The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 47
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 11   Lun 10 Aoû - 22:50

- Papa était battu ?
- Oui, Deacon jr.
- Par son papa ?
- Non, Elona, par le mari de sa mère. Tes grands parents ont divorcé lorsque ton père n’était qu’un bébé et sa mère s’est remariée avec un homme monstrueux qui s’en prenait à lui chaque fois qu’il en avait l’occasion ou l’envie.
- Et sa mère bien sur se moquait de ce qui pouvait lui arrivait et faisait tout pour satisfaire au moindre de ses désirs.
Bridget regarda Julian dont les yeux s’imbibaient de larmes et le serra dans ses bras.
- Tout va bien maintenant, Julian, tes souffrances sont finit mon ange. Désormais tu fais partie de notre famille.

- Eric, mais de quoi tu parles ? Pourquoi dis tu que Bridget me ment ?
- Parce que elle a… elle a un amant !
- Quoi ? Eric qu’est ce que tu racontes ?
- Je me doutais que cela serait un choc pour toi mais je devais t’en parler. D’ailleurs Deacon Jr, Elona et Anaëlle ne sont pas tes enfants, elle ne reste avec toi que dans l’unique but de faire un acte de charité : rien de plus. Mais la vérité est qu’elle ne t’aime pas ! Elle ne t’a jamais aimé !
- Ca suffit à présent ! Eric ! Tu vas me dire qui ta fourré toutes ces idées dans la tête et pour commencer qui ta appris au sujet de ta mère biologique ? Je suppose que c’est cette même personne qui ta conseillé de faire l’école buissonnière ! Alors, tu vas me donner son nom et vite !
- Pourquoi refuses-tu de me croire ?
- Ce n’est pas toi que je refuse de croire mais la personne qui t’as raconté cela. Qui est cette personne comment s’appelle t’elle ?
- C’est un ami. Cet ami s’inquiète pour toi, il veut ton bonheur.
- Un ami ? Et cet ami il a un nom ?
Eric baissa les yeux.
- Je vois, dis Deacon en se levant-tu ne veux rien me dire de plus. Très bien, comme tu voudras, je respecte ton choix mais à deux conditions sine qua non.
- Là première est que je ne veux plus jamais t’entendre manquer de respect à ta mère…
- Papa ! Ce n’est pas ma mère !
- Stop ! Je ne veux plus jamais t’entendre dire cela. Bridget n’est peut être pas ta mère biologique mais c’est ta mère ! Elle t’a élevé depuis ta plus tendre enfance et le plus important encore : elle t’aime ! La seconde condition est que je ne veux plus jamais apprendre que tu sèches les cours ! À partir de demain tu retourneras à l’école et je t’y accompagnerai moi-même !
- Papa !
- Je suis désolé, Eric, mais tu me laisse pas le choix.

Deacon sortit de la chambre d’Eric : éreinté. Malgré tout il se rendit directement dans la chambre des deux autres garçons de la famille, comme convenu avec Bridget. Celle-ci sortait justement de la chambre. Lorsqu’elle le vit, Bridget passa ses bras autour de son cou et l’embrassa.

- Ca va, mon amour ?
Pour toute réponse Deacon posa ses lèvres sur les siennes et l’embrassa.
- Comment ca c’est passé avec les enfants ?
- Ca été, ils ont été choqué au début mais j’ai fais de mon mieux pour leur expliquer que tu n’étais pas responsable de ton geste.
Deacon la regarda et lui sourit avant de l’embrasser.
- Attends-moi dans notre chambre. Je ne serai pas long.
- Entendu mais je vais aller voir si Anaëlle va bien.
- Ok, à tout à l’heure.
Ils se quittèrent sur un rapide baisé

Deacon entra dans la chambre des enfants
Elona se jeta dans les bras de son père.
- Papa !
Deacon embrassa sa fille.
- Ca va ma puce ?
- Maman nous a tout expliqué.
- Je sais. Je viens de la croiser dans le couloir : votre mère est formidable. Vous avez beaucoup de chance de l’avoir pour mère.
- Toi aussi, Papa, tu es un père formidable.
- Merci, mon ange.
- Les enfants, j’ai une question à vous posé et j’aimerais une réponse franche et direct de la part de vous trois et surtout ne craignaient pas que je m’emporte. Je m’emporterai plus jamais avec aucun de vous cinq, ce fut une grave erreur et votre frère la compris et j’ose espérer que vous aussi.
- Eric peut s’estimer heureux d’avoir un père tel que toi. Tu as perdu ton sang froid mais tu t’es tout de suite excuser par la suite. Moi mes parents ne s’excusaient jamais, bien au contraire ils recommençaient de plus belle.
Deacon déposa sa fille au sol et se dirigea vers Julian en le serrant tendrement dans ses bras.
- Je sais bien mon ange, ce sont des cicatrices qui ne s’effaceront jamais, même si Bridget et moi feront tout pour te les faire oublier et t’apporter le bonheur que tu mérite.
- Tu avais une question à nous poser, Papa ?
- Oui, Deacon jr. J’aimerais savoir pourquoi vous ne nous avez rien dit ni à Maman ni à moi du fait qu’Eric séchait les cours ? Vous avez bien du vous en apercevoir même si vous n’êtes pas dans la même classe que lui.
Les trois enfants baissèrent les yeux.
- On ne pouvait pas, répondit Deacon Jr toujours les yeux au sol.
- Vous ne pouviez pas ou vous ne vouliez pas ?
- Nous n’en avions pas le droit, répondit Elona.
- Comment ca pas le droit ? Qui vous l’interdisez ?
- Eric, lâcha Julian.
- Eric ?
- Il…il nous avait menacés si jamais nous vous disions la vérité à Maman ou à toi à son sujet.
- Elona! Il ne fallait rien dire. Eric va nous tuer à présent.
- Oui et moi, je vais repartir chez mes parents à présent à cause de toi.
- Ola ! Ola ! Personne n’ira nulle part. C’est quoi encore cette histoire ?
Les deux garçons baissèrent les yeux sans répondre.
- Vous ne voulez rien me dire tous les deux ? Très bien. Elona ?
La fillette regarda tristement son père.
- Eric a dit à Julian que s’il t’en parlait il retournerait chez ses parents, qu’il casserait le nez à Deacon Jr et à moi le bras.
Deacon resta abasourdi par les révélations de sa fille.
- Il a également dit autre chose.
- Elona, NON ! s’écrièrent en cœur ses deux frères.
La fillette se retourna vers Deacon Jr.
- Tu ne veux peut être pas savoir mais moi oui !
- Savoir quoi ma puce ?
- Papa, est ce tu es bien notre père ? Ou Maman a menti sur ça aussi ?
- Votre mère ne vous a jamais menti. Oui, chérie je suis bien votre père.
- Ce n’est pas ce qu’Eric nous a dit. Il affirme que Maman ne t’aime pas…
- Je sais bien ce qu’il a prétend mais c’est faux. Votre mère et moi nous nous aimons plus que tout. J’ai une pleine et totale confiance en elle.
La petite se jeta dans les bras de son père en pleurant. Ce dernier lui caressait ses long cheveux roux qui ressemblait tant à ceux de Bridget.
- Pourquoi Eric est t’il devenu si méchant ?
- Oh mon ange, je ne crois pas que ton frère soit devenu méchant, seulement il semblerait que quelqu'un prend un malin plaisir à semer la zizanie dans notre famille.
Auriez-vous une idée de qui cela peut être ? Avant qu’il ne sèche les cours qui voyait t’il à l’école ? Avait-il des mauvaises fréquentations ?
- A part Zach il ne voyait personne d’autre. Il était tout le temps fourrer avec lui. A chaque recréation, il était toujours là ! Encore et toujours là !
- Tu ne sembles pas beaucoup l’apprécié ce Zach ?
- Il est bizarre.
- Est-ce ce Zach était présent tout le temps où Eric n’allait pas à l’école ?
- Oui mais on le voyait pas dans la cour.
- Papa ?
- Oui ? Deacon jr ?
- Qu’est ce qui va ce passé maintenant que Tu sais tout ? Est-ce Eric va nous frapper et renvoyé Julian chez ses parents ?
- Non ! bien sur que non ! Personne ne vous fera du mal ! J’irai parler avec votre frère et désormais s’il vous refait la moindre menace n’hésitez pas à venir nous en parler à Maman et moi.
- Et moi ? Est ce je vais retourner chez mes parents à présent et de nouveau recevoir des coups ?
- Julian, chéri, tu ne retourneras jamais chez eux. Tu es notre fils désormais. De plus Eric pas plus qu’un autre n’a la possibilité de te renvoyer.

Deacon sortit de la chambre des garçons et se dirigea vers celle d’Anaëlle. La petite était dans les bras de sa mère. La fillette avait des magnifique cheveux d’un blond doré qui en grandissant allait ressembler à ceux de sa mère et sa sœur, les mêmes yeux bleus que son père et sa mère et un visage rond exactement comme Deacon.
Deacon sourit en voyant sa femme et sa fille. Bridget se retourna en entendant la porte s’ouvrir.
- Chéri, je suis désolée, je sais que je devais te rejoindre dans notre chambre mais Anaëlle fait ses dents.
Deacon sourit.
- Aucune importance mon amour. De toute façon cela me donne l’occasion de voir notre fille.
La petite pleurait.
- Elle fait ses dents et je n’ai plus de doliprane, pas même du chamomilla, il me faut aller jusqu'à la pharmacie en chercher.
- Donne la moi et va chercher ce qu’il faut.
Bridget tendit Anaëlle à son père, qui aussitôt s’arrêta de pleurer.
- Notre fille c’est reconnaître les beaux garçons. Aussitôt dans les bras de son papa qu’elle s’arrête net de pleurer.
Deacon se mit à rire.
- Tu as raison, mon ange, Papa est le plus beau garçon au monde. Je ne serai pas longue, dis t’elle en donnant un baiser à Deacon. – Lorsque je rentrerai nous parlerons.
- Bien sur. Soit prudente sur la route. Je t’aime.
- Moi aussi, je t’aime.
Bridget revint très vite avec les médicaments. Lorsqu’elle entra dans la chambre de la fillette elle trouva Deacon assis sur la chaise à bascule berçant sa fille. Elle sourit en les voyant ainsi tous les deux.
- Ca va vous deux ?
- Chérie ! As-tu trouvé ce qu’il faut ?
- Oui, mais il semblerait qu’être dans les bras de son père soit le meilleur des remèdes et soit dit en passant, je comprends notre fille.
Deacon sourit.
- Il y’a longtemps qu’elle dort ?
- Environ 10mn.
Deacon se leva et porta sa fille jusqu'à son lit. Bridget et lui la regardèrent dormir quelques minutes.
- Elle est tellement jolie. Je ne sais pas ce que deviendrais sans toi et les enfants.
- Tu n’as pas de soucis à te faire, nous serons toujours prés de toi. Les enfants ne quitteront la maison que lorsque ils iront à l’université et nous avons encore de belles années devant nous avant qu’Eric n’entre au collège. Quand à moi, mon amour, tu vas devoir me supporter encore de très très nombreuses années car je n’ai pas l’intention de te laisser. Jamais !
- C’est vrai ?
- Bien sur c’est vrai, dit-elle en riant.
Voyant l’air grave de son mari elle commença à avoir peur.
- Deacon, chéri, qu’est qui ne va pas ? Il se passe quelque chose de grave avec Eric ? que t’a-t-il raconté ?
- Viens. Laissons la dormir. Allons dans notre chambre.

- Chéri, que ce passe t’il ? Je m’inquiète à voir la tête que tu fais. Que ce passe t’il avec Eric ? Est-ce grave ?
Deacon poussa un profond soupir avant de répondre.
- Je l’ignore, mon amour, je n’ai pas de réponse à ta question.
- Il m’en veut beaucoup, n’est ce pas ? S’il te plait, chéri, n’essaye pas de m’épargner. Tu avais raison, nous aurions du lui dire la vérité bien plus tôt. Je t’ai mentis et je me suis menti à moi-même en prétextant qu’il n’était pas prêt. En réalité, c’était moi qui n’étais pas prête et non lui, mais j’avais peur, peur de ce qui est justement arrivé, perdre mon petit garçon s’il apprenait que je ne suis pas sa véritable mère. Alors je ne fais que reculer l’inévitable avec l’espoir au fond de moi qu’il n’apprenne jamais la vérité. Pardonne moi mon amour, je sais que j’ai eu tord.
Bridget se jeta en larmes dans les bras de Deacon. Ce dernier la serra dans ses bras.
- Chérie, chérie, calme toi voyant. Tu n’as pas perdu notre fils. Il traverse une mauvaise phase, il est sous le choc mais il s’en remettra et tout redeviendra comme avant…j’espère.
Il avait prononcé ce dernier mot assez doucement mais Bridget l’entendit. Elle le releva sa tête vers lui.
- Que veux-tu dire par « J’espère » il se passe quelque chose que tu ne me dis pas. Tu ne ma encore rien dit, que t’on dit les enfants ? Eric t’a-t-il avoué qui lui avait dévoilé le secret et Deacon jr, Elona et Julian en savent t’ils plus que nous ? Pourquoi n’ont t’ils rien dit ? Ils ont bien s’apercevoir qu’Eric séchait les cours et ceux même si ils ne sont pas dans la même classe.
- Je ne sais pas qui a dévoilé la vérité à Eric, quand aux enfants ils ont reçu des menaces si jamais ils nous dévoilaient la vérité au sujet de l’école buissonnière d’Eric.
- Des menaces ? Mais de qui ?
- D’Eric.
- Eric ! ?
- Leur frère leur a proféré des menaces si jamais ils nous disaient la verité.
- Seigneur, c’est encore pire que ce je n’imaginais !
- Ce n’est pas tout, chérie, tu ne sais pas encore tout. Eric s’est mit en tête que ses frères et sœurs n’étaient pas mes enfants, que tu avais un amant qui serait le père de nos enfants.
- Un amant ? Seigneur ! il doit vraiment m’en vouloir pour raconter des choses pareilles. Je comprends à présent ton attitude tout de tout à l’heure. Chéri, ôtes moi d’un doute tu veux ? Tu ne la pas cru…j’espère ? Si oui et si j’en souffrirais au plus profond de mon âme, car je t’aime Deacon, tu ne peux imaginer à quel point je peux t’aimer mon amour, mais si tu le désires nous pouvons effectuer des tests de paternité dans un autre laboratoire que celui de l’hôpital…
- Eh, Eh ! Calme toi veut tu ? Il est hors de question de pratiquer des tests de paternité. Je t’aime et j’ai confiance en toi, confiance en notre amour. Je n’en ai jamais douté.
Des larmes inondaient le visage de Bridget. Deacon posa ses lèvres sur les siennes et l’embrassa.
- Tu es tellement belle.
- Fait moi l’amour, mon amour.
- Oui, oui ma chérie, je vais te faire l’amour.
Deacon bascula Bridget sur le lit et lui fit passionnément l’amour.

D’un geste tendre Deacon caressait les cheveux de Bridge,celle-ci lui sourit.
- Tu as été absolument fabuleuse, merveilleuse.
- Merci. Tu étais pas mal non plus.
- Pas mal ?
Bridget pouffa et Deacon l’embrassa.
Elle se retourna et donna un baiser sur le torse nu de son mari.
- Que va-t-il se passer maintenant ? Tu comptes toujours conduire les enfants à l’école ce matin ?
- Oui. Cela ne me plait pas mais je dois m’assurer qu’il aille bien en classe.
- As ton avis qui a bien pu lui apprendre la vérité ? Personne en dehors de ma famille et des Moor n’est au courant. L’acte d’adoption est dans le coffre à la banque alors comment a-t-il pu savoir ?
- Je n’en sais rien, chérie mais j’aimerais tout autant que toi le savoir. J’ai eu les Moor au téléphone il y’a quelques semaines mais j’étais au bureau lorsque ils m’ont appelé. Ils ont été d’accord pour attendre son anniversaire. Rick et Ambre sont en voyage en Europe…
- Mais ma mère, elle est ici !
- Ta mère ? Tu crois que c’est elle ?
- Rien n’est impossible avec elle. Elle était furieuse quand nous avons adopté Julian et que nous refusions d’avouer la vérité à Eric. Elle ferait n’importe quoi pour nous nuire.
- Il est vrai que ta mère ne porte pas dans son cœur et c’est totalement réciproque.
Bridget se mit à rire.
- Ton père non plus ne me supporte pas mais cependant quelque chose cloche dans cette hypothèse. Quelque chose n’est pas logique… Chérie, tes parents ne m’ont jamais supporté, là-dessus nous sommes d’accord, mais cependant ils ont toujours agit directement et non indirectement comme c’est le cas ici. Et ce n’est pas tout pourquoi me faire douter de toi et non l’inverse ?
- J’en sais rien, peut être ont t’ils pensé qu’étant donné que rien ni personne au monde ne fera douté de toi, jamais ! alors ils essayent l’inverse.
- Dans ce cas cela voudrait dire qu’ils ne remettent plus en compte mon amour pour toi.
- C’est vrai, tu marques un point, je n’avais pas pensé à cela.
- De plus, il y’a autre chose qui n’est pas dans le genre de tes parents. Jamais ils n’encourageront Eric à recourir à la violence à fortiori avec ses frères et sœurs.
- Dans ce cas qui cela peut-il bien être ?
- C’est ce que j’espère bien découvrir en me rendant à l’école demain matin!

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Chapitre 11
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Un retour du passé-
Sauter vers: