The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 17

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 47
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 17   Mar 28 Avr - 23:34

Dante et Lyndsy Damiano entrèrent dans la cellule de Deacon accompagné de Bridget. Ils furent accueillis par son camarade de cellule
- Ils vous en fallu du temps pour venir
- Je vous demande pardon ?
- Vous arrivez un peu tard pour l’exécution si cela ce trouve elle est déjà finit
- L’exécution ? Quelle exécution ? De quoi parlez vous ?
- De celle de votre mari bien sur, de quelle voudriez vous que je vous parles ?
- Mon mari est innocent
- Mais bien sur, moi aussi je suis innocent du meurtre de ma belle-mère
- Mon mari n’a tué personne ! Ou est t’il ? Je veux le voir !
- Calmez vous Bridget
- Que je me calme ? Comment voulez vous que je me calme ? Où est mon mari ?
- Chérie, si tu veux ton mari c’est au cimetière que tu le verra pas ailleurs
- De quoi êtes vous entrain de me parler ou est t’il ?
L’homme émit un rire narquois
- Vous allez RÉPONDRE OUI ? OÙ EST MON MARI ?
- Écoutez mon vieux, la dame n’a peut être pas l’habitude des looser dans votre genre mais moi oui et vous n’impressionnez nullement ! Alors répondez à la question ?
- Qu’est que vous me donnez en échange ?
- Voila 5 $ pour acheter un paquet de cigarette
- 5 $ vous vous foutez de moi ?
- Combien voulez vous ?
- Bridget non ! Il nous mène en bateau, il ne sait pas plus que nous où se trouve Deacon
- Alf n’a qu’une parole ! bien sur je sais où il est. Ils sont venu e chercher
- Qui ça ?
- Les corbeaux bien sur
- Les corbeaux ?
- Oh mon Dieu, fit Lyndsy
- COMMENT ? L’exécution n’était prévue que dans 3 jours !
- Dante, de quoi parlez vous ? Expliquez moi je ne comprend plus rien
- Cette bande de salopard, ils vont m’entendre, cela ne se passera comme ça ! Où se trouve cette salle ? Vous le savez ?
- Et comment je le sais
- Faites moi un plan. Vite !
- Lyndsy ? Ils ont emmené Deacon, ils vont le tuer ! C’est bien cela n’est ce pas Lyndsy ? Répondez moi s’il vous plait ?
- Ils ne le tueront pas si nous arrivons à temps pour l’en empêcher
- Et voila !
L’homme avait finit de dessiner le plan et le remit à Dante qui le regarda attentivement
- Vite il n’y a plus une minute à perdre. Lyndsy tu as ton portable ? Prévient la presse de ce qui ce passe ici et attend là à l’entrée. Assure toi qu’il la laisse passer. Tenez voila 10 $
Dante et Bridget commencèrent à courir dans les couloirs pendant ce temps Lyndsy avait réussi à joindre le plus grand journal des États- Unis
- Allo, ici Lyndsy Damiano, je suis avocate à la Cour. Si vous souhaitez un scoop rendez vous au plus vite à la prison d’État de Pennsylvanie. Un innocent risque d’être exécuté de manière totalement arbitraire et illégale

- Halte là ! Où allez vous comme cela cette allée est classée en zone rouge vous ne pouvez pas y entrer
- Je suis avocat à la Cour et notre client est ici de manière totalement illégale alors si vous ne voulez pas perdre votre travail, laissez nous passer

Kristen et Tony étaient resté à Philadelphie. Ce soir là, Kristen était occupé à changer le bébé lorsque Tony l’appela
- Kristen, vient vite !
- Que ce passe t’il ? Tu ne te sens pas bien ? Veut tu que je t’emmène à l’hôpital ?
- Je vais très bien, ce n’est pas pour cela que je t’ai appelé
- Qui y a-t-il alors ?
- Ils viennent d’émettre un flash d’information : Deacon va être exécuté ce soir
- Quoi ? C’est impossible ! Tony l’exécution n’est prévue que dans trois jours et ce soir Dante, Lyndsy et Bridget sont à la prison pour la retarder et avec de la chance il sera libéré
- Kristen. Ils vont l’exécuter ce soir
- J’appelle Bridget !
Bridget courait d’un couloir à l’autre pendant que Dante lui indiquait le chemin à suivre. La course contre la montre avait commencé quand le portable de Bridget sonna.
- Bridget, c’est Kristen…
- Kristen, je suis désolée je ne peux pas te parler maintenant, je te rappelle plus tard
Elle raccrocha laissant Kristen perplexe
- Qu’a dit Bridget ?
- Rien.
- Comment ça « rien ? »
- Elle n’a rien dit, elle a raccroché très vite mais elle était tout essoufflée à croire qu’elle courait. Tu avais raison : il se passe quelque chose dans cette prison !

- Bridget par ici ! Non par là, à gauche maintenant puis à droite, puis tout droit

- Tony ? Tu veux bien garder Deacon Jr ? J’aimerais aller à la prison voir sur place ce qui s’y trame
- Je peux le garder bien sur mais cependant j’aimerais venir avec toi
- Il faut quelqu'un pour garder le bébé
- Papa ? Maman ?
- Zende ? Mais que fais tu ici à une heure pareille ?
- J’étais dehors avec des copains de la fac lorsque j’ai entendu les informations. Oncle Deacon ne va pas être exécuté dites ?
- Nous prions tous pour que cela n’arrive pas
- Mais vous n’en savez rien
Tony et Kristen regardèrent fixement leur fils d’un air désemparé
- Zende ? Pourrais tu nous rendre un service à ta mère et moi ? Ta mère aimerait aller à la prison voir ce qui ce passe et je ne veux pas la laisser y aller seule. Tu voudrais bien garder Deacon Jr ?
- Bien sur ! Aucun problème mais s’il vous plait, Papa, Maman, des que vous aurez du nouveau prévenez moi
- Bien sur.

- Harry Walker du Philadelphia Times. Nous couvrons l’exécution illégale du prisonnier Deacon Sharpe
- Je ne vois pas de quoi vous parlez, il n’y a aucune exécution illégale dans nos établissements
- Ne nous prenez pas pour des imbéciles ok ! Nous avons reçu un appel d’un avocat de la Défense du nom de Lyndsy Damiano. Elle nous a assuré qu’un prisonnier du nom de Deacon Sharpe allait être exécuté de manière totalement illégale
- James Sawer du New York Times
Ainsi les journalistes et les différentes chaînes de télévision de tout le pays arrivèrent peu à peu à la prison. Lyndsy avait réussi à avoir un plan de la prison et se dirigea vers la salle de pendaison. La salle avait gardé son nom bien que l’État de Pennsylvanie ne pratiquait plus de pendaison. Lyndsy était suivit des journalistes

De son coté Bridget était arrivée à la salle de pendaison. Cette pièce était sombre. Il y’avait des bancs pour s’assoire tandis que de l’autre coté s’ouvrait une autre pièce avec une vitre sans teint permettant ainsi aux familles et aux avocats de suivre l’exécution du prisonnier.
Bridget, à la fois furibonde et angoissé vit le juge Wilson ainsi que Donna Walsh et Peter Hollistaire. Donna ayant fait passé celui-ci pour son cousin avait obtenu l’accord du juge, qui ne savait rien lui refuser, d’assister à la mise à mort.
En les voyant le juge se leva.
- Que venez vous faire ici ? Qui vous a permit d’entrer ?
Emportée, Bridget l’attrapa par le revers de sa veste
- Espèce d’ordure ! Comment va mon mari ?
- Vous arrivez trop tard : c’est finit.
Répondit Donna avec un sourire narquois sur les lèvres. Dans son élan, Bridget la gifla
- Comment avez-vous osé lever la main sur moi ? Je porterai plainte contre vous
- Je vais vous poursuivre en justice pour avoir lever la main sur une magistrate ! s’écria le juge
- Faites donc ça et j’expliquerai à la police que vous avez envoyé un innocent à la chaise électrique
- Votre mari a été reconnu coupable de meurtre avec circonstances aggravantes sans compter qu’il a proférer des menaces de mort à l’encontre de ma fiancée
Donna eu un haut le cœur en entendant parler d’elle en ces termes qui n’échappa pas à Bridget
- Votre fiancée ? Le railla Bridget, votre fiancée, comme vous dites vous trompe en couchant avec le véritable meurtrier et aussitôt mon mari mort elle vous laissera tomber comme une veille paire de chaussette dont on se débarrasse pour aller vivre sa lune de miel avec son autre amant. Pour preuve il est ici en attendant de voir son crime devenir le meurtre parfait
- Ne l’écoute pas, Jared, elle ment ! Elle dirait n’importe quoi pour sauver son meurtrier de mari. Tu me crois n’est pas Jared ? Dis moi que tu me crois, mon petit chou-fleur
- Bien sur, Donna. Il est temps d’en finir !
Le juge se dirigea vers la vitre sans teint et appuya sur un bouton
- Faite le nécessaire !
- NON ! Hurla Bridget, vous n’avez pas le droit ! Il n’est pas un meurtrier, le meurtrier en l’occurrence c’est VOUS !
- N’aggravez pas votre cas, Md Sharpe où je vous fais enfermer pour outrage à magistrat
- Jared ! Qu’est ce cette histoire ? Tu vas procéder à l’exécution aujourd’hui mais pourquoi que diable ? Pourquoi n’attends pas encore trois malheureuse petites journée !
- Walter, il a menacé ma fiancée de mort c’est pourquoi je dois le faire exécuter
- Jared ! Lorsque tu es venu me voir la première fois pour me demander de te rendre un service, j’ai tout d’abord hésité mais vu ton énorme contribution à ma campagne électorale j’ai été d’accord pour te rendre service. De plus mes électeurs auraient vu que je tiens et tiendrai toujours mes promesses concernant la peine capitale pour les criminels. Jared, toi et moi étions tombés d’accord mais l’execution était prévue pour mercredi : pas avant
- Je l’ai avancé de deux, trois jours quelle différence cela fait ?
- Ça fait toute la différence ! Cette execution : la première en Pennsylvanie depuis fort longtemps devait être rendue publique pour les habitants de Philadelphie et de tout les États-unis
- Vous ne valez pas mieux les uns que les autres, vous êtes prêt à envoyer un innocent à l’échafaud pour des motifs purement égoïste
- Md Sharpe, je suis désolé pour votre mari mais il a été reconnu coupable. Il a tout de même était prit en flagrant délit en possession de stupéfiant
- Cette drogue ne lui appartenait pas !
- C’est vous qui le dites
- J’étais venu vous voir, je vous ai apporté toutes les preuves démontrant que mon client n’était pas le coupable. Je vous ai demandé de faire annuler ce simulacre de procès. Vous aviez promis de l’étudier mais en réalité, vous aviez déjà pris votre décision pour des motifs purement politique et financier
- Comprenez moi. Je me dois à mes électeurs : ils ont assez de l’insécurité dans les rues de Philadelphie. Ils veulent pouvoir sortir dehors, allez boire un verre entre amis, emmener leurs enfants jouer au parc en toute sécurité
- Et c’est ainsi que vous pensez rétablir la sécurité ? En envoyant un pauvre innocent à l’abattoir et laissant le véritable meurtrier libre comme le vent
Lyndsy était arrivé dans la salle de pendaison en compagnie des journalistes
- Je me trouve actuellement dans le couloir de Grateford, autrement dit le couloir de la mort où un prisonnier vient ou va être exécuté nous le savons pas exactement de manière totalement illégale. En effet son execution n’était prévu que pour mercredi mais le juge Wilson de la Cour de Philadelphie a unilatéralement décidé d’avancer la date de manière à satisfaire la volonté de sa petite amie qui n’est autre que l’ancienne avocate du condamné. L’inculpé est marié et père de famille d’un bébé de quatre mois. D’après nos sources, il semblerait que son ancienne avocate soit impliquée dans une relation sentimentale avec le juge qui a prononcé le verdict et un autre homme qui pourrait être le véritable meurtrier. Pour rappel des faits, l’inculpé a été reconnu coupable du meurtre d’une prostituée et de trafic de stupéfiant. Depuis le début il clame son innocence. Sa femme est la benjamine d’Eric Forrester et Brooke Logan des Créations Forrester de Los Angeles. Elle se trouve actuellement en pleine altercation avec le juge et la première avocate de son mari.
Bridget s’était avancée vers la salle où se trouvait Deacon. Donna Walsh s’en aperçu
- Vous n’avez pas le droit de franchir cette porte !
- Poussez vous de mon chemin !
Joignant le geste à la parole Bridget la bouscula d’un coup de coude. Donna vacilla
- Je vous poursuivrai en justice pour coup et blessure et outrage à magistrat
- Avant cela vous serez derrière les barreaux d’une prison
Le juge se précipita alors au chevet de l’avocate
- Donna ? Comment ça va ?
- Empêche là, Jared ! Empêche de rentrer. Il doit mourir, il doit mourir aujourd’hui !
Profitant de la confusion qui régnait, Peter tenta de s’enfuir
- Attention ! s’écria Lyndsy, ne le laissez pas partir, arrêtez le !
A cet instant Alf arriva
- Alors, frero, où compte aller comme ça ? Tu cherches déjà à nous faucher compagnie ? Tss, tss, pas beau ça
- Alf ! Si tu es venu assister au spectacle c’est raté
- Oh vraiment ?
- Officier, arrêtez cet homme ! Nous avons des raisons de penser qu’il est le véritable meurtrier
Bridget entra enfin dans la salle. Deacon était allongé inconscient.
- Deacon, Deacon, mon amour tu m’entends ? C’est moi Bridget. Mon amour, je t’en prie réveille toi
- Il ne peut pas vous entendre, il est dans la première phase
Bridget fulmina et se retourna contre le bourreau
- Que lui avez-vous injecté ?
- La même chose qu’aux autres condamnés
Les yeux de Bridget se posèrent alors sur la corbeille et aperçu la seringue ainsi que le flacon vide du produit injecté
- Oh mon Dieu, dit t’elle la gorge serrée
- Je te sauverai, mon amour, je ne te laisserai pas mourir
- Vous ne pouvez plus rien faire, le travail a déjà commencé
Bridget se précipita alors vers l’armoire à pharmacie qui était fermée à clés
- Ouvrez cette armoire, cet un ordre !
- Je n’ai d’ordre à recevoir de personne
- Si mon mari meurt, je vous poursuivrais en justice pour assassinat !
- Je n’ai fais que mon travail
- Votre travail consiste à exécuter des criminels non des innocents à fortiori dans des conditions comme celle-ci. Ouvrez cette armoire si vous ne voulez pas que je défonce la vitre
Le bourreau ne bougeait pas. Bridget regarda autour d’elle et trouva un outil, elle s’en saisit et brisa la vitre. Elle entra alors sa main et réussi à l’ouvrir depuis l’intérieur
- Je vais vous faire arrêter pour destruction du bien de l’État
Mais Bridget n’avait que faire des paroles du bourreau. Elle sortit un produit du placard et inséra une seringue
- Vous êtes folle ! Ne touchez pas à cela !
- Je suis médecin et je sais ce que j’ai à faire
Dans l’autre pièce la police avait arrêté le juge, Donna Walsh et Peter. Lyndsy et Dante étaient occupés à donner des interviews afin de rétablir la vérité.
Deacon se réveilla enfin. Bridget fut la première chose qu’il vit à son réveil
- Bridget
- Oui, mon amour, je suis ici, dit t’elle tout en lui caressant les cheveux
- Qu’est qui c’est passé où suis-je ?
- Tout va bien, mon amour, tout va bien…maintenant
Elle se pencha vers lui et l’embrassa sur ses lèvres
- Une ambulance va arriver pour te conduire à l’hôpital pour des examens ensuite nous rentrerons à la maison
- A la maison ?
- Oui, mon amour, à la maison
- C’est finit alors ?
- Oui chéri


_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Chapitre 17
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: J'ai confiance en toi-
Sauter vers: