The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever
Hello, bienvenue sur notre forum de Beacon forever. Ce forum est avant tout destiné à écrire et des lires des fan fictions, histoires reprises et corrigés par les fans des séries. Ici c'est en particulier consacré à Deacon et Bridget du soap Amour Gloire et Beauté, Top Model ou encore the Bold and the beautiful.
Soyez sympa, lorsque vous lisez un de nos chapitres de nous laisser un petit commentaire.
Enjoy

The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever

fan fiction sur l'histoire d'amour de Bridget Forreter & Deacon Sharpe
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionMembres

Partagez | 
 

 chapitre 32

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget Sharpe
Ange gardien de Bridget et Deacon
Ange gardien de Bridget et Deacon
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2743
Age : 47
Localisation : Quelque part chez Bridget & Deacon
Vos perso preferés dans Top Model : Bridget, Deacon, Sheila, Becky, Morgan, Ambre, Taylor avant sa mort, Stephanie
vos couples preferés dans Top Model : Bridget & Deacon
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de couple
Your preferred couple: Bridget et Deacon
Quel personage aimeriez vous jouer: Bridget of course

MessageSujet: chapitre 32   Ven 25 Juin - 23:26

Les premiers secours arrivèrent sur les lieux peu de temps après. La nuit était tombée sur Hawaï puis la nouvelle journée commença. Les premiers secouristes remontèrent sur la terre ferme.
- Nous sommes désolés, Inspecteur Wilson, nous n’avons rien trouvé. A cet endroit le courant est très fort entre le moment où l’accident s’est produit et le moment où nous sommes arrivés ils ont pu être emporté n’importe où.
- Y’a-t-il une chance qu’ils soient encore en vie ? demanda Dante.
- J’aimerais vous dire oui, mais hélas cela serait vous donner des probables faux espoirs. Comme je viens de le dire, le courant est très fort et les vagues sont nombreuses. Seuls les surfeurs les plus expérimentés s’aventurent dans le coin. Je suis vraiment désolé.
Le sauveteur s’éloigna.
- Je suis sincèrement désolé, Dante. Je connais votre attachement à Mr et Md Sharpe.
- Ah oui, vraiment vous êtes désolé ? Vous pouvez l’être : tout ceci est arrivé par votre faute, à cause de votre incompétence !
- Je vous demande pardon ?
- Oh s’il vous plait, ne jouait pas les outrager avec moi, cela vous va très mal ! Cela fait plus d’un an que vous êtes sur cette affaire ! Plus d’un an que vous aviez eu maintes occasions de démanteler cette organisation mafieuse ! Mais vous n’en avez strictement rien fait ! Vous avez laissé passer toutes les occasions. A cause de vous j’ai perdu mes meilleurs amis et des jeunes enfants vont se retrouver orphelins.
L’inspecteur ne dit mot. Dante soupira.
- Rendez-moi un service : n’avertissez pas la presse de ce qui vient de se passer avant que je n’ai eu le temps de parler aux enfants de Deacon et Bridget. C’est valable pour vous aussi Apelbaulm.
- Je dois avertir Mr Forrester, c’est lui qui me paye.
- Il apprendra en même temps que les enfants. Ils sont totalement orphelins maintenant.
- Je vous raccompagne, dit le détective.
Dante monta dans la voiture du détective. Trois heures plus tard ils se garèrent devant la maison des Sharpe.
Elona était dehors avec Sam.
- Dante ? Où sont Maman et Papa ?
- Tu veux bien rentrer, Elona ? Je dois vous parler à tes frères et sœurs.
Intriguée, la fillette suivit Dante à l’intérieur.
- Dante ! dit Lyndsy agréablement surprise de revoir son mari.
- Papa, tu es rentré ! s’exclama Melanie folle joie.
Dante embrassa sa femme et sa fille.
- Dante, vous êtes là ? Où sont nos parents ? dixit Eric.
- Où est ton grand père, Eric ?
- Je suis là, Dante. Où est ma fille ?
- Les enfants, Mr Forrester : il s’est passé quelque chose d’inattendu.
- Où sont Papa et Maman ? demanda Eric d’une voix tremblante.
- Il a y’eu un accident : je suis désolé.
- Papa et Maman sont blessés ? demanda Elona.
- Ils sont à l’hôpital ? dit Deacon jr.
- Dante, où sont-ils ? Où sont nos parents ?
- Je suis sincèrement désolé. Vos parents sont tombés d’une falaise et se sont noyés.
- Non ! s’écria Elona. Ce n’est pas vrai, vous mentez ! Vous mentez ! Vous mentez !
En larme, la petite fille sortit de la pièce tout en courant, suivit par Sam comme à l’accoutumée.
- Elona ! s’écria Eric en voulant se lancer derrière sa sœur.
- Laisse là, Eric, ta sœur a besoin d’être seule pour assumer le choc de la nouvelle.
- Mais, Lyndsy…
- Je comprends ce que tu ressens, moi aussi je suis sous le choc. Tes parents étaient mes meilleurs amis. Je les aimais beaucoup.
- Eric, je ne sais quoi dire.
- Il n’y a rien à dire, Mel. Mes parents sont morts, il n’y a rien à ajouter.
Le jeune homme quitta la pièce et alla se refugier dans sa chambre.
Deacon jr et Julian étaient sous le choc. Anaëlle et les jumelles étaient encore trop jeunes pour comprendre.
- Si seulement elle avait moins entêtée. Ah, ne lui avais pas suffisamment déconseillé ce mariage… j’ai pourtant tout entrepris pour qu’elle divorce enfin de ce voyou mais elle s’est entêtée au point de le suivre jusqu’ici et voila où cela là menait.
- Mon père n’était pas un voyou ! Maman et lui s’aimaient d’un amour profond.
Eric n’avait pas réalisé qu’il parlait à haute voix.
- Ce n’est pas de la faute de Papa s’ils sont mort mais celle de Nancy. C’est elle qui les a tués !
A son tour, Deacon jr partit en larmes dans sa chambre. Julian ne dit mot. Il regarda tour à tour son grand père et ses petites sœurs qui jouaient tranquillement. Il finit par toiser son grand père d’un regard méprisant et s’éloigna à son tour.
- Je vais voir Eric et les enfants, dit Melanie tout en prenant les jumelles dans ses bras. Tu viens, Anaëlle ? On va aller jouer dans ta chambre.
La petite suivit Melanie sans se faire prier.
- Quel genre d’homme êtes vous donc, Eric Forrester ? On vient de vous apprendre le décès de votre fille et de son mari : l’homme qu’elle aimait plus que tout au monde, oui plus que tout, au point de choisir de mourir avec lui…
Eric resta abasourdi ainsi que Lyndsy.
- Ce n’était pas un accident ?
- Non, Lyndsy : un suicide.
- Ma fille ne serait jamais suicidée, elle aimait la vie.
- Cela n’a rien à voir avec le fait d’aimer où non la vie.
- Que c’est t’il réellement passé ? Je croyais qu’ils étaient tombés dans l’eau.
- Non, Lyndsy. En réalité ils ont sauté dans l’eau.
- Mais pourquoi avoir fait une telle chose ? Étaient-ils désespérés à ce point là ?
- Ce n’est pas cela. Les hommes de Wilson se trouvaient sur la plage mais ils n’étaient pas les seuls, il y’avait aussi les hommes de main de Nancy et ceux de Gordon. Les coups de feu fustigeaient de toute part. La police avait réussi à arrêter ces bandits. Or dans l’affolement général Deacon et Bridget se sont enfuit. Je ne crois pas qu’ils aient réalisé que les policiers étaient également sur les lieux et non pas du remarquer non plus ma présence. Nancy en voulaient à leur vie : nous le savons. Je pense qu’ils ont préféré en finir plutôt de se faire prendre à nouveau.
- Sauf que ce n’était pas les hommes de Nancy ni ceux de Gordon qui se trouvaient là mais toi et la police.
- Malheureusement ils l’ignoraient.


Dans sa chambre, Elona avait enfoui sa tête sur l’oreiller. Son chien, Sam était couché à ses pieds, sa tête entre les pattes.
On frappa à la porte mais Elona ne répondit. Melanie entra alors et s’approcha du lit de la petite fille.
- Elona.
- Laisse-moi !
- Non, Elona, je ne te laisserai pas seule. Je suis ton amie et si tu as besoin de parler je suis là.
- Parler ? dit elle en se redressant afin de faire face à Melanie. A quoi cela servirait de parler ? Mel, mes parents sont morts. Morts ! Tu entends, morts ! Jamais ils ne reviendront.
L’enfant éclata en sanglot.
Meurtri, Deacon jr et Julian ne disaient mot lorsque Lyndsy entra dans la chambre.
- Comment ca va les enfants ?
- Lyndsy. C’est vrai ? Ce que Dante a dit, c’est vrai ? Nos parents ne reviendront plus jamais ?
- C’est malheureusement vrai, Deacon jr.
- C’est à cause de Nancy, cette sorcière ! C’est de sa faute ce qui est arrivé à mes parents.
Lyndsy ne dit mot.
- Lyndsy ?
- Oui, Julian ?
- As t’on retrouvé les corps ? Où sont-ils ? J’aimerais aller me recueillir et les remercier de ce qu’ils ont fait pour moi.
- Je suis désolée, Julian mais ils n’ont pas encore retrouvé les corps et il se peut qu’ils ne les retrouvent jamais.
- Pas retrouvé ? Mais alors cela veut dire qu’ils ne sont peut être pas mort ?
- Non, Deacon jr, c’est malheureusement impossible.
- Pourquoi ? Tu dis qu’ils n’ont pas retrouvé les corps alors c’est possible que Maman et Papa ne soient pas morts.
- C’est vrai ce que dis Deacon jr : il est possible que nos parents soient vivants.
- Deacon jr, Julian : je ne voudrais pas que vous ayez des faux espoirs.
- Tu n’en sais rien, Lyndsy. Nos parents sont peut être vivant quelque part et ont besoin de nous.
- Les enfants, là où vos parents, il y’a beaucoup de vagues, beaucoup de courant. Il faudrait un miracle pour qu’ils soient encore vivants. Je suis désolée. Sincèrement désolée.
Lyndsy sortit de la chambre des garçons.

- Eric, dit Melanie en frappant à la porte. Sans attendre sa réponse elle entra. La pièce était dans le noir le plus total.
Eric.
- Je sais Mel, tu vas me dire que tu es désolée, je sais. Malheureusement ce n’est pas cela qui ramènera mes parents à la vie. Mes parents avaient tout pour eux mais tout a disparu.

- Non, Eric, tout n’a pas disparu : vous êtes là, toi, tes frères et tes sœurs. Vos parents vivront toujours à travers chacun de vous car vous êtes la preuve vivante de l’amour qu’ils se portaient.
- Bridget n’était pas ma mère biologique tu le sais.
Mel hocha de la tête en signe d’acquiescent.
- Ceci dit je l’aimais autant que si elle avait réellement ma mère. D’ailleurs c’était ma mère, le fait qu’elle ne met pas mit au monde ne change rien à l’amour que je lui porte/portais. Je hais Nancy pour ce qu’elle a osé nous faire ! J’espère que la police va l’arrêter une bonne fois pour toute et qu’elle croupira en prison pour le restant de ses jours !

Au salon Eric Forrester était au téléphone.
- Je ne sais pas, Stephanie. J’ignore ce qui va ce passé pour Nancy mais je m’arrangerai pour qu’elle paie le prix fort pour ce qu’elle a fait à ma fille mais dans l’immédiat je vais organiser une messe à la mémoire de ma fille. Puis je mettrai en vente Sharpe Design et je rentrerai avec les enfants à Los Angeles.
- Je vais demander au pilote de préparer le jet : toute la famille se doit d’être là pour l’enterrement.
- Ok. Je te laisse, je vais prévenir le pasteur.


- Que va-t-il ce passer à présent ? Ou Eric et ses frères et sœurs vont habiter ? Vont-ils partir pour Los Angeles ?
- Je voulais justement évoquer le sujet avec ta mère et toi un petit plus tard mais puisque tu en parles alors autant le faire maintenant.
La veille de l’enlèvement, Deacon m’avait demandé de prendre soin de Bridget et des enfants s’il lui arrivait quelque chose. Bien sur il ne pouvait pas savoir qu’il partirait en même temps que Bridget.
- Eric est totalement effondré et Elona n’en mène pas large non plus. Elle est totalement repliée sur elle-même et ne dit mot.
- Elle est sous le choc, chérie, c’est normal. Je m’inquiète plus pour Deacon jr et Julian. Ils nient les faits et pensent que leurs parents sont encore en vie parce que nous n’avons pas retrouvé les corps. J’ai essayé de les raisonner tant bien que mal mais j’ignore si j’ai réussi.
- J’irai leur parler.


- J’ai contacté le pasteur. Un office funéraire sera célébré demain. Ma famille arrivant cet après midi.
- Bien, c’est une bonne chose pour les enfants : plus vite ils pourront faire leurs adieux à leur parents plus vite ils pourront commencer leur deuil.
- C’est aussi mon avis. Apres l’enterrement je mettrai en vente Sharpe Design et nous rentrerons à Los Angeles.
- Sharpe Design appartient aux enfants. C’est à eux de décider de ce qu’ils ont l’intention de faire de l’entreprise familiale.
- Ils sont bien trop jeunes pour en décider. De plus au moment voulu ils auront leur part des Créations Forrester.
- Cette entreprise est celle de leurs parents.
- Elle ne vaut rien, Deacon la gérait comme l’on gère un bar. De toute manière il n’y aura personne pour la diriger. Apres l’enterrement nous rentrerons à Los Angeles et je m’occuperai de tout de là-bas.
- Je verrai avec les enfants ce qu’ils ont l’intention de faire de l’entreprise familiale ainsi que la maison. La décision leur revient, dit Dante.
- Ils sont trop jeunes pour en décider.
- Détrompez-vous, ils sont très mur pour leurs âges. Ils ont traversé énormément d’épreuves à cause de Nancy et ses acolytes.
- Désormais ils vont mener une vie normale auprès de Stephanie et moi.
- Comment ? aboya Dante.
- Il n’en est pas question ! hurla Lyndsy
- Comment cela « pas question » ?
- C’est à moi que Deacon a demandé de ses enfants s’il lui arrivait malheur.
- Vous oubliez que je suis leur grand père. Ses enfants n’ont plus d’autre famille que la mienne !
- Mais ils ne vous connaissent pas. Nous si. Nous étions les meilleurs amis de leurs parents depuis leur installation ici.
- Vous n’êtes pas de leur famille, moi si !
- Nous ne sommes peut être pas apparenté biologiquement mais nous les connaissons et nous les aimons, dit Lyndsy.
- Parce que vous croyez que je ne les aime pas ?
- Ce n’est pas ce que j’ai dis.
- C’est tout ce qui me reste de ma fille.
- Je comprends, Monsieur Forrester et croyez moi je compatis à votre douleur, mais pensez à l’intérêt des enfants.
- Ils grandiront auprès de leurs grands parents, oncles, tantes et cousins : leur famille !
- Une famille qui a toujours désapprouvé le mariage de leurs parents.
- Ces enfants sont des Forrester et leur place est avec leur famille, il n’y a pas à tergiverser !
- Je vous trainerez en justice.
- J’ai les moyens de me payer les meilleurs avocats des Etats-Unis et vous ?
- Calmez tous les deux, il y’a surement un moyen de s’arranger. Monsieur Forrester, nous aimons ces enfants…
- Je suis leur grand père…
- S’il vous plait ne m’interrompez pas. Je ne vous ai pas interrompu alors je vous prierai d’en faire autant.
- Tu perds ton temps, Lyndsy, on ne peut pas discuter avec un homme comme Eric Forrester.
- S’il te plait, Dante, laisse-moi finir. Eric Forrester a raison, il est leur grand père et il le restera toujours : personne ne le conteste. En revanche, Deacon et Bridget avaient des volontés et nous devons la respecter et leur volonté était que nous nous occupions de leurs enfants. Les enfants ont grandi ici, leurs copains sont tous ici. Eric et notre fille Melanie sortent ensemble depuis quelques mois. Anaëlle n’a aucun souvenir de Los Angeles, quand à Liora et Odelia, elles sont nées ici. Je vous en prie, Eric, ne brisez pas tout cela. Je vous promets que nous ferons de notre mieux pour que les enfants aient un maximum de contact avec la famille de leur mère.
Eric ne répondit pas.
- Je dois y réfléchir.


Dans sa chambre, Elona ne cessait de pleurer. Sam la lécha. La porte s’ouvrit et ses frères entrèrent.
- Ne pleure pas, Elona, nous rêverons Maman et Papa.
- Deacon jr, ils sont morts !
- Peut être pas, Elona.
- Qu’est que tu racontes, Julian ? Maman et Papa se sont noyés, jamais nous les rêverons.
- Elona, Maman et Papa sont des très bons nageurs et les sauveteurs n’ont pas retrouvé leurs corps. Ils peuvent très bien avoir trouvé refuge quelque part.
- S’ils étaient en vie, pourquoi ne seraient t’ils pas rentrés à la maison ? Pourquoi ils ne nous auraient pas appelés ? Ca veut donc dire qu’ils sont morts, dit elle en éclatant en sanglot de plus belle.
- Peut être ne peuvent t’ils pas.


Sur une plage, deux personnes étaient alitées : évanouies.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
http://beaconforever.forumsactifs.com
 
chapitre 32
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Bold and The Beautiful Bridget et Deacon forever :: Fan fiction de Mary & Bridget/ Mary fan fiction and Bridget :: Senteurs d'Hawaï-
Sauter vers: