combien de temps ?
- Pour toujours. Tu n’as plus besoin d’aller à l’école, ca sert à rien l’école. Tu apprendras tout ce que tu dois savoir dans la rue : exactement comme ton père.

La garde de Bridget finissait tôt ce soir là. Lorsqu’elle rentra chez elle, ni les enfants ni Deacon n’étaient encore arrivés. Une heure plus tard elle entendit le crissement de pneus dans l’allée. Elle sourit en voyant la voiture de son mari se garait dans l’allée et sortit à sa rencontre.
- Tu es enfin rentré.
Deacon la serra dans ses bras et l’embrassa.
- Je suis désolé, ma chérie, je n’ai pas pu me libérer plus tôt.
Pour toute réponse, Bridget l’embrassa.
- Chéri ?
- Oui ?
- J’étais entrain de pensé : c’est bientôt l’anniversaire d’Eric. Je me disais que nous pourrions organiser une fête en invitant tous ses petits camarades. Je pourrais demander à Stephanie la permission d’organiser cela chez elle autour de la piscine.
- Ça me parait une bonne idée. Si Stephanie est d’accord.
- Je l’appellerai des demain.
- Chérie. Je sais que nous en avons déjà discuté mais ne penses tu pas qu’il est temps de lui avouer à propos de Becky ?
Bridget marqua un temps d’arrêt avant de répondre
- Tu as raison : il est temps de le lui dire. Mais attendons après son anniversaire ok ?
Deacon lui sourit et l’embrassa.
- Tu es merveilleuse. Tu as changé ma vie de manière irréversible. Avant toi tout n’était que ténèbres, je ne vivais pas je survivais et puis tu tel un ange tombé du ciel tu es apparue dans ma vie et j’ai appris des choses dont je ne soupçonnais pas l’existence.
Bridget passa ses mains autour du cou de Deacon et l’embrassa amoureusement.
- Je t’aime.
- Je t’aime moi aussi.
Ils étaient blottit l’un contre l’autre lorsque les enfants rentrèrent de l’école. Eric jeta un regard noir à Bridget et rentra dans sa chambre. Regard qui n’échappa à Deacon.
- Eric ?
Mais l’enfant était déjà à l’autre bout de la maison.
- Qu’est qu’il a ? Il est malade ?
Deacon jr haussa les épaules.
- Il est bizarre depuis la fin de la récré, il ne parle avec personne.
- De toute façon il est bizarre depuis qu’il parle avec Zach. Tu as vu à la récré lorsque Peter lui a demandé de rejoindre son équipe pour une partie de baseball il a refusé, dit Julian.
- Et à cause de lui son équipe à perdue, surenchérit Elona.
- Qui est Zach ? Un nouveau camarade ? demanda Bridget.
- Pas du tout ! rétorqua Deacon Jr. Zach est un homme.
- Un homme ? Tu veux dire un professeur ?
- Non ! C’est l’homme à tout faire de l’école, répliqua Elona.
- Quel âge a-t-il ? demanda Deacon.
- Un peu prés l’âge de Grand père, répondit Deacon jr.
- L’âge de Grand père ? Qu’est que fais Eric avec un homme de cet âge ?
Deacon jr haussa les épaules et Elona répliqua.
- Il est bizarre depuis son retour à l’école après son accident.
- Que veux-tu dire ? Chérie ?
- Il est tout le temps avec Zach : il ne joue plus avec nous, plus avec ses copains, pas même avec Peter !
- Vous dites que cela date de son retour à l’école ?
- Oui, Maman.
- Mais vous le connaissez bien ce Zach ? Depuis quand travaille pour l’école ? demanda Deacon.
Les trois enfants se regardèrent d’un regard interrogateur.
- Je vais aller lui parler. J’arriverais peut être à comprendre ce qu’il a.
Bridget frappa à la porte d’Eric.
- Toc, toc.
Personne ne répondit. Elle frappa de nouveau.
- Toc, toc.
N’obtenant pas de réponse elle entra malgré tout. Eric était couché entrain de regarder la télévision.
- Coucou. J’ai frappé mais tu n’as pas répondu. Tu vas bien ?
Eric refusa obstinément de répondre.
- Eric ? Quelque chose ne va pas ? Chéri ? Tu es malade ?
Elle voulut mettre la main sur le front de son fils afin de s’assurer qu’il n’avait pas de fièvre mais il lui repoussa la main d’un geste brusque qui la laisser abasourdie.
- Eric ! Mais enfin je peux savoir ce qui t’arrive ?
- Je ne suis pas malade et tu m’empêche de voir la télé !
- Tes frères et sœur m’ont dit que tu n’amusais plus à la récré avec tes copains.
- Tous des cafteurs ! Ils n’avaient pas besoin d’en t’en parler.
- Chéri, ils me l’ont dit parce qu’ils s’inquiètent pour toi.
- Ils n’avaient pas à t’en parler c’est tout ! Surtout pas à toi !
- Comment ca surtout pas à moi ? Que veux-tu dire ?
- Rien ! Laisse tomber, j’ai envie d’être seul.
- Eric, chéri ? Que t’arrives t’il à me parler sur ce ton ? Cela ne te ressemble pas.
L’enfant tourna ostensiblement la tête.
- Que ce passe t’il mon cœur ? dit elle en voulant lui prendre la main mais Eric la repoussa violemment.
Si violemment qu’elle en resta interdite. Elle tenta de se ressaisir face à Deacon qui venait d’entrer.
- Quelque chose ne va pas ? demanda t’il en voyant l’attitude étrange de sa femme et de son fils.
- Tout va bien. Il ne semble pas avoir de la fièvre. Je vais aller préparer le diner.
- J’n’ai pas faim !
Au son de sa phrase, Deacon se rendit compte que quelque chose n’allait pas. Il regarda Bridget d’un air interrogateur.
Eric n’est pas dans son assiette ce soir. Laissons le un peu seul puisque tel est son désir et je suis sure que demain cela ira mieux. Viens.
A table Bridget tenta d’agir comme si tout était normal mais au fond d’elle-même son inquiétude face à l’attitude étrange de son fils ce soir allait crescendo.

Dans les semaines qui suivirent l’attitude d’Eric face à sa mère allait de mal en pis. A bout de force Bridget finit par se confier à Taylor.

- D’après ce que tu me dis ce changement de comportement serait survenu brutalement.
Bridget hocha de la tête en signe d’acquiescement.
- Tu n’as absolument rien vu venir comme signe avant coureur indiquant que quelque chose le perturbait ?
- Eric était jusqu'à il n’y a pas si longtemps un enfant joyeux et espiègle. Nous avions une relation très complice.
- Qu’en pense Deacon ?
- Il n’est au courant de rien, je fais tout pour le lui cacher et Eric en fait de même en sa présence.
- Ne crois tu pas que devrais le lui dire ?
- Non! Non ! Je ne veux surtout pas l’inquiéter. Il a énormément de travail au bureau en ce moment et je sais très bien que Papa et Ridge l’attendent au tournant sur ce coup là. Je ne veux pas le perturber.
- Bridget ! Tu dois en parler à ton mari ! Vous devez gérer cette situation ensemble. Vous êtes ses parents : tous les deux !

Le plan de Georges commençait à porter ses fruits. Il se frotta les mains l’une contre l’autre en signe de réjouissance. Eric commençait à lui ressemblait de plus en plus. Il lui obéissait aveuglement. Pour l’enfant il était devenu presque une icône, un gourou auquel on obéît sans se poser de question.
Voila maintenant plusieurs semaines qu’il n’allait plus en cours. Georges s’était arrangé afin de lui faire de faux mots d’excuses prétextant qu’il était malade. C’était toujours le même rituel : il arrivait devant la porte de l’école où Nancy l’attendait pour le ramener chez elle où elle le poussait à devenir un voyou.

Ce jour là Bridget était seule à la maison lorsque le téléphone sonna.
- Allo ?
- Pourrais-je parler à Mr ou Md Deacon Sharpe ? S’il vous plait.
- Je suis Md Deacon Sharpe qui est à l’appareil ?
***
- Vous en êtes certain ? Depuis quand cela dure t’il ?
***
Bridget pâlit et s’asseya sur la chaise la plus proche.
- Très bien merci de m’en avoir informé.
Au bout du rouleau elle finit par appeler Deacon.
- Chéri, c’est moi, j’aimerais savoir quand tu vas rentrer à la maison ?
- D’ici une heure ou deux, peut être plus, j’ai un travail monstrueux qui s’achemine sur mon bureau…pourquoi, mon ange il se passe quelque chose ?
- Non, non, tout va bien, tu me manquais simplement. Mentit-elle à moitié.
- Chérie que ce passe t’il ? je sens à ta voix que quelque chose ne va pas. Tu es à la maison ? Alors attends moi j’arrive tout de suite.

Lorsque Deacon arriva quelques minutes plus tard, Bridget se jeta dans ses bras et l’embrassa.

- Que ce passe t’il ? Cela n’avait pas l’air d’aller au téléphone.
- C’est Eric. J’ai reçu un coup de téléphone du directeur de son école : Eric n’est pas partit en cours depuis plus de trois semaines.
- Trois semaines ! Pourtant il prend bien le bus scolaire.
- Je sais bien, apparemment il nous mène en bateau. J’aimerais savoir où il passe ses journées mais il ne me le dira pas.
- J’avais raison ! Il se passe quelque chose avec Eric !
- Oui.
- Quoi ? Que ce passe t’il ?
- Je n’en sais rien. Notre fils a changé depuis quelques temps…radicalement changé : je ne le reconnais plus, plus du tout. Nous étions si proche avant, à présent nous sommes devenus des étrangers. J’ai l’impression qu’il m’en veut pour quelque chose mais j’ignore quoi.
- Pourquoi tu ne m’as rien dit ? Je voyais bien que quelque chose te tourmentais.
Elle n’eut pas le temps de répondre que le bus scolaire s’arrêta en bas de la rue.





_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 48
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Re: Chapitre 10   Mer 5 Aoû - 19:18

Lorsque les enfants rentrèrent de l’école, Eric était avec eux faisant semblant que tout était normal.
- Papa ! t’es à la maison ! C’est super ! s’écria Elona en se jetant dans les bras de son père.
Deacon la prit dans ses bras et lui donna un baiser avant de la reposer.
- Bon ben moi je vais dans ma chambre.
- Attend un peu, Eric, je dois te parler d’abord avant que tu n’ailles dans ta chambre.
- Ca peut attendre !
- Non, ca ne peut pas attendre. Je dois te parler maintenant.
- Papa.
- Ta mère veut te parler donc tu vas écouter ce qu’elle a te dire.
Bridget posa sa main sur le front d’Eric.
- Je constate avec plaisir que ta fièvre a disparu.
- De quoi tu parles ? Je n’ai pas de fièvre.
- Ravie de l’apprendre pourtant ce n’est pas ce que pense le directeur de ton école. J’ai reçu un coup de téléphone très étrange du directeur de ton école. M’informant que tu n’allais plus à l’école depuis trois semaines à cause d’une fièvre qui ne passait pas. Étrange n’est ce pas ? D’autant plus étrange que ce même petit garçon prend tous les matins son car scolaire et rentre tous les soirs par le même moyen de locomotion. Et chose encore plus mystérieuse c’est que ce même petit garçon semble être miraculeusement rétabli. Ou passes-tu tes journées ?
- J’n’ai rien à te dire !
- Eric ! Et d’un, je t’interdis de parler sur ce ton à ta mère ! Et de deux, elle t’a posé une question alors répond lui !
- Et si je veux pas ?
- Je me fiche complètement de tes volontés. Ta mère a posé une question alors répond lui.
- C’n’est pas ma mère et j’ai pas à lui répondre !!!
- Comment ca pas ta mère ?
- Tu sais très bien ce que je veux dire. Vous m’avez mentis tout les deux en me faisant croire que j’étais votre enfant.
- Eric qu’est tu racontes ? Bien sur que tu n’es notre enfant.
- Le tien, oui. Mais pas le SIEN ! je sais très bien qu’elle n’est pas ma mère !
Bridget pâlit. Deacon fit de son mieux pour rester stoïque.
- Qui ta raconté cela ?
- Tu ne vas prétendre le contraire, hein, Papa ?
- Je veux savoir qui te la dit ?
- Pourquoi m’avoir caché la vérité toutes ces années ?
- Nous comptions t’en parler, chéri…
- Je t’interdis de m’appeler ainsi ! l’interrompit Eric.
- Et moi je t’interdis de parler sur ce ton à ta mère car que tu le veuilles ou non Bridget est bien ta mère ! Elle ta élever depuis ta plus tendre enfance et plus que tout, elle t’aime profondément.
- Elle ma mentit. Elle ma fait croire qu’elle était ma mère mais c’est faux ! Alliez vous un jour me révélais la vérité ? Combien de temps encore comptiez-vous me mentir ? s’écria Eric courroucé.
- Mon ange, nous ne t’avons jamais mentis. Nous ne t’avions caché la vérité jusqu'à maintenant c’est vrai car nous pensions ton père et moi que tu étais encore trop jeune pour comprendre mais nous avions pris la décision de tout t’avouer après ton anniversaire. Il n’a jamais été dans nos intentions de te cacher la vérité toute ta vie.
- Ah oui vraiment ? dixit-il sur un ton sarcastique.
- C’est la vérité, mon cœur, même si je t’aime énormément je n’ai jamais eu l’intention de ne rien te dire au sujet de Becky.
- Je t’ai déjà dit de ne plus m’appeler comme cela. Tu n’es pas ma mère, je ne suis pas ton fils, tu n’es absolument rien du tout pour moi. RIEN DU TOUT !
- Eric, je t’ai déjà demandé de changer de tonalité lorsque tu t’adresse à ta mère.
- Je lui parlerai sur le ton dont j’ai envie à cette menteuse.
Paf
Sans que personne ne s’y attende, Deacon gifla son fils pour la première fois de sa vie, sous les yeux effarés de ses autres enfants. Eric porta sa main à sa joue, regarda son père avec des yeux furibond et tourna les talons et se rendit dans sa chambre. Deacon resta abasourdi par son geste.
- Les enfants allez dans votre chambre, s’il vous plait, je dois parler en privé avec votre père.
Lorsqu’ils furent seuls, Bridget passa ses mains autour du cou de Deacon et l’embrassa.
- Mon Dieu, ma chérie, qu’ais je donc fais ? Je m’étais pourtant promis de ne jamais toucher à un seul cheveu d’un de nos enfants… et pourtant…là je viens de faire ce que j’étais juré de ne jamais faire. Seigneur, mon amour, tu imagines si cela devait se reproduire…je ressemblerais alors à ce monstre qui ma élevé.
- Deacon, non, chéri, tu ne lui ressemble absolument pas ! Tu es un excellent père, nos enfants t’adorent et de plus tu es aussi le plus merveilleux des maris et je t’aime. Eric est furieux car il vient de découvrir la verité, son univers vient de basculer et il est normal qu’il s’en prenne à moi, mais des qu’il aura comprit nos raisons il redeviendra notre petit garçon et tout rentrera dans l’ordre.
Deacon la serra dans ses bras et l’embrassa.
- J’aurais du contrôler mes nerfs mais je n’ai pas aimé la façon qu’il avait te parler.
- Tu devrais aller le voir.
- Tu ne viens pas ?
- Inutile de le contrarier, il n’a pas envie de me voir pour le moment. Va y seul. Je vais aller voir les autres enfants, ils est fort probable qu’ils ne doivent pas comprendre ce qui ce passe.
- D’accord. Chérie ?
- Oui ?
- Dis leur que je suis désolé et je passerai les voir aussitôt après en avoir fini avec Eric.

Deacon entra dans la chambre d’Eric. L’enfant était allongé sur son lit, la télévision allumé mais le petit ne semblait pas la regarder.

- Eric ?
Le petit regarda son père puis ses yeux se tournèrent vers la télévision, faisant semblant de la regarder. Deacon s’asseya sur le bord du lit et du revers de la main essuya les larmes qui coulaient sur le visage de l’enfant.
- Chéri, je suis désolé pour tout à l’heure, je suis vraiment désolé, j’ai perdu mon sang froid, je n’aurais pas du. Je m’étais promis de ne jamais lui ressembler pourtant et là… là j’ai agis exactement comme lui.
- Comme qui, Papa ?
- Mon beau père !
- Tu veux dire Grand… comment je dois l’appeler maintenant ?
- De la même manière dont tu l’as toujours appelé.
- Il n’est pas mon grand père. Bridget n’est pas ma mère.
- Elle ne t’a pas mis au monde c’est vrai mais cela ne l’empêché pas de t’aimer autant que si elle t’avait porté. Eric, les choses auraient été différentes si Becky était encore en vie. A ce moment là Bridget n’aurait été que la femme de ton père et la mère de tes frères et sœurs de mon coté, car peut être Becky aurait eu d’autres enfants de son coté, et les choses auraient été clair pour toi mais Becky est morte, hélas, et rien n’y personne ne la ramènera jamais. Bridget t’adore, elle ta élevais depuis que tu n’étais qu’un tout petit bébé. Tu as vraiment de la chance de l’avoir et je suis sur que de là où elle se trouve Becky nous regarde et qu’elle est très heureuse de savoir son petit garçon entre d’aussi bonne main. Bien des enfants n’ont pas cette chance.
- Peut être si ma vraie maman était en vie elle et toi vous seriez marié aujourd’hui et nous formerions une vraie famille.
- Non, Eric, ne te fais pas d’illusion. Avec Becky cela n’aurait jamais pu fonctionner.
- Comment tu le sais ?
- Eric, s’il te plait, ne m’oblige à te révéler des choses qui pourraient te faire mal.
- Tu ne l’aimais pas c’est cela ? Pourquoi ? Elle n’était pas belle ?
- La question n’est pas là, Eric, il ne s’agit pas de savoir si elle était belle ou non. Je n’étais pas amoureux d’elle et elle ne l’était pas de moi. Elle s’est mariée à CJ Garisson, tu te souviens de lui ?
- Un peu. Mais Bridget n’est pas la femme que tu crois qu’elle est. Elle te ment.

De son coté Bridget se trouvait dans la chambre des garçons où Elona se trouvait également. Tenant Anaëlle dans ses bras elle tentait tant que bien que mal de répondre aux questions des enfants.
- Alors Eric n’est pas notre frère ?
- Bien sur que si, Elona, Eric est et restera toujours votre frère !
- Mais vous l’avez adopté comme vous l’avez fait avec Julian ?
- Non, chéri, ce n’est pas la même chose. Eric est le fils de Papa, il a eu avec une autre femme…
- Alors ca veut dire qu’il ta trompé ? Comment tu peux accepter une chose pareille !
- Deacon Jr à raison. Comment as-tu pu accepter que Papa puisse te tromper avec une autre, faire un enfant avec elle et tu l’élèves comme si il était réellement ton enfant et il ne t’en est même pas reconnaissant. Eric n’est plus mon frère !
- Ni le mien !
- Si Deacon et toi allez divorcer avec qui je vais rester ? Est ce vous allez me renvoyer en famille d’accueil ?
- Non, Julian, tu n’iras nulle part. Tu es et tu resteras pour toujours notre fils au même titre qu’Eric, Deacon Jr, Elona et Anaëlle. Les enfants, j’aime votre père et il m’aime, il ne ma pas trompé. Il a rencontré Becky, la mère biologique de votre frère, bien avant notre rencontre.
- C’est vrai ?
- Oui, Elona, c’est la vérité.
- Ou est-elle maintenant ? Pourquoi on la jamais vu ? Est t’elle comme ma mère, elle se moque de son fils ?
- Non, Julian, ce n’est pas cela. Becky aimait Eric, pour rien au monde elle aurait voulu s’en séparer, malheureusement la vie en a décidé autrement. Becky a eu un cancer et elle est morte lorsqu’Eric n’était qu’un tout petit bébé.
- Pourquoi Papa as t’il giflé Eric ? En principe lorsque vous n’êtes de notre avis on discute. On sait bien que c’est vous qui avait la décision finale mais là…
- N’en veut pas à ton père, Elona, il a perdu son sang froid et en ce moment même il est dans la chambre de ton frère pour lui demander pardon. Ton père mieux que quiconque sait à quel point cela fait mal d’être battu. Il a lui-même été battu par son beau père pendant toute son enfance.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Chapitre 10
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Un retour du passé-
Sauter vers: