The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 chapitre 19

Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 48
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: chapitre 19   Ven 18 Sep - 23:53

- Une aide, une protection pour mes enfants.
- Avez-vous avertit la police ?
- Pas encore. Nous avons préféré vous en parler au préalable.
- Entendu, je vais prévenir l’inspecteur Wilson et engager des gardes supplémentaires pour la protection des enfants. Ceci dit il serait préférable que les enfants viennent habiter ici quelque temps : la maison et les terres sont bien plus sécurisées que la maison de la plage et je vais rajouter des gardes complémentaires.
- Merci, Monsieur.
- Bridget ta chambre de jeune fille est toujours libre.
- Je sais, Elona aime bien y dormir lorsqu’elle vient dormir chez vous.
- Si tu le souhaites tu peux occuper une autre pièce de la maison.
- Tu aimerais que Deacon et moi habitions chez Stephanie et toi avec les enfants ?
- Bridget, tu es ma fille et je t’aime ; mon devoir est de te protéger : donc oui j’aimerais que tu viennes habiter avec Stephanie et moi en plus de tes enfants.
- Et Deacon ?
- Bridget ton mari est assez grand pour s’auto protéger.
- Là n’est pas la question et tu le sais ! Il est hors de question de me séparer de mon mari !
- Ne sois pas entêtée, pour une fois dans ta vie sois raisonnable. Deacon et toi vous pourrez toujours vous voir quand vous voudrez.
- Oh, merci de me donner l’autorisation de voir mon mari quand je le souhaiterai ! Aura-t-il l’autorisation de minuit également ? De passer par la porte ou bien tel Romeo il devra monter à ma fenêtre ?
- Comment ?
- Ne fait pas semblant de pas comprendre. Tu sais très bien ce que je veux dire.
- Ton père n’a peut être pas tord, tu sauras plus en sécurité en habitant ici avec les enfants que chez nous.
Bridget entraina son mari dans le jardin.
- Tu ne vois pas ce qu’il cherche ? Il tente par tous les moyens de nous séparer.
- Ma chérie cela fait des années que ta famille essaye et ils n’ont jamais réussi. Cette situation sera provisoire…
- Provisoire ?! Deacon, cette situation perdure depuis plusieurs mois et nous ignorons quand elle va s’arrêter. Je refuse de vivre séparer de toi.
- Bridget, mon amour, cette situation ne plait pas à moi non plus mais c’est préférable… Chérie je t’aime, je ne sais pas ce que je deviendrai s’il t’arrivait quelque chose à toi ou aux enfants. Nous avons eu de la chance et nous pouvons remercier Dieu pour Elona mais tant que nous ne serons pas qui est ce Zach nous ignorions ses raisons et il risque d’agir de nouveau.
Bridget poussa un soupir.
- Moi aussi je t’aime et c’est pour cela que je refuse de me séparé de toi ne serais qu’une nuit. C’est déjà bien assez de devoir vivre sans nos enfants. Moi non plus je ne sais pas ce que je deviendrais sans toi.
- Mais ce type semble en avoir après les enfants et toi puisque c’est contre toi qu’il a monté la tête à Eric.
- Nous ignorons ses intentions, ce que je sais en revanche est que je ne suis plus une enfant et je n’ai pas besoin d’être surprotéger.
Deacon sourit.
- Je sais que tu n’es plus une enfant, je ne t’ai jamais vu comme tel d’ailleurs et je sais aussi que tu es plus forte que tout le monde l’imagine mais cependant j’aurais toujours envie de te protéger. C’est mon boulot de mari.
Ils éclatèrent de rire et leurs lèvres s’unirent.
- De toute façon même si ton père m’interdisait l’accès à ta chambre j’entrerais par la fenêtre
Ils éclatèrent de rire et c’est enlacés qu’ils retournèrent dans le salon.
Eric les regardaient, impatient.
- Avez-vous réussi à ramener mon entêtée de fille à la raison ?
- Mon entêtée de femme ma ramenais à la raison et même si nous vous sommes reconnaissant pour nos enfants mais mon épouse et moi allons rentrer chez nous.
- C’est de la folie !
- J’ai une idée qui devrait convenir à tout le monde. Bridget il est logique que ton père veuille te protéger…
- Je t’en prie, Stephanie, ne joue pas les innocentes tu sais aussi bien que moi ce que Papa cherche à faire.
- Si tu me laissais finir tu entendrais le reste de ce que j’allais dire. Eric, Bridget a raison : il est normal qu’elle ne veuille pas vivre loin de son mari. C’est pourquoi je suggère à ce que vous habitiez tous les deux dans la maison d’amis. Ainsi vous aurez votre indépendance tout en ayant la sécurité et de plus vous serez prés de vos enfants. Qu’en dites-vous ?
Deacon regarda Bridget.
- Stephanie, tu es sérieuse ? Tu nous proposes d’habiter la maison des invités ?
- Ais je l’air de plaisanter, Bridget ? La maison d’amis est parfaite vous avez même une cuisine à votre disposition si vous ne voulez pas prendre vos repas dans la grande salle à manger. Cela me semble le compromis idéal tu ne trouves pas ?
Bridget regarda Deacon.
- Qu’en penses-tu ?
- C’est le seul moyen de pouvoir rester prés de nos enfants tout en leur assurant une sécurité. Et toi tu es d’accord ?
Bridget acquiesça.
- Dans ce cas je vais demander à Helen de préparer la maison d’amis.
Ridge frappa dans ses mains en guise d’applaudissements ironique.
- Bravo, bravo, bravo : tout est bien qui finit bien. C’est bien ce que vous vous dites : Papa va employer de la sécurité supplémentaire afin d’assurer la sécurité de tes enfants, enfants qui n’auraient jamais du être en danger si tu n’étais pas mariée avec ce voyou ! Tu ne pourras pas nier qu’on ne ta pas assez déconseiller ce mariage ! Papa a tout fait pour le faire annuler mais tu t’es entêtée a vouloir rester marier avec cette vermine !
- Ca suffit, Ridge ! Je ne suis pas d’humeur à t’entendre proférer tes insultes à l’égard de mon mari !
- Tu aurais pourtant pu avoir une vie calme et heureuse avec un garçon de bonne famille si tu l’avais voulu.
- Je suis très heureuse ! J’ai le mari dont j’ai toujours rêvé et les enfants que je voulais. A présent si tu n’arrives toujours à t’y faire c’est ton problème et non le mien ! Cela me touche plus et cela ne touche pas non plus mon époux.
Exaspéré par l’attitude méprisante de Ridge, Deacon lui jeta un regard méprisant avant de se retourner vers Bridget où son attitude changea instantanément face à l’amour de sa vie.
- Nous devrions avertir les enfants du nouvel arrangement.



De l’autre coté de la ville Georges était hors de lui : son plan avait échoué ! Non seulement il n’avait pas encore obtenu sa revanche sur Deacon, il n’avait toujours pas un dollar de l’argent, qui selon lui, lui revenait de plein droit, la fillette avait survécu et même son emprise sur Eric avait diminué.
Il marchait de long en large dans la pièce en pestiférant contre Deacon.
- Arrête donc de faire les cents pas, tu vas finir par me donner la nausée.
- Je me fiche de te donner la nausée. Ton bon à rien de fils roule toujours sur l’or et moi je n’ai RIEN ! Tout mon plan a échoué !
- Et bien trouves un autre. Georges, je suis prête à t’aider à l’écraser comme un de ces vulgaires cafard qui partage notre taudis mais tu sais aussi bien que moi que le cerveau dans notre couple ca à toujours été toi ! Tu programme et moi j’exécute. Ne renonce pas à notre revanche : il n’y a aucune raison qu’il habite Beverly Hills et nous dans ce trou à rat !
- Et que veut tu que je fasse de plus ????????? J’ai dis la vérité au môme sur sa naissance et logiquement Deacon serait obligé de faire un choix entre sa meuf et il se serait retrouvé vulnérable et à notre merci. Leur mioche a failli mourir mais elle s’en est sortie ! Le sort s’acharne contre moi !!! Je vis dans une piaule remplit de cafard et ce minable a la belle vie en habitant les quartiers riches ! Ah il a bien tiré ses cartes du jeu !
Nancy ne disait rien, elle réfléchissait.
- Qu’est qui pourrait bien les séparer à ton avis ?
- J’n’en sais rien ! Brooke n’approuve pas non plus ce mariage mais n’a pas trouvé de solution pour les séparer. D’après elle il l’aime vraiment !
- Il le faut pourtant, il faut absolument les séparer afin de le rendre vulnérable et à ce moment nous pourrons faire de lui ce que nous voudrons, bien sur pas avant qu’il n’est transféré tout son argent, enfin l’argent des Forrester à notre nom et nous le ferons alors payer le mal qu’il nous a fait.
- Si tu connais un tour de passe passe alors dis le moi !


- On va habiter ici alors ? demanda Deacon jr
- Oui. Pendant quelques temps.
- Combien de temps ?
- Nous ne le savons pas encore. Tant que cette histoire avec Zach ne sera pas réglée.
- En attendant votre grand père va engager des gens pour vous protéger lors de vos déplacements en dehors de la maison.
- Des gens ? Tu veux dire la police, Papa ?
- Pas tout à fait. Ce sont que l’on appelle des détectives privés.
Eric s’éloigna un peu du groupe. Ses parents le regardèrent. Deacon voulu s’avancer mais Bridget l’en empêcha.
- Laisse-moi faire, tu veux bien ? Je me doute de ce que le tracasse.
Bridget s’avança vers son fils. L’enfant tournait le dos à sa mère le regard face à la piscine.
- C’est de ma faute, tout est de ma faute ! Si je n’étais pas devenu ami avec Zach rien de tout cela ne serait arrivé : nous ne serions pas obligés de vivre loin de notre maison et Elona n’aurait pas été blessée, Julian ne serait pas battu avec moi, Deacon jr m’aurait accepté dans la partie de baseball et nous ne serions pas renvoyés de l’école. Je ne t’aurais pas fait de la peine en te disant toutes les méchantées que je t’aie dite.
- Mon ange, non ! Ce n’est en rien de ta faute ! Zach est l’unique responsable ! Il a abusé de ta confiance, de ton innocence pour te faire du mal.
- N’empêche qu’il ne ma jamais obligé à te dire tout ce que j’ai dis. C’est moi et moi seul qu’il ait fait et je t’ai dis des choses vraiment méchantes. Tu as toujours été gentille avec moi et si Zach ne me l’avait pas dit, jamais je n’aurais pensé que tu n’étais pas ma maman tant tu te comportais avec moi comme tu le fais avec Deacon Jr, Elona ou Anaëlle.
- C’est parce que je t’aime mon ange et à mes yeux tu es mon enfant au même titre que tes frères et sœurs.
- Je t’aime moi aussi.
L’enfant jeta ses bras autour du cou de sa mère sous le regard ému de Deacon qui les regardait de loin. Bridget l’embrassa.
- Allez viens, chéri, allons rejoindre le reste de notre famille.
- Maman ?
- Oui, mon ange ?
- Puis je de nouveau t’appeler « Maman ? » je n’aime pas t’appeler « Bridget » y’a que Papa qui le fait même si lui la plupart du temps t’appelle « chérie »
A travers ses larmes, Bridget se mit à rire.
- Bien sur tu peux : rien ne me ferait plus plaisir d’ailleurs.
- Je t’aime, Maman.
- Moi aussi je t’aime, mon cœur.
Eric et Stephanie avaient assisté à une partie de la scène. Ils s’approchèrent de Deacon et du reste des enfants en même temps que Bridget et son fils qui venaient dans le sens opposé. Deacon leur sourit et les accueillit en les serrant dans ses bras.
- Un garde rapproché monte la garde devant la chambre d’Elona il a ordre de ne laisser rentrer personne en dehors du corps médical et la famille.
- Merci, Papa.
- Anaëlle et moi aussi allons avoir notre garde du corps ? Grand Père ?
- Bien sur !
- Elona, Anaëlle et toi êtes des Forrester de sang il est normal que votre grand père vous protège. Moi je ne suis pas issu de votre famille.
- Moi non plus je ne suis pas vraiment un Forrester et en plus j’ai été méchant même si Maman ma pardonné cela n’empêche pas que j’ai été méchant et si il y’a quelqu'un qui ne mérite pas une protection c’est moi pas toi.
- Oui mais toi tu es le fils de Deacon et Bridget l’adore et elle t’aime aussi, tandis que moi je suis un membre importé mais c’est rien même si Zach me fait du mal j’ai l’habitude d’être battu.
- Moi vivant, personne au monde ne fera du mal à l’un de mes petits enfants ! Eric : je sais depuis très longtemps que tu n’es pas biologiquement mon petit fils. J’ai d’ailleurs bien connu ta maman qui ta mis au monde et je l’aimais énormément. Tes parents t’expliqueront tout sur ta naissance et sur les deux premières années de ta vie mais sache que depuis le premier jour où tu as atterrit dans cette maison tu es devenu mon petit fils. Quand à toi, Julian, que tu sois un Forrester par le sang ou non ne change rien. Tu fais parti de ma famille et je ne laisserai personne faire du mal à l’un des miens !
Julian et Eric sourirent.
- Merci, Mr Forrester.
- Mr Forrester ? Tu ne penses pas que c’est un grand nom pour appeler son grand père ? Pourquoi ne pas m’appeler tout simplement Grand père comme auparavant ?
Eric regarda son père cherchant de ses yeux son accord. Il finit par céder et sourit à son grand père.
- Que diriez de passer à table à présent ? Je ne sais pas pour vous mais moi j’ai faim ! Bridget, Deacon vous dinez avec nous ce soir ?
- Merci, Stephanie mais nous devons rendre visite à Elona.



- J’avais pourtant tout prévu mon plan était sans faille ! Je devais m’approcher du môme, lui avouer la vérité et cela devait exploser. Au lieu de cela cette conne de Bridget lui a pardonné et la ramené vers elle et de plus maintenant aucun des mioches ne va plus dans cette école de milliardaire. Cet imbécile de directeur les a tous renvoyé à cause d’une simple bagarre ! Désormais je ne peux même plus monter la tête au gamin. C’est foutu, Nancy ! Tout est foutu ! Deacon s’en ai tiré une seconde fois !
- Georges ne dis pas cela, rien n’est foutu encore ! Il nous a échappé une fois mais il ne nous échappera pas une fois de plus !
- Et comment veut tu que je fasse ?!
- Réfléchissons. Jusqu’à maintenant tu as agis dans l’ombre en manipulant l’enfant, mais si ce n’était pas la voie à suivre ? Peut être aurions nous du suivre un autre chemin.
- Tu n’arrêtes pas dire cela mais quel autre option avions nous ?! Nous devions l’isoler des siens.
- Peut être avons-nous pas pris en compte un élément ? Qu’a dit Brooke à son sujet ? Sur son mariage avec sa fille ?
- Qu’elle l’aimait !
- Et lui ?
- Selon Brooke il est réellement amoureux d’elle. Elle a tout fait pour les séparer mais en vain. Attend ! Qu’est ce je viens de dire là ?!
- Qu’elle a tout fait pour les séparer…
- Non, non, avant cette phrase.
- Que Deacon était vraiment amoureux de cette fille.
- Là voila mon erreur ! Poulette, tu es la meilleure !
- Tu peux t’expliquer ? Je ne comprends rien à ce que tu racontes.
- J’ai sous estimé les sentiments de Deacon envers Bridget.
- Hein ?
- Nancy, si nous voulons obtenir ce qui nous revient de droit je dois m’occuper de Bridget.
- Comment ça ? Comptes-tu la ralliée à notre cause.
- Non, non je ne pense pas que cela puisse marcher.
- Alors comment ?
- Laisse-moi réfléchir mais je te promets que cette fois ca va marcher ! Dans quelques temps toi et moi nous coulerons des jours heureux sous les tropiques et nous aurons obtenu notre revanche : Deacon sera de nouveau dans le caniveau !
Georges émit un rire sarcastique ce qui eu le pour effet d’augmenter le taux de phéromones de Nancy. D’un geste brusque Georges la poussa contre un mur et eu des relations sexuels avec elle.


- Coucou, chérie.
- Maman. Papa. J’avais peur que vous ne veniez pas.
- Tu plaisantes ! Rien n’aurait pu nous empêcher de venir te voir, pour cela il aurait fallu au moins une tornade et encore je suis certain que Maman et moi aurions trouvé un moyen pour venir voir notre fille.
Elona rit.
Deacon l’embrassa sur le front.
- Comment ca va ma puce ?
- Bien.
- C’est vrai, mon ange ? Tu ne nous dis pas ca pour nous rassurer Papa et moi ?
- Maman ! Je vais bien. En plus tu es médecin : tu peux le savoir si je dis la vérité ou non.
Bridget se mit à rire et embrassa sa fille.
- Je t’aime tellement ma puce.
- Moi aussi, Maman, je t’aime !
Deacon prit soudain un air sérieux
- Chérie. Maman et moi avons quelque chose à t’apprendre.
L’enfant prit peur.
- Oh, non ! Vous n’allez pas divorcer ?
Bridget et Deacon se regardèrent surprit.
- Divorcer ? Ma puce pourquoi cette question ?
- Parce que tu sais…
- Je sais quoi ? Chérie de quoi parles-tu ?
- Eh bien…parce que Eric n’est pas le fils de Maman, qu’il est méchant avec elle et Deacon Jr, Anaëlle et moi on n’est pas tes véritables enfants.
Deacon regarda Bridget avant de se retourner vers sa fille.
- Ma puce : entre Eric et Maman tout semble vouloir s’arranger. - N’est ce pas chérie ?
Bridget s’avança lentement vers le lit de sa fille.
- Papa a raison, mon cœur. Avec ton frère tout semble vouloir redevenir comme avant.
- Je suis contente.
Deacon caressait le visage de sa fille.
- Mais pour Deacon Jr, Anaëlle et moi, tu pardonne à Maman donc ?
Deacon regardait successivement Bridget puis sa fille avant de prendre la main de Bridget dans la sienne ce qui n’échappa à Elona.
- Ma chérie. Je n’ai rien a pardonné à ta mère car elle n’a rien fait de mal. C’est une femme admirable et je l’aime à la folie. Oublie ce que ce sale individu a dit à ton frère, j’ignore pourquoi mais il veut détruire notre famille mais nous le laisserons pas faire !
- Mon ange. J’aime ton père de tout mon cœur et toute mon âme. J’avais à peine dix neuf ans lorsque je l’ai connu. Je suis immédiatement tombé sous son charme ! Il ma séduite des le premier regard. Je n’ai jamais cessé de l’aimer depuis ce jour là ! bien au contraire mon amour pour lui a grandi et s’est épanoui et crois moi mon ange : jamais, jamais au grand jamais ! Je ne lui ai été ni le lui serait infidèle ! Tu es sa fille il n’y a aucun doute la dessus ! D’ailleurs lorsque tu étais dans le coma, tu as eu besoin de sang ; Papa et moi avons passé tout les deux les tests pour t’en donner mais seul Papa était compatible. Est-ce tu comprends ce que cela veut dire ?
La petite fille secoua la tête en signe de négation.
- Cela signifie que le sang qui coule dans tes veines et le même que celui de Papa !
- C’est vrai ?
- Bien sur c’est vrai, répondit Bridget en riant.
- Alors vous n’allez pas divorcer ?
- Ma puce ! Ta mère et moi sommes unis pour l’Eternité !
- Alors nous resterons toute notre vie ensemble ?
- Jusqu’au jour où vous partirez pour l’université et ensuite vous fonderez une famille à votre tour mais vous serez pour toujours nos enfants !
Elona sourit.
- Je ne suis pas pressée d’aller à l’université je préfère rester avec vous mais si vous pouviez envoyer Deacon jr plutôt à l’université cela me rendrait service ainsi il ne prendra plus ma poupée.
Bridget et Deacon se mirent à rire.
- Nous verrons ce qu’on peut faire, répondit Deacon tout en continuant à rire.
- Je suis contente que vous n’alliez pas divorcer.
- Il n’en a jamais été question ma puce. J’aime ta mère plus que tout au monde ; je ne suis rien sans elle.
- Et je ne suis rien sans ton père.
- Qu’aviez-vous à me dire alors de si important ?
- Tu commences ou je commence ? demanda Deacon à Bridget. Puis sans attendre sa réponse continua dans sa lancée.
- Elona, ma puce, ce que ta mère et moi allons te dire risque de t’inquiéter un petit peu mais il ne faut pas, il ne faut surtout pas avoir peur car Maman et moi seront toujours là pour toi.
- Papa, Maman, vous me faites peur de quoi s’agit-il ?
- Non ma puce, n’est pas peur : il ne s’agit de rien de grave rassure toi : simplement notre famille va pour l’instant habiter chez Grand-père et Grand-mère Stephanie. De plus ton grand père a engagé des gardes pour vous protéger tous les cinq. Il y’en a juste derrière ta porte.
- Des gardes ? Tu veux dire la police ?
- Ce n’est pas tout à fait cela mais cela y ressemble.
- Mais pourquoi ?
- Pour vous protéger.
- De qui ? De Zach ?
- Oui mon ange.
Il est venu à l’hôpital ?! Papa, Maman, je ne veux pas le voir ! Je ne veux plus jamais le revoir ! Je ne l’aime pas il est méchant, c’est un monstre !
L’enfant commença à s’agiter et fut suivit d’une évolution du rythme cardiaque. Deacon prit peur.
- Bridget que ce passe t’il ?
- Elle tachycardie.
Elle se pencha vers sa fille et commença les gestes de premier secours tout en lui parlant.
- Elona, ma chérie, calme toi : Papa et moi nous sommes là et veillons sur toi. Tu n’as pas avoir peur. Zach ne viendra jamais te voir : nous ne laisserons personne t’approcher pour te faire du mal : PERSONNE!
Le rythme cardiaque redevint normal, Elona se calma et sourit à ses parents.
- Merci. Je vous aime.
- Oh mon ange, nous t’aimons nous aussi.


Deacon prit le chemin de la maison de la plage. Arrivé devant chez eux il coupa le contact, sortit de la voiture resta figé dans l’allée. Bridget sortit à son tour et sans dire un mot prit la main de son époux et rentrèrent chez eux. Deacon prit sa tête dans ses mains et la secoua. Bridget l’enlaça et le serra dans ses bras avant de l’embrasser ce qui lui permit de retrouver le sourire et l’embrasser en retour et de la serrer contre lui.
- Cette maison est si vide sans les enfants.
- Cette situation n’est guère réjouissante : habiter chez mon père et Stephanie.
- Nous n’avions pas d’autre solution, hélas, c’était la seule chose à faire pour protéger nos enfants.
- Je sais bien. Qu’allons-nous faire au sujet de l’école ?
- J’en sais rien, Bridget, j’en sais vraiment rien. Je n’ai pas eu le temps d’y penser.
- Ca ne fait rien, on y réfléchira plus tard. Pour le moment que dirais tu de profiter cette soirée en tête en à tête.
Deacon sourit.
Je dois bien avouer que c’est dans cette intention que je t’ai emmenée ici : je rêve depuis si longtemps de passer une soirée en amoureux : rien que nous deux, juste Bridget et Deacon : personne d’autre !
- Oui, oui, rien que nous deux : seulement Deacon et Bridget.
Ils commencèrent à s’embrasser de plus en plus passionnément.
- Je t’aime.
- Je t’aime.
Deacon souleva Bridget du sol et tout en l’embrassant la porta jusqu’à dans leur lit où ils firent passionnément l’amour.


- Mon père a perdu la tête il a engagé des gardes pour veiller à la sécurité des enfants de Bridget.
- Je suis au courant. Il a bien fait d’agir ainsi.
- Brooke te rends simplement compte que si Bridget n’avait pas épousé ce minable, jamais elle n’aurait eu besoin de faire protéger ses enfants.
- J’en suis consciente mais que veut tu faire ?! J’ai tout fais pour qu’elle ne l’épouse pas ou au plus qu’ils divorcent. J’ai même été jusqu'à lui couper les vivres mais elle l’aime et de toute évidence il l’aime aussi.
- Tu as donc abandonné la bataille ?
- Oui. (Pause) et tu ferais bien d’en faire autant.
- Très bien n’en parlant plus. Si l’on parlait de toi pour changer comment ca avec… ?
- Charlie. Et tout va pour le mieux entre nous. Pour la première fois je n’ai pas à le partager avec une autre.
- Brooke tu n’as jamais eu à le faire et tu le sais parfaitement.
- Ridge, tu n’as jamais su choisir entre Taylor et moi. Mais c’est du passé à présent, j’ai Charlie et nous nous aimons.
- Quand vas-tu enfin nous le présenter ?! Vous êtes mariés depuis pas mal de temps maintenant et nous le l’avons jamais rencontré.
- Je te rappelle que j’étais partie plusieurs mois en Europe travailler chez Forrester International.
- Mais tu es revenue maintenant et Charlie n’est pas là.
- Il était là l’autre soir.
- Quel soir ?
- Le soir de l’accident d’Elona. Il était profondément bouleversé en apprenant ce qui c’était produit.
- Et ou est t’il maintenant ?
- Un client important lui a téléphoné et il a du repartir.
- En te laissant seule alors que ta petite fille était entre la vie et la mort. Ce n’était pas une question.
- Il n’avait pas le choix, il aurait aimé rester d’avantage mais tu connais le monde des affaires.
Ridge parcouru des yeux la pièce de long en large. Son regard s’attarda sur les photos de famille. Il y’en avait plein le salon. Pourtant une chose intrigua Ridge.
- Pourquoi n’y a-t-il aucune photo de Charlie ?
- Charlie est un homme discret qui n’aime pas être pris en photo.
- Pas même le jour de votre mariage ?
- Tout c’est passé tellement vite que ni lui ni moi n’avons pensé à prendre un photographe.
- Encore heureux qu’il y’est un pasteur.
- Oui, c’est une amie de Charlie. Ils se connaissent depuis l’enfance et se serait fâchée si Charlie n’avait pas fait appel à elle pour son mariage.
- Décris le moi, Brooke, décris moi Charlie.
- Pourquoi faire ?
- Simple curiosité.
- Que dire si ce n’est que c’est un homme charmant, des cheveux grisonnant, des yeux marron. Il a des manières un peu rustres mais tellement sexy. Lorsque il me fait l’amour il faut voir avec quelle rudesse mais c’est si bon. Aucun homme ne ma jamais fais cet effet là. Je peux tout lui dire, tout lui confier même nos plus grands secrets de famille comme pour Eric par exemple. Il sait qu’il n’est pas le fils de Bridget. J’ai enfin trouvé l’homme que j’ai cherché toute ma vie.


Dans les semaines qui suivirent la vie semblait avoir repris son cours normal. Elona était sortie de l’hôpital, son état n’inspirait plus d’inquiétude, les enfants avait repris une scolarité normale dans un autre établissement. Zach n’ayant plus fait signe de vie ; Deacon et Bridget renoncèrent à interroger leurs enfants sur le physique de cet homme. C’est pourquoi ils décidèrent de mettre fin à la garde et de regagner leur maison.
Ils étaient loin de soupçonner que Georges surveillait toutes leurs allées et venues. Ce soir là en entrant chez lui un sourire éclatant émanait de ses lèvres.
- Nancy, ma poule, l’heure de notre revanche a enfin sonné. Deacon Sharpe va avoir ce qu’il mérite.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
chapitre 19
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Un retour du passé-
Sauter vers: