The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 35

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 47
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 35   Jeu 17 Déc - 23:30

Janvier.

Tic tact, tic tact, tic tact. Tel le tic tact d’une horloge les mois passèrent irrémédiablement. La vie reprit son cours normal. Nancy fit condamner à trente ans d’incarcération. Brooke comme toujours se consola dans les bras de Ridge de la mort de celui qu’elle ne cessa d’appeler Charlie. Ridge, comme toujours, était bien incapable de choisir entre Taylor et Brooke. Fatiguée de ce triangle infernal Taylor demanda le divorce. Stephanie comme à son habitude reprit son combat contre Brooke.
Pour tout le monde le temps avait reprit son cours normal : pour tout le monde excepté Bridget. Celle-ci était plus morte que vive s’enferma dans le mutisme le plus total faignant d’aller bien face à ses enfants.

Ce jour là Ambre vint lui rendre visite.
- Salut !
- Salut !
- Comment ca va aujourd’hui ?
- Ca va. Je vais chaque jour un peu mieux, mentit t’elle.
- Cool. Dans ce cas fais tes bagages et celui des enfants car nous partons pour Big Bear.
- Big Bear ?
- Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué nous sommes en plein mois de janvier et le soleil brille encore. Rick et moi avons envie d’aller faire un peu de ski et tu viens avec nous.
- Cela ne me dis rien mais merci.
- Allons ca te fera du bien de t’aérer un peu. Tu as toujours aimé faire ski non ?
- Je n’ai pas envie d’aller à Big Bear : il y’a trop de souvenir la bas. Lui et moi sommes allés si souvent là bas : c’était notre havre de paix. Elle ne pouvait prononcer le prénom de Deacon sans ressentir une douleur lancinante dans sa poitrine. Ce qui n’échappa pas à Ambre.
- Pourquoi ne prononce tu pas son prénom ?
Bridget secoua la tête. Sa gorge se noua et les larmes commencèrent à lui monter aux yeux.
- Bridget ? Deacon est parti depuis quatre mois maintenant : aucun de nous ne sait où il est. Il est temps pour toi de tourner la page : c’est ce qu’il aurait voulu te voir faire. Il est parti afin de te voir heureuse.
- Je suis heureuse.
- Vraiment ? Tu n’en donnes pourtant pas l’impression. Bridget, je me fais réellement du souci pour toi
- Je vais bien je t’assure : inutile d’inquiéter.
- Cependant je me fais du souci pour toi et Rick aussi. Bridget ? Il est partit et je doute qu’il revienne un jour ! Si tu l’aimes tu dois l’accepter. Il a très certainement tourné la page et refait sa vie de son coté. Bridget tu m’écoutes ?
Bridget avait replongeait dans son silence. Son cœur était brisé en mille morceaux. Elle ne savait quoi faire pour calmer cette douleur qui la consumer un peu plus tous les jours.
Ambre soupira.
- Si tu ne viens pas nous laissera tu prendre les enfants ? Il serait dommage qu’ils loupent quelques jours de vacances, tu ne crois pas ?
- Bien sur. Tu peux les prendre si tu veux.
- Ok. Je passe les prendre ce soir.
Bridget hocha de la tête.

Ambre arriva dans son bureau aux Créations Forrester. Bureau qu’elle partageait avec Rick. Celui-ci était en plein travail lorsque sa femme arriva. Il vit tout de suite que quelque chose n’allait pas.
- Ambre ? Quelque chose ne va pas ?
- Je reviens de chez Bridget : je lui ai parlé du projet.
- Et ? Elle vient ?
- Elle est d’accord pour que nous prenions les enfants mais refuse de venir.
- Elle ne va pas mieux ?
- Pas mieux ? C’est un euphémisme ! C’est la descente aux enfers tu veux dire.
Rick soupira.
- Que pouvons-nous faire de plus ?
- J’en sais rien, Rick. Je n’en sais vraiment rien du tout et je suis vraiment inquiète à son sujet. Peut être devrais je en parler avec Taylor.
- Oui. Ce n’est pas une mauvaise idée.

Ce soir là Bridget annonça aux enfants qu’ils partiraient en voyage avec leur tante et oncle.
- Et toi, Maman, tu ne viens pas ?
- Non ma puce, je préfère rester ici. Je compte sur vous pour être sage.
- Bien sur, Maman. Ne te fais pas de soucis. Je ferai attention à ce qu’ils ne fassent pas de bêtises.
- Merci, chéri, mais, Eric ? J’aimerais que toi aussi tu amuses. Toute cette année qui vient de s’écouler tu as du assumer trop de choses qui ne sont pas de la responsabilité d’un enfant de ton âge. Alors fais-moi plaisir, mon ange, amuse toi d’accord ?
- D’accord.
- Tu me le promets ?
- Je te le promets.
- Merci, chéri.
- Cela aurait été mieux si tu étais là et Papa aussi. Oups !
Elona se ressaisit en mettant ses mains sur sa bouche.
- Pardon, Maman, je n’ai pas fais exprès.
- Ce n’est rien, chérie, il est normal que tu parles, que vous parliez tous de votre père. Il vous manque autant qu’il me manque.
- Grand père ne veut plus que nous en parlions. Il est reconnaissant à Papa d’être parti. Il dit que « c’est la meilleure chose qu’il ait faite de sa vie.
- C’est ce qu’il vous dit ?
- Grand père ne veut pas que nous soyons triste c’est pourquoi il a demandé à grand-mère Brooke que je sois sa bouquetière à son mariage avec Oncle Ridge. Grand père va me dessiner une robe pour l’occasion. Tu vas bien, Maman ?
Bridget se ressaisit.
- Oui, pardon, chérie. Ainsi Ridge et votre grand-mère vont se remarier. As-tu envie d’y aller ?
- Je ne sais pas. Cela pourrait être drôle. En plus Grand père va me dessiner une robe toute neuve rien que pour moi…mais…
- Mais quoi mon ange ?
- Grand-mère Brooke : elle fut mariée à Zach.
- Elle ignorait qui il était vraiment, mon ange.
- Alors cela ne serait pas mal si j’y allais et sois sa bouquetière ?
- Non, ma puce. Si tu veux y aller alors vas-y et amuse toi. Quand aura lieu le mariage ?
- Dimanche prochain.
- Et vous les garçons vous voulez vous aussi aller à ce mariage ?
- J’aimerais mieux aller dormir chez un copain cette nuit là.
- Très bien. Et vous deux ?
- Moi aussi je préfère dormir chez mon copain Jason.
- Et toi Julian ?
- Je… je n’ai jamais assisté à un mariage chez les Forrester. J’aimerais beaucoup voir cela.
- Comme tu voudras mon ange. A présent allé préparer vos affaires pour Big Bear. Ambre ne va plus tarder à venir vous chercher. Cependant il y’a une chose que je dois vous dire : vous ne devez jamais, jamais vous en empêcher de votre père !
- C’est vrai ? demanda Deacon jr.
- Bien sur c’est vrai ! Pourquoi cette question ?
- Ridge pense que je ferai mieux de changer de prénom et nous devrions tous changer de nom de famille. Il affirme que c’est le meilleur moyen pour nous d’avoir un avenir mais aussi de nous protéger de Nancy lorsqu’elle sortira de prison.
- Lorsque Nancy sortira de prison vous serez des adultes. Quand à votre avenir... oubliez tout ce que Ridge vous raconte. Sharpe est votre nom, notre nom et vous n’avez pas à en avoir honte.
- Mais Papa nous a laissé tomber comme Ridge a laissé tomber Taylor.
- Deacon jr, Papa ne nous a pas « laissé tomber » il est partit croyant à tord nous rendre plus heureux. Je ne veux plus jamais t’entendre parler ainsi de ton père.
- Tu vois je te l’avais bien dis que Maman ne serait jamais d’accord. Ridge agit avec toi exactement comme Zach le fit avec moi au sujet de Maman.
- Ton frère a entièrement raison, Deacon jr et si tu continue encore à croire tout ce que Ridge te raconte je t’empêcherais de le voir aussi souvent. Si j’ai agit ainsi c’est uniquement pour respecter le souhait de votre père de vous voir vous rapprocher des Forrester mais j’ai eu tord. A partir de maintenant vous ne verrez plus ni Ridge ni ma mère sans ma présence ou celle de Rick ou Ambre. A présent allez préparer vos affaires.

Apres le départ des enfants Bridget resta seule, seule avec ses pensées, ses souvenirs, sa douleur qui devenait chaque jour de plus en plus brulante. Ce vide : ce vide immense que Deacon laissa en s’en allant : comment pouvait t’il croire qu’elle serait plus heureuse sans lui. Où était-il ? que faisait-il ? Avait t’il trouver le bonheur ? Un bonheur loin d’elle ? Pensait-il encore un peu à elle de temps en temps ?


Installé à un bar Deacon, le regard dans le vide, il commanda une bouteille de bière. Une serveuse revêtue d’un haut ne laissant aucune place à l’imagination et une mini jupe en skaï vint à lui et se frotta contre lui.
- Tu sembles avoir besoin de réconfort ce soir, beau gosse.
- S’il vous plait laissez-moi seul. J’ai besoin d’être seul.
- On s’est disputé avec sa petite femme ? dit la call girls d’un ton narquois.
- Ce n’est pas ce que vous croyez.
- Raconte-moi alors ? Je sais écouter quand il faut.
Deacon soupira et se leva en déposant un billet de 10$ sur le bar.
Il entra chez lui posant ses clés sur la table, s’assit sur une chaise et tira une photo de la poche de sa veste et prit la bouteille de bière et l’avala cul sec.
C’est alors qu’il vit le fantôme de Georges riant à gorge déployé
- Soit maudit, Georges ! Soit maudit ! Tu as gagne ! Tu avais raison je suis un raté et j’ai brisé la vie de celle que j’aime plus que ma vie. La mort aurait été préférable à une telle souffrance. Pourquoi ne ma tu pas tué lorsque j’étais enfant ? s’écria t’il.

A los Angeles Brooke était en pleine effervescence. Elle et Ridge allait se remarier. Elle désirait faire de ce mariage l’événement mondain de l’année. Ridge souhaitait la voir porter le clos du défilé de cette année : une robe de mariée à la fois élégante et sexy.
On sonna à la porte. Brooke alla ouvrir.
- Eric ? En voila une surprise. Je t’en prie entre.
- En passant j’ai vu les décorateurs entrain de décorer le jardin : cela prend tournure on dirait.
- Je reconnais qu’ils font un travail superbe ! Mais je suppose que tu n’as pas fait tout ce chemin pour me parler de la décoration de mon mariage.
- Non en effet je ne suis pas venu pour cela. Je suis venu te parler de notre fille. As-tu de ses nouvelles ?
- Je t’avoue qu’avec tout ce qui c’est passé ces derniers mois je n’ai pas eu le temps de penser à Bridget.
- Vient-elle à ton mariage ?
- Je n’en sais rien, Eric.
- Brooke, il faut à absolument qu’elle vienne ! Elle a grand besoin de ce changer les idées. Si nous allions ensemble la voir qu’en penses-tu ?
- C’est une bonne idée.


Lorsque Brooke et Eric arrivèrent chez Bridget ils la trouvèrent sur le fauteuil, les cheveux non coiffé, le visage bouffi par les larmes.
- Maman ? Papa ? Que venez-vous faire ici tous les deux ?
- Bridget ! Tu n’es pas sans savoir que ta mère et Ridge vont se remarier. Cela serait une bonne chose que tu viennes à ce mariage. Il est temps pour toi de te réconcilier avec ta mère et de revenir à la vie. Cette situation n’a que trop duré.
- Ton père a raison, j’aimerais que tu viennes à mon mariage.
- Je n’y tiens pas.
- Tu viendras ! s’écria Eric
- Non ! Estime-toi heureuse que je n’empêche pas mes enfants de venir. Elona rêve de sa nouvelle robe quand à Julian : cet enfant n’a connu que la souffrance et au moment où il trouva enfin une famille où il pourrait grandir en toute sérénité il de nouveau souffrir à cause d’un monstre qui même dans sa tombe ne laisse pas en paix. Ce mariage est une occasion pour lui de s’amuser.
- Je t’interdis de parler de Charlie en employant ces mots. Charlie était un homme bon.
- C’est à moi que tu dis cela, Maman ? A moi l’épouse de sa victime…
Brooke lui coupa la parole.
- Tu renverses les rôles je te rappelle que c’est Deacon qui la tuait.
- Et moi je te rappelle qu’il a martyrisé toute son enfance et une fois devenu adulte il est revenu à la charge en tentant de tuer notre fille et de me tuer.
- Bridget ! coupa son père, ce n’est pas le moment de revenir la dessus. Aujourd’hui Georges est mort et Deacon est parti on ne sait où : il ta abandonnait avec tes enfants…
- Il ne pas abandonnait ! Il est parti croyant ainsi faire mon bonheur mais comment être heureuse sans lui ?
- Tu le pourrais si tu t’en donnais la peine. Bon sang, Bridget, la Terre ne cessa pas de tourner parce que Deacon Sharpe est parti ! Tu pourrais être heureuse si tu en avais envie. Lorsque Charlie est mort je crus ma vie anéantie mais j’ai retrouvé le bonheur avec Ridge
- Comment peux-tu comparer ta relation avec ce monstre à ma vie avec mon mari ? Tout ceci ne serait jamais arrivé sans lui ! On peut dire qu’il a obtenu ce qu’il voulait et par ricochet vous aussi.
Bridget marqua une pause.
- Partez ! Allez-vous-en ! PARTEZ ! PARTEZ ! PARTEZ !
Bridget s’effondra sur le canapé et éclata en sanglot. Rick, venu chercher les enfants assista à la scène sans être remarqué.


- Bridget va mal. Elle va même très mal. Le départ de Deacon a eu l’effet inverse de celui escompté.
- Parce que tu t’attendais à autre chose, Rick ?
- Je savais qu’elle l’aimait mais j’étais loin d’imaginer qu’elle puisse l’aimer à ce point là.
Ambre soupira.
- J’aimerais faire quelque chose pour l’aider mais je ne sais pas quoi.
- Il n’y a rien à faire. Le seul qui puisse la sortir de cette torpeur c’est Deacon lui-même.
- Je me suis dis que je pourrais engager un détective privé pour savoir où il se trouve mais ensuite j’ai renoncé.
- Pourquoi ?
- Imagine une seconde que je le retrouve et qu’il a refait sa vie de son coté. Ma famille lui en assez fait endurer comme cela s’il est heureux avec une autre femme qui ignore tout de son passé cela risquerait non seulement de perturber sa vie mais aussi cela n’aidera pas Bridget. Bien au contraire.
- Rick ? Tu penses vraiment ce que tu dis ? Nous sommes entrain de parler d’un homme qui a traversé l’enfer durant toute sa vie et qui connu enfin le bonheur grâce à une femme dont il tomba fou amoureux, avec laquelle il fonda une famille, qui risqua sa vie pour sauver celle dont il est éprit et cependant malgré cela il n’hésita à sacrifier son bonheur personnel afin de la combler elle en s’en allant sachant que c’est l’unique moyen pour elle de retrouver sa famille. Et toi tu penses qu’il aurait pu tourner la page aussi vite ? Très sincèrement je ne sais pas si j’aurais pu faire preuve d’une telle abnégation.
Rick se leva et déposa un baiser sur les lèvres de sa femme.
- Je t’interdis de faire une chose pareille, dit-t’il en souriant.
Ambre sourit.
- Aucun risque : je ne suis pas aussi altruiste et en même temps j’aime trop voir la tête de Ridge le matin lorsqu’il me voit au bureau.
Rick éclata de rire et s’apprêter à aller chercher son répertoire téléphonique lorsque la porte sonna.
- Bridget ? dit Ambre surprise en allant ouvrir la porte.
- Je ne vous dérange pas ? Je sais qu’il est tard…
- Tu plaisantes. Entre !
- Tu veux sans doute voir les enfants ? Ils sont dans la chambre d’ami : ils dorment, nous partons très tôt demain matin.
- Non. Je… Je ne suis pas venue pour voir les enfants. Je ne suis pas inquiète à leur sujet lorsqu’ils sont avec vous. Bien au contraire. J’ai un service à vous demandé à leur sujet. Je… Je vais partir en voyage pendant quelque temps : je ne sais pas exactement combien de temps. Et je ne pourrai pas les amener. Serait-t-il possible que vous les gardiez ?
- Bien sur ! Cela ne pose aucun problème. Où vas-tu ? dit Ambre.
- En Italie !
- Que vas-tu faire la bas ? demanda Rick.
- J’ai une offre d’emploi la bas.
- Une offre d’emploi ? En Italie ?
- Oui.
Ambre et Rick échangèrent un regard intrigué.
- Quel genre d’emploi ?
- On me propose de donner des cours à des étudiants en médecine.
- Des cours ? Tu es médecin non professeur.
- C’est justement pour cela qu’ils veulent m’engager afin de faire partager mon expérience aux étudiants.
Rick était de plus en plus suspicieux
- Tu ne parles pas italien.
- Ce sont des étudiants bilingues et les cours ont lieu en anglais.
- Où en Italie ?
- A Verone.
- Verone ? s’écria Ambre surprise.
- Mais quand as-tu décidé cela ?
- Juste après ton départ j’ai reçu un mail provenant du plus grand hôpital universitaire de la ville. Ecoutez, si vous ne voulez pas garder les enfants je comprendrai et je demanderai à Stephanie.
- Mais non. Va faire ton voyage ne te fais pas de soucis pour les enfants nous les garderons.
- Merci, Ambre.
- Pas de quoi.
- Quand pars-tu ?
- Dimanche.


Deacon dormait sur son fauteuil d’un sommeil non réparateur, avec toujours le même cauchemar.
Bridget lui apparu.
- Bridget ? Ma chérie tu es venue.
Il s’avança vers elle pour la prendre dans ses bras mais elle disparu alors.
- Bridget !
Il tomba à genoux : effondré.
Sur ce il se réveillait son front couvert de perle de sueur. La bière était posée sur la table. Il la regarda, mit sa main sur la bouteille puis y renonça. L’alcool lui-même ne réussissant pas a atténué la douleur. Ce vide, cette douleur lancinante. Ce trou béant dans sa poitrine : rien ne réussissait à le combler. Rien !
C’est alors que lui revint en mémoire une discussion avec sa femme au sujet de Romeo et Juliette.
« Avant de te connaître je me moquais de ce Romeo : ce suicider pour une femme : quelle idée »
« Et maintenant ? »
Deacon la regarda avec des yeux rempli d’amour.
« Plutôt mourir que vivre sans toi »
Plutôt mourir que vivre sans toi. Plutôt mourir que vivre sans toi. Plutôt mourir, Plutôt mourir.
Ces mots résonnèrent en écho dans sa tête.
« Plutôt mourir ».
Deacon s’empara de ses clefs de voiture et sortit de chez lui en claquant la porte. Une fois dans sa voiture il mit le contact et fonça à vive allure.


Dimanche arriva. Chez Brooke l’effervescence était à son comble. Celle-ci était occupée aux derniers essayages avant d’aller se préparer.
- Parfait, dit Eric, c’est absolument parfait !

Soudainement un orage éclata bousculant tout sur son passage. Brooke s’effara.
- Oh non pas cela ! Pas maintenant, pitié pas maintenant ! C’est un désastre !
En robe de mariée Brooke se précipita dans le jardin où devait se tenir la cérémonie. Ridge, dans son costume blanc se tenait là également. La table, les chaises, la tente, la décoration…tout ! Absolument tout avait été renversé par la tempête.
- C’est un désastre, Ridge, un vrai désastre.
- Qu’allons-nous faire ?
Eric vint les rejoindre.
- Brooke. Ridge. Le téléphone n’arrête pas de sonner. Avec cette tempête les invités déclinent les uns après les autres y compris le pasteur. Il ne peut absolument pas se déplacer avec ce temps. Eric marqua une pause.
- Qu’y a-t-il, Eric ? Tu ne nous dis pas toute la vérité qu’y a-t-il ?
- Selon le pasteur tout ceci est de mauvais augures. Selon lui Dieu refuse de bénir cette union.
- C’est absurde, s’écria Ridge, puisque il ne veut pas venir je ferai appel à un autre pasteur il n’est pas le seul dans cette ville !
- J’ai déjà fait appel à six pasteurs différents ils m’ont tous donné la même réponse.


Bridget s’arrêta devant l’Insomonia. Elle entra et s’avança vers le comptoir. Des images lui revinrent en mémoire. Elle revit sa première rencontre avec Deacon lorsque celui-ci renversa une tasse de café sur sa robe, sa colère qui fondit en un rien de temps lorsqu’elle vit ces magnifiques yeux bleus de l’homme dont elle tomba instantanément amoureuse. Des souvenirs par milliers refirent surface. Elle commanda un café et s’assit à la même table que la première fois. Elle finit son café, paya l’adition et sortit reprendre sa voiture. Arrivée devant le Lair, elle arrêta le moteur et sortit de voiture. Elle entra dans le bar-bondé comme à son habitude- Bridget regarda le billard, cela faisait si longtemps qu’elle n’y avait plus joué, Elle se souvint de son premier cours lorsque elle marqua comment Deacon la saisit en la faisant tournoyer avant de lui donner son premier baiser. Elle commanda une bière puis monta à l’étage dans leur appartement. Rien n’avait changé tout était resté comme ils l’avaient laissé avant de déménager dans la maison de la plage. Sur la cheminée elle trouva une photo oubliée d’elle et Deacon. Elle la saisit puis se dirigea vers la chambre à coucher. Celle là même où elle perdit sa virginité dans les bras de Deacon. Sans qu’elle s’en rende compte des larmes coulèrent sur son visage. Elle posa sa tête sur l’oreiller pour étouffer ses pleurs.
Elle monta sur la terrasse où régnait le déluge. Malgré cela là encore tous les souvenirs refirent surface. Deacon et elle avaient passé tant de merveilleux moments sur cette terrasse. Tout lui revint en mémoire aussi clairement que si cela avait été l’instant présent. Puis soudain elle revit ce dernier jour dans leur maison de la plage : ce jour maudit où Deacon lui annonça qu’il la quittait pour faire son bonheur. Une douleur aigue traversa alors sa poitrine.
L’orage continuait de gronder. Un éclair éclaira soudain la terrasse et là…elle vit enfin : Deacon : l’amour de sa vie, son mari, le père de ses enfants se trouvait là lui aussi au bord de la terrasse s’apprêtant à faire : le grand plongeon.
- D.E.A.C.O.N !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Chapitre 35
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Un retour du passé-
Sauter vers: