The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 2 : l'ange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 47
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 2 : l'ange    Lun 18 Oct - 23:24

Ils s’installèrent sur le sofa. Deacon prit les mains de Bridget dans les siennes. Celle-ci était toujours aussi troublée.
- Deacon, depuis… depuis combien de temps sommes nous si proches ?
Deacon la regarda : déconcerté.
- Depuis toujours, chérie. Nous nous aimons.
- Mais ma mère ? Hope ?
- Chérie, je ne comprends pas où tu veux en venir au sujet de ta mère. Brooke et moi ne nous entendons pas : elle ne m’aime pas et ferait n’importe quoi, elle comme le reste de ta famille d’ailleurs, pour nous séparer, mais c’est perdu d’avance car nous nous aimons.
- Je voulais que notre mariage réussisse. Je t’aimais, Deacon, je t’aimais comme je n’avais jamais aimé personne mais il y’a eu Hope.
- L’enfant que j’aurais eu avec ta mère ?
- L’enfant que nous aurions du avoir.
- Bridget, je désire plus que tout avoir un enfant de toi, mon amour. A présent ta carrière est en place : tu es devenue médecin comme tu l’as toujours souhaité. Les malades viennent en consultation chez toi car tu sais les comprendre. Quand à moi je travaille pour la société de ton père. Il est temps pour nous d’avoir un enfant. C’est mon rêve le plus cher.
- Je suis perdue : tout ceci me semble si irréel : toi et moi ensemble. Nous elevons ton fils ensemble et tu voudrais avoir un bébé avec moi.
Ce rêve/ce cauchemar que j’ai fais, il me semblait si vrai, si réel. En dépit de tout je t’aimais toujours. Tu m’avais redemandé en mariage mais j’ai eu peur alors j’ai pris la fuite en disant oui à un homme dont je n’étais pas amoureuse. Ensuite je suis partie pour Copenhague finir mes études. Quand je suis revenue tu sortais avec cette femme : cette anglaise. Elle était plus âgée que toi et moi j’étais totalement désorientée. Apres notre divorce… Deacon : je t’en prie dis-moi que j’ai rêvé tout ceci, que ce n’est pas réel. Je t’en prie, mon amour, dis le moi !
Deacon la serra dans ses bras et l’embrassa.
- Ce n’était pas réel, mon amour, tu as fais un cauchemar voila tout. Nous sommes ensemble, il n’y a jamais eu d’autre femme et il n’y en aura jamais ! Je t’aime, Bridget, je t’ai toujours aimé et je t’aimerai jusqu'à la fin des temps.


***

Deacon se réveilla dans sa suite luxueuse. Il regarda le calendrier. Cela aurait fait dix ans que Bridget et lui se serait marié aujourd’hui s’il n’avait pas tout gâché. Il ouvrit le tiroir de son bureau et sortit le cadre de leur photo de mariage.
- Je suis désolé mon amour. Il embrassa le cadre et le remit à sa place.
Oh bien sur il était devenu un brillant homme d’affaire et avait de l’argent à ne plus savoir quoi en faire mais quelque chose lui manquait. Quelque chose ou plutôt quelqu'un. Il soupira. Alluma son ordinateur portable, consulta ses emails puis descendit au piano bar.
Ce salon, il le connaissait par cœur à présent. Comme d’ailleurs toutes les pièces de et les clients de cet hôtel cinq étoiles. Cependant un homme retint son attention. Il ne ressemblait en rien aux clients de l’hôtel et pour une raison qu’il ignorait il ne cessait de le dévisager. Il soupira, commanda un double scotch puis remonta dans sa suite.
- Elle vous manque au point de boire de bon matin, n’est ce pas, Deacon ?
Deacon sursauta. L’inconnu aperçut au bar quelques minutes plus tôt se trouvait là.
- Qui êtes vous ? Qui vous a laissé rentrer et comment connaissez vous mon nom ?
- Je suis rentré par mes propres moyens.
- J’appelle la sécurité.
Deacon décrocha le combiné.
- C’est en panne.
Il chercha alors à sortir mais la porte se verrouilla comme par magie. Deacon se retourna alors vers l’homme.
- Qui êtes vous et comment faites vous ce genre de chose?
- N’ayez pas peur de moi : je suis là pour vous aider, Deacon.
- Pour m’aider à quoi ?
- A obtenir ce que vous souhaitez vraiment.
- C’est une plaisanterie !
- Pas du tout.
- Dites-moi qui vous envoie? Si c’est Gordon…
- Personne ne m’envoie. Vous m’avez demandé : je suis venu.
- Moi qui quoi ? Je ne sais même pas qui vous êtes comment aurais je pu vous demander ? Dites à Gordon que je ne le dois plus rien : nous sommes quitte et je ne ferai plus affaire avec lui à l’avenir.
- Je ne travaille pour Gordon.
- Pour qui d’autre travaillez vous dans ce cas ? Je ne connais personne d’autre d’aussi retors. J’ignorais qu’il fréquentait des magiciens.
- Je ne suis pas magicien.
- Magicien, prestidigitateur… appelez cela comme vous voudrez ca m’est égal.
- Je ne suis rien de tout ceci. Je suis venu pour vous aider.
- M’aider mais m’aider en quoi ?
- A retrouver ce qui vous manque.
- J’ai absolument tout ce que je veux, il n’y a rien qui me manque ! A présent allez vous en en et laissez moi sortir !
- Vous êtes libre de partir.
- Merci !
- Est-ce le nom de Bridget Forrester vous évoque quelque chose ?
Une main sur la poignée, Deacon se retourna : blême.
- Bridget, murmura t’il. Qui vous a parlé d’elle ? Je n’en ai jamais parlé à personne. Pas même à Gordon.
- J’ai touché un point sensible on dirait.
- Comment… comment avez entendu parler d’elle ?
- Parce que je vous connais, mon garçon. Je sais tout ce qu’il y a à savoir sur vous.
- Vous me connaissez ? Mais comment ? Nous ne sommes jamais rencontrés.
- J’ai toujours été là avec vous et pour vous mais vous l’ignoriez. Vous n’étiez pas prêt à me voir.
- Vous…vous avez un accent mais je n’arrive pas à déterminer d’où il vient.
- Je parle plusieurs langues à la fois. Tout dépend de l’endroit où je suis.
- Qui êtes vous ? Un agent secret quelque chose du genre ?
- Rien de tout cela. Je suis un ange !
Deacon pouffa.
- Bien sur et moi je suis Satan.
- Ne plaisantez pas là dessus, mon garçon.
- Ca n’existe pas les anges.
- Comment expliquez-vous que je vous connaisse dans ce cas ? Que je connaisse Bridget et l’amour que vous lui portez ? Que je sache combien vous avez souffert durant votre enfance ?
Deacon regarda l’homme : surprit par toutes ces révélations.
- Comment savez-vous tout cela ?
- Je viens de vous le dire : je suis un ange : votre ange et je vous suis depuis votre venue au monde.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Chapitre 2 : l'ange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Musso, Guillaume] L'appel de l'ange
» [Tremblay, Michel] Un ange cornu avec des ailes en tôle
» [fiction]L'envol de l'ange
» LA NOSTALGIE DE L'ANGE d'Alice Sebold
» Spoil Bleach chapitre 274

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: L'ange-
Sauter vers: