The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 Chapitre 26

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 47
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: Chapitre 26   Dim 23 Mai - 22:19

Trois jours s’étaient écoulés depuis l’enlèvement dans le parking. Personne n’avait de leurs nouvelles depuis lors.
Lyndsy et Dante s’occupaient des enfants. Ce fut Eric qui donna l’alerte.

Fatigués par la soirée de la vielle, les enfants ne cessèrent de se chamailler ce jour là. Pendant ce temps, Eric était dans sa chambre avec Mel entrain de célébrer leurs retrouvailles. Ils s’embrassaient langoureusement.
- Comme je suis heureuse que nos familles se soient enfin réconciliées.
- Moi aussi.
Les baisers d’Eric devenaient de plus en plus passionnés.
- Je t’aime, Mel.
- Je t’aime aussi, Eric.
- Lorsque tout ceci sera derrière nous et une fois notre majorité en poche nous nous marierons. Veux tu un grand mariage ou préfère tu que nous nous envoilions pour Las Vegas, comme le firent mes parents.
- A toi de choisir, cela m’est égal, les deux me convienne, dit t’elle en répondant à ses baisers empressés.
D’une main, Eric remonta la jupe de Mel jusqu'à atteindre sa cuisse, qu’il caressa. Puis s’arrêta soudain : la regardant.
- Va-y, je ne veux plus attendre.
- Tu es sure ?
- Oui.
C’est ainsi que lentement mais surement les deux jeunes gens firent l’amour pour la première fois de leur existence.

Lorsqu’ils descendirent au salon, plusieurs heures plus tard, l’un et l’autre éprouvaient une certaine gêne. La nuit était tombée sur Hawaï et les enfants étaient toujours aussi hargneux.
- Attend que Papa et Maman soient là, je vais tout leur racontés.
- Cafteuse !
Elona tira la langue à son frère.
- En parlant de Papa et Maman, ils devraient être ici depuis longtemps vous ne pensez pas, dit Julian.
- Papa et Maman ne sont pas encore rentrés ? demanda Eric.
- Non.
- C’est bizarre ils devraient être la depuis fort longtemps.
- Ils sont peut être avec mes parents. Ils étaient si heureux de se retrouver hier. J’appelle mon père !
Melanie composa le numéro de son père.
- Allo ?
- Allo, Papa, c’est moi. Est-ce Deacon et Bridget sont avec toi ?
- Bridget et Deacon ? Non ils ne sont pas avec moi pourquoi ?
- Ils sont peut être avec Maman dans ce cas.
- Non. Ta mère est avec moi et ni Deacon ni Bridget ne sont avec nous.
- Vous les avez vus aujourd’hui ?
- Bien sur : ce matin, au bureau.
- Alors peut être y sont t’ils encore ?
- Non ! Ils sont partit très tôt et devaient rentrer chez eux. Melanie, que ce passe t’il ? Où es tu ?
Aux réponses de son père, Mel comprit que quelque chose n’allait pas.
- Je suis chez Eric et personne n’a vu Deacon et Bridget de la journée.
- OK. Nous sommes à la maison, ne bouge pas de la bas, nous arrivons.
- Que ce passe t’il ? demanda Lyndsy une fois que Dante raccrocha.
- C’était Mel, elle se trouve chez Deacon et Bridget et ni l’un ni l’autre ne sont chez eux. Aucun d’entre eux ne les a vus de toute la journée.
- Oh, mon Dieu, tu crois…
- Inutile de s’affoler, allons voir sur place ce qu’il en est exactement.
Cinq minutes plus tard, Dante et Lyndsy se trouvaient chez Deacon et Bridget.
- Avez-vous du nouveau ?
- J’ai téléphoné de partout où ils pouvaient être mais ils ne sont nulle part et leurs portables ne répondent pas non plus, dit Eric.
- OK. J’appelle Wilson tout de suite !
Dante prit son portable et appela l’inspecteur Wilson.
- Allo, oui ?
- Dante Damiano à l’appareil, je me trouve actuellement chez les Sharpe, Deacon et Bridget ont disparu.
- Restez où vous êtes, j’arrive.
Un quart d’heure après, l’inspecteur Wilson arriva.
- Que ce passe t’il ?
- Nos parents ont disparu, dit Elona.
- Comment cela « disparu » ?
- Ne faites pas semblant de ne pas comprendre, Wilson : vous savez très bien ce qui ce passe. Personne n’a vu Deacon ou Bridget de la journée. Ils sont venus travailler ce matin mais sont partit très tôt. Ils n’ont pas fait signe de vie à leurs enfants ce qui bien sur ne leur ressemble pas et encore moins dans ces circonstances. Ils devraient être sous protection de la police depuis longtemps mais une fois de plus vous fîtes preuve d’incompétence.
- Je ne vous permets pas de me parler sur ce ton, Dante Damiano ! C’est un outrage à magistrat. C’est vous qui a voulu mettre fin à notre coopération. Vous étiez nos yeux et nos oreilles.
- Oh non, non, non, n’essayez pas de cacher votre incompétence en me blâmant. Je ne suis ni flic ni agent secret.
- Arrêtez de vous disputez, ce n’est pas le moment, s’écria Elona, mes parents ont disparus ! Peut être Nancy les a-t-elle tué ! dit t’elle en éclatant en sanglot.
Eric alla la consoler.
- Calme toi, Elona, je suis sur qu’on va retrouver Maman et Papa.
- Tu n’en sais rien, Eric, tu n’en sais rien. Maman et Papa ne nous laissent jamais sans nouvelle, et là… souviens toi de ce qui ce passa l’an dernier. Nancy a peut être réussi cette fois.
- Ne dis pas cela, Elona, tu dois garder la foi et te dire que nos parents sont en vie.
- Je vais avertir la presse, peut être les médias pourront t’ils nous aider, dit Dante.
- Ne faites surtout pas cela ! s’écria l’inspecteur Wilson.
- Et pourquoi je vous prie ?
- Si vous voulez mettre la vie de vos amis en danger alors allez-y ! Avertissez la presse.
- Vous ne manquez pas de culot, cela fait des mois que cette affaire est entre vos mains et vous n’avez pas avancé d’un yota. Il y’a à peine quelques semaines une petite fille a bien failli perdre la vie. Si les journalistes en mal de sensation forte s’emparait de cette affaire, je suis persuadé que nous retrouverons Deacon et Bridget : vivant et en bonne santé et grâce à leur enquête, vous pourrez enfin arrêter ce réseau de mafieux.
- Je vous en prie, laissez-moi agir à ma façon et je vous promets de tout faire pour retrouver vos amis. Je les mettrai sous protection de la police.
- Ils auraient du l’être depuis longtemps ! Je partage l’avis de Dante : il faut alerter la presse.
- Accordez moi trois jours, si d’ici là je n’ai pas retrouvé vos parents alors vous pourrez donner l’alerte dans la presse mais je ne suis pas certain de pouvoir assuré votre sécurité par la suite.
- Ah parce que vous l’avez fait ? ironisa Melanie.
- Je vous accorde quarante huit heures. Si dans deux jours Deacon et Bridget ne sont pas là, saint et sauf, j’avertirai tous les médias du pays et pas simplement de l’Etat.
- Entendu. Je vais envoyer une équipe mettre le téléphone sur écoute des fois qu’il sonnerait.
Une fois l’inspecteur Wilson parti, Lyndsy se tourna vers les enfants.
- Allez chercher des affaires pour la nuit, vous allez venir à la maison.
- Je reste ici au cas où le téléphone sonnerait.
- Très bien, Eric. En revanche, je vous serai reconnaissant de prendre les enfants, y compris Elona.
- Pas question, je reste ici !
- Elona, s’il te plait, j’ai bien assez de choses à régler comme cela, je n’ai pas le temps de m’occuper de toi.
- Je peux m’occuper de moi toute seule, je ne suis plus un bébé.
- Ton frère a raison, Elona, il vaut mieux que tu partes avec mes parents.
- Oh bien sur, tu prends le parti de ton petit ami…
- Stop ! Elona arrête de jouer l’enfant ! Papa et Maman ont disparu, on ignore où ils sont ni même si nous les reverrons un jour, alors s’il te plait, tais toi et fait ce qu’on te dit de faire : va dormir chez Lyndsy et Dante, dit Deacon jr.
- J’ai une idée qui conviendra à tout le monde, je pense : je rentre chez moi avec les plus jeunes d’entre vous et toi, Dante, tu pourrais rester là, on ne sait jamais, cela pourrait s’avérer utile. De plus je me sentirais plus rassurer de savoir qu’un adulte veille sur vous.
- Les enfants, il faut que vous sachiez une chose : hier, votre père ma demandé de veiller sur sa famille si il lui arrivait quelque chose. Je lui ai donné ma parole et je n’ai aucune intention de renier la promesse faite à mon meilleur ami.
- Je vais chercher les enfants. Melanie, Elona, vous venez m’aider ?


Trois jours plus tard, dans une cave sordide Deacon se réveilla avec un mal de crane. Il eu du mal à se remémorer les événements qui venait de se produire… quand des flash back lui vinrent devant les yeux.
- Oh Seigneur.
Puis il vit Bridget.
- Bridget, mon amour.
Il souleva sa tête et l’appela.
- Bridget, mon amour, tu m’entends ?
Bridget ouvrit tout doucement les yeux.
- Deacon ?
- Oui, c’est moi, ma chérie.
- Où sommes-nous, mon amour ? Que c’est t’il passé ?
- Nous sommes tombés dans un guet apens. Nancy et ses acolytes nous ont piégés.
- Je m’en souviens, nous étions dans la voiture dans le parking de notre entreprise.
- Oui, c’est cela, mon amour.
- Nous avons dormi longtemps, tu crois ?
Deacon regarda la date à sa montre.
- Trois jours.
- Seigneur, les enfants.
- Je suis certain que Dante et Lyndsy s’occupent d’eux.
Deacon marqua un temps d’arrêt avant de reprendre.
- Je dois t’avouer quelque chose, mon amour. Lorsque la fête battait son plein, Lyndsy et toi vous vous trouviez sur la terrasse et de mon coté j’étais à l’intérieur avec Dante : je lui ai demandé de prendre soin de toi et des enfants au cas où il m’arriverait quelque chose.
- Deacon, mon amour…
Elle ne continua pas sa phrase et se blottit dans ses bras.
Quelques heures s’écoulèrent sans que personne ne vienne les voir.
- As-tu une idée de l’endroit où nous sommes ?
- Aucune.
- Cela fait des heures maintenant que nous sommes réveillés mais personne n’est venu. J’ai faim et soif. Crois tu qu’ils vont nous laisser mourir de déshydratation ?
Deacon passa son bras atour de son cou.
- C’est fort possible, dit-il en lui donnant un baiser sur son temple.
- Je suis fatiguée, j’ai sommeil.
- Non, chérie, ne t’enfonce pas dans le sommeil… après tout c’est peut être la meilleure chose à faire : si nous nous endormons nous ne sentirons pas la mort venir.
Malgré le noir qui régnait dans la pièce, Bridget le regarda.
- Je t’aime, mon amour.
- Je t’aime moi aussi.
Leurs lèvres s’unirent.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
Chapitre 26
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Senteurs d'Hawaï-
Sauter vers: